Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

 

                                                                              Page complétée les 24 janvier 2016 et 11 mai 2017

 

 

Cette page contient des entrefilets concernant les communes de:

Cléden-Poher , Poullaouen , Berrien , Huelgoat (2),La Feuillée, Plonévez-du-Faou , Collorec

St-Nicolas-du-Pelem , Callac , Carnoët, Plourac'h, Trébrivan (2) , Le Moustoir (2), Locarn, Maël-Pestivien

Langonnet

Les catastrophes matérielles...et corporelles

 

Un accident de voiture à Poullaouen en 1908

 

Poullaouen - An flastrerien

  Eur wetur dre dan o tond deuz Huelgoat, en deus stoket, en devez all, etre ti-skol ha gar Poullaouen, eur wetur en pehini e oa an Ao. Kermanac'h, deuz Kerduvel, e niz oajet a bevarzek vloaz, hag o nizez oajet a naontek vloaz.

Ar stok a oa bet ken kre ma oa kaset ar wetur da ruill war bord an hent ha friket. An dud a oa ebarz, evurusamant evite n'o devoa ket kalz a zrouk. Ar marc'h a oa bleset

Poullaouen - Les écraseurs

Une voiture à moteur, qui, l'autre jour, venait d'Huelgoat, heurta entre l'école et la gare de Poullaouen un char à bancs où se trouvaient M. Kermanac'h, de Kerduvel, son neveu de 14 ans et sa nièce de 19 ans.

Le choc fut si violent que le char à bancs fut projeté sur la berme et disloqué. Les occupants, fort heureusement, n'eurent pas grand mal. Le cheval fut blessé.

Ar Bobl, n° 182, 20 juin 1908 Traduction: Jean Yves Michel, mai 2013


Un déraillement à Saint-Nicolas-du-Pélem, 1907

 

Sant Nikoas ar Pelem - Hent houarn fall

Disul, da deir heur goude kreizde, etre Sant Nikolas ha Kermabagall an train bihan a zo diraillet c'hoaz. Sethu ar bederved gwech d'ean da zirouda. Euruzamant, ne oa med diou wetur, ha diou blac'h ebarz.

Epad daou zevez goude n'eus tremenet train e-bed var al linen.

Saint-Nicolas-du Pélem - Une mauvaise voie ferrée

Dimanche, vers 15 heures, entre Saint-Nicola et Kermabagall, le petit train a encore déraillé. C'est la quatrième fois qu'il quitte les rails. Heurement, dans les deux seules voitures, il n'y avait que deux jeunes filles.

Pendant deux jours, aucun train sur cette ligne.

Ar Bobl, n° 143, 22 juin 1907 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012

Il s'agit ici de la voie ferrée départementale Rostrenen-Quintin

 

Un incendie à Callac, 1905

 

An tan - Kallak

 An tan an neus distrujet loc'h Per Daniel, devejour er C'haiervan. Kement tra oa el loc'h a zo bet kuzumet. Daniel zo kaoz e-hun d'an tan, dre ma nevoa lakeet eur fournô en eur c'hogn deuz al loc'h: korzen ar fournô a dreuze an doen blouz hag a neuz lakeet an tan ennhi

 

L'incendie - Callac

Le feu a détruit la hutte de Pierre Daniel, journalier à Kaiervan. Tout le contenu de la hutte a été consumé. Daniel est lui-même à l'origine de l'incendie, parce qu'il a installé dans un coin un fourneau dont le tuyau traversait le toit de paille et y a communiqué le feu

Ar Bobl, n° 21, 11 février 1905 Traduction: Jean Yves Michel, septembre 2012

 

Un fusil qui fait des siennes à Locarn, 1906

Lokarn- Eur fuzul straket

Ian Pinson, labourer-douar en doa eur park ha segal hadet ennan. Ar brini a zifoeltret e segal. Hen a leret d'he vevel Ioun Duros kemer eur fuzul goz  a oa en ti ha tenna var ar brini. Duros a ieaz, mez pa leuskez an tenn, ar fuzul goz a strakaz etre e zouarn hag e vizied a o maleüruzet

Locarn - Un fusil démantibulé

Jean Pinson, cultivateur, possède un champ ensemencé en seigle que  les corbeaux dévastent. Notre homme enjoint à son valet de ferme Yves Duros d'aller prendre dans la maison un vieux fusil et d'en faire usage sur les corbeaux. Duros obéit mais lorsqu'il tire, le vieux fusil explose entre ses mains dont les doigts pâtirent cruellement.

 Ar Bobl, 6 octobre 1906  Traduction: Jean Yves MICHEL, mai 2017

 

Un incendie de lande à Berrien, 1906

 

Berrien - Lannou devet

Eur tan gwall a zo en em diskleret er mene Pontaouien, parrez Berrien. Dustu digouezet ar c'helou, kleier ar Fouille ha Berrien a zonaz an toksin. Var lec'h pemp heur labour stard, an tan a zo bet gallet hen lac'ha. Ar c'hollou a zo istimet da nao c'hant lur. Bugale a vesa an denved o deus laket an tan. Assuranz ebed na zo.

Berrien - Landes dévorées

Un incendie dommageable s'est déclaré dans la montagne de Pontaouen en Berrien. Dès la nouvelle connue, les cloches de la Feuillée et de Berrien sonnèrent le tocsin. Il fallut cinq heures de dur labeur pour venir à bout des flammes. Les pertes sont estimées à 900 Francs. Des enfants qui gardaient les moutons ont mis le feu. On ne peut faire jouer aucune assurance.

Ar Bobl, n° 103, 8 septembre 1906 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

900 Francs de 1906 équivalent à 3 600 euros de 2013

 

Chute malencontreuse d'un arbre, Le Moustoir , 1913

 

Ar Vouster - Eur wenn war eun ti

   Dimerc'her d'abardaë, eur wenn dero a zo koueet war di an dimezel Chaf Boudehent deuz Kerbunz, brevet an doën ha kalz a veurb diabarz. N'eus bet glazet den. Diriaou a oa la kat tri jô da checha ar wenn divar an ti. Gant bec'h awalc'h, a oant deut a-benn

Le Moustoir - Un arbre tombe sur une maison.

Mercredi en fin d'après-midi, un chêne est tombé sur la maison de la demoiselle Josèphe Boudehent, de Kerpunz; il a cassé le toit et brisé beaucoup de meublesd à l'intérieur. Aucun blessé. Jeudi, trois chevaux ont tiré l'arbre et, après bien des efforts, réussi finalement à le déplacer.

Ar Bobl, n° 424, 1er février 1913 Traduction: Jean Yves Michel, novembre 2012

 

 

 

Un effondrement de maison à Trébrivan en 1904


«Trabrian -  Eun ti kouet en e boull

Disadorn d’abardaë, pa oa erru er gear deuz foar Geraez, Goubil, deuz Retourik Trabrian, a chomaz gwall voëmet en eur veled e di kouet en e boull, e veurb brêvet, hag e vreg hag e vugale o ouela dirag an darvoud maleürus a oa c’hoarveet. Neuze oa kontet da C’houbil penoz e oa digoueet kont. E-pad koan e oa klevet eur strak henvel mad deuz eun tarz kurun er pellder. : ar re oa o tibri koan n’o doa bet med an amzer da zaillat er-meaz an ti, arok ma koueche ar mogueriou hag an doen var o c’hein. Evelse n’euz bet eüruzamant glazet den –a-bed.

Eur gwall goll a ra Goubil koulskoude. E eost ar blä-ma a oa kasi tout var ar zolier, ha kredabl eo, eo bet sklabeet hag ifomet. E veurb a zob bet pladet ar peurvuia anê.

  Tregont blâ zo,e oa an ti-ze  prest da vond d’an traon. Meur a wech oa bet skrivet d’ar perc’hen adsevel an ti, pe diana engali anan ; ober rea skouarn vouar. Esper zo e tic’haouo e verour deuz ar c’hollou an neuz gret.

Trébrivan – Une maison écroulée dans une mare

   Samedi dans la soirée, à son retour de la foire de Carhaix, Goubil, de Restourik en Trébrivan, resta frappé de stupeur en voyant sa maison écroulée dans la mare,  les meubles brisés, et sa femme et ses enfants déplorer à grandes larmes l’événement catastrophique qui les frappait. On raconta à Goubil les circonstances. Pendant le souper, un craquement semblable à un coup de tonnerre lointain se fit entendre : ceux qui étaient à table eurent à peine le temps de sortir avant que les murs et le toit ne s’effondrent sur eux. C’est pourquoi personne, heureusement, ne fut blessé.

   Cependant, Goubil subit une perte sévère. Sa récolte de l’année était quasi entière dans le grenier, et, vraisemblablement,  dispersée et endommagée. La plupart de ses meubles ont été écrasés.

  Il y a trente ans, cette maison était sur le point de tomber. Le propriétaire fut avisé d'avoir à retaper la maison par écrit plus d’une fois et qu’il aurait affaire à la justice. Il fit la sourde oreille. On espère qu’il dédommagera son fermier du triste sort qu’il lui a réservé.

Ar Bobl, n° 4, 15 octobre 1904 Traduction, Jean Yves Michel, septembre 2012


 Une saisie, à Plonévez-du-Faou, en 1904

 

Plonevez-ar-Faou

Paotr en denved – Eur merour doc’h Toull-an-Haie, Plonevez, a oa laket ar sezi varnan, da Ouel-Mikel diveza gant e vestr An Dreo, doc’h Ar C’hlostr. Ar merour-ma a vage denved var hanter da Lann Ar Parch, mestr-skoul. Mez eur vech laket ar sezi, ne oa ket eurz da finval netra divar ar plas. Koulskoude oa digaset e zenved var o c’hiz d’ar Pach, e-lec’h guerza ‘nê da brofit ar mestr.

 Ar proprietour, pa oa roet anoudegez d’eon doc’h an tol, a reklamaz an denved dre hucher. Ar mest-skoul a nac’haz bea bet anê, mez pa velaz an hucher o vond da vid testou, e restolaz an denved. Diveatoc’h, ar merour a zeuaz a benn da baëa e c’hle, hag ar mestr-skoul a hadkavaz e zenved. Doue de rei iec’hed d’al loened paour !

 Plonévez-du-Faou – L’homme au mouton

Un fermier de Toul-an-Haie en Plonévez, fut saisi, lors de la dernière Saint-Michel, par son propriétaire Le Dréau, du C’hlostr. Ce fermier élevait un mouton de moitié avec Alain Le Page, maître d’école. Mais la saisie prononcée, on ne pouvait plus toucher à quoi que ce soit. Cependant, le fermier envoya, comme il put,  le mouton à Le Page, au lieu de le vendre au profit du propriétaire.

  Le propriétaire, quand lui fut assené froidement ce coup, réclama à cor et à cri le mouton. Le maître d’école refusa mais quand il vit le criailleur chercher des témoins, il restitua le mouton. Plus tard, le fermier vint enfin  payer sa dette   et l’instituteur recouvra le mouton. Que Dieu accorde une bonne santé au pauvre animal !

Ar Bobl, n° 5, 22 octobre 1904

Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012


 

 

Maël-Pestivien: accident de travail

 

Maël-Pestien - Darvoud

Louis Taupin, heskenner er Maël-Pestien, a oa pignet var eun bili koat evid hen heskenn, pa dorraz ar chadenn a zalc'he ar bili deuz ar marc'h-koat, ha Taupin a goueaz d'an douar. En e lamm, e koueaz var ar harpon, pehini a droc'haz kazi net e droad d'an den paour. Bet eo kaset da hospital Gwengamp

Maël-Pestivien - Un accident

Louis Taupin, scieur de long à Maël-Pestivien, était perché sur une grosse pièce de bois qu'il se proposait de scier, lorsque la chaîne qui retenait la pièce de bois au chevalet cassa et Taupin tomba. Sa  chute sur un harpon, le pauvre homme eut le pied tranché. On l'a envoyé à l'hôpital de Guingamp.

Ar Bobl, n° 197, 3 octobre 1908 Traduction: Jean Yves Michel, novembre 2012

 

 

Langonnet: un accident dû à l'inattention


Langonnet - Troc'het e c'har gant eur falc'herez

Dirgwener vintin, Loyer, labourer-douar er C'holloty, parrez Langonnet, a gomansaz troc'ha foen gant eur mekanik-falc'ha. Pa oa ar falc'herez o kerzet, Loyer a c'hoanteaz lampat d'an traon divar an azeen, mez elec'h diskenn a-ziou e reaz a-glei hag et posaz e droad dirag al lamen pehini a eia en dro bepred. E c'har a oa troc'het kazi net rêz e ibil-troad. An Doktored Lohéac ha Herveou, deuz Gourin, o deuz soignet anean ha gret e droad en e blas, en eur junta ar gwaziou asamblez.

Langonnet - Jambe entaillée par une faucheuse

Vendredi matin, Loyer, cultivateur au Golloty en Langonnet, commença à couper le foin en utilisant une machine. Alors que cette dernière était en marche, Loyer voulut descendre de son siège, mais au lieu de le faire vers la droite, il le fit vers sa gauche et posa le pied sur la lame qui était en mouvement.

 Ar Bobl, n° 187, 25 juillet 1908
 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012
Le Moustoir: toujours l'inattention...


Ar Vouster - Gwall zarvoud

Digwener, Fulup An Oc'h, 48 plâ, merour en Kerpunz, ar Vouster, a oa et da douch ar c'hezek var ar manech evid dorna ed-du: riska reaz hag e oa tapet e vouztroad en dent ha friket. An doktor Marchais zo bet galvet var e dro disadorn. E c'har a zo bet red troc'het aneï d'an dre e ibil-troad

Le Moustoir - Un accident très dommageable

Vendredi, Philippe l'Hours, 48 ans, métayer à Kerpunz, commune du Moustoir, avait conduit ses chevaux au manège à battre le blé noir. C'était risqué et, de fait, son métatarse fut pris dans les dents et broyé. Le docteur Marchais, appelé le samedi, vint le soigner: il fallut couper la jambe à hauteur de la cheville

Ar Bobl, n° 56, 14 octobre 1905 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012
   
         
                           Cléden-Poher: accident de chasse


Kleden-Poher -  Darvoud

Lenn a reomp er Groaz penoz Mab ar c'hont Du Laz, deuz Kleden, a oa o chasseal disul diveza, pa zigouezaz d'an daou denn euz e fusul mont er maez en eun taol ha skei en e vorzed goude beza draillet e veud hag e viz-ioud

Cléden-Poher - Accident

Nous lisons dans la Croix que le fils du comte du Laz, était dimanche à la chasse . Il arriva que les deux coups de son fusil partirent ensemble et il fut touché à la cuisse et égratigné au pouce et à l'index

 Ar Bobl, n° 105, 22 septembre 1906
 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012
               
                    Trébrivan: l'inattention, encore et toujours..

 Trabrian - Gwall zarvoud

   Dirgwener da noz divean, daou ejen da Ber Corbel zo bet mouget, en Bourgerel. Eur bern keuneud glaz, re bounner war zoliou neve-lakeet, a zeua da groui ar zoliou da goueza var an ohen ha d'o mouga. Mad eo bout var evez, rag ar sort kentelliou-man a goust ker.

  Pe da vare zo zavet eun asuranz da dic'haoui ar verourien deuz ar c'hollou loened ?

 Trébrivan - Un accident grave

Vendredi dernier en soirée, deux boeufs appartenant à Pierre Corbel, de Bourgerel, ont été étouffés. Un tas de bois de chauffage vert, trop lourd pour un plafond nouvellement posé, a provoqué l'effondrement de ce dernier et l'étouffement des bêtes.

Il est bon de se montrer prudent car ce genre de leçons coûte cher.

 Quand sera mise sur pied une assurance qui dédommage les métayers de la perte d'animaux ?

 Ar Bobl, n° 21, 11 février 1905
 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012
                                   Huelgoat: une épidémie


Huelgoat - An anouedadur

En Huelgoat a zo breman eur c'hlenved stagus hag a sko var gazi an holl dud; eun espes anoueadur eo, gant terzien ha paz ouspenn. En peb famill pe dost a zo bet eun bennag klanv gant ar c'hlenved-ze.

Huelgoat - un refroidissement

Au Huelgoat sévit actuellement une maladie contagieuse qui frappe à peu près toutes les personnes; c'est une espèce de refroidissement accompagné de fièvre et de toux. Chaque famille ou à peu près compte un malade atteint de cette pathologie

Ar Bobl, n° 20, 4 février 1905 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012
Collorec: Un chien enragé

Kollorek - Eur c'hi klanv

Disadorn, eur c'hi klanv en em dremen dre vourk Kollorek a neuz kroget en kalz a chas all hag en eur plac'h vihan 6 vla. Er Rest a neuz kroget en eur gwas all. An Dantec, adjent-maër, en em lakeaz var roudou al loen hag a lac'haz aneon a daoliou fusul. Ar Goff, veterinaër en Keraez, a neus dispennet korf a hi hag anveet e oa ar gounnar gantan. Ar re a zo bet dantet a vo kaset da soignal da Bariz

Collorec - Un chien malade

Samedi, un chien malade qui se promenait dans le bourg de Collorec, mordit beaucoup d'autres chiens et une fillette de 6 ans. Au Rest, il mordit aussi un homme. Le Dantec, adjoint au maire, se mit à la poursuite de l'animal et le tua à coups de fusil. Le Goff, vétérinaire à Carhaix, fit une dissection de l'animal et reconnut qu'il était porteur de la rage. Les victimes devront aller se faire soigner à Paris.

Ar Bobl, n° 57, 21 octobre 1905 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012

Huelgoat - Accident mortel

Huelgoat - Maro dre zarvoud

   Dirgwener 10 a viz gouere, Laurenz Nedeleg, mevel en Hotel Franz, a zeuaz da goêl ar marechal Olier evid houarni eul lon kezek. Goude al labour, Fransou Karoff a bignaz var ar jo evid kas anean d'al lenn.

Souden, den ha marc'h a zizparisaz en eun toull don . O weled kemend-ma, Charles Guyomar, kartervestr en permision, a lammaz en dour heb diwiska, tapout a reaz Caroff dre e vrec'h, mez goude bea sklejet anean hed eiz goured, e oa red d'ean leuskel krog, gant ar skuizder ha Caroff a veuaz. Ar marc'h a zo 'n em gavet e-hunan ar ribl hag et de varchosi. Div heur goude e oa kavet ar c'horf maro.

Huelgoat - Décès accidentel

Mercredi 10 juillet, Laurent Nédélec, valet à l'Hôtel de France, vint faire ferrer une jument chez le maréchal Olier. Le travail terminé, François Caroff grimpa sur la monture afin de l'envoyer  à l'étang.

Soudain, homme et cheval disparurent dans un trou profond. A cette vue, Charles Guyomar, quartier-maître en permission, sauta dans l'eau sans se déhabiller, attrapa Caroff par le bras, mais après l'avoir traîné sur huit brassées, fatigué, il dut lâcher prise et Caroff se noya. Le cheval regagna seul la rive et l'écurie. On trouva le cadavre deux heures après.

Ar Bobl, n° 176, 18 juillet 1908 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012
8 brassées: environ 13 mètres
Carnoët, 1904

Karnoët - Friket dindan e gar

 

René ar Gall, oajet a 15 vlâ, mevel ti an Ao. Mahé, deuz ar Gozker, a oa an de all o vond da gerc'het eur varikennad dour d'ar Penity, pa spontaz e varc'h barz eur pleg-hent hag e oa tolet dindan roujou ar c'har. Pa dremenaz tud dre eno, eoa kavet ar paour kez den iaouank beuet en e wad ha prestig goude e varvaz

Carnoët - Ecrasé sous sa charrette

René Le Gall, âgé de 15 ans, domestique de ferme chez Mahé au Cosquer allait l'autre jour prendre une barrique d'eau au Pénity quand son cheval prit peur à un tournant de la route et le jeta sous les roues de la charrette. A leur arrivée, les voisins trouvèrent le pauvre jeune homme baignant dans son sang et, peu de temps après, il mourut.

 Ar Bobl, n° 1 , 24 septembre 1904
Traduction: Jean Yves Michel, août 2013
 
L'hebdomadaire morlaisien l'"Echo du Finistère" (1905-1912) rapporte deux événements survenus à Plourac'h et à la Feuillée..
[PNG] Foudre à Plourach n° 86, 27 juillet 1907.PNG
                                                                                                                                                                  N° 86, 27 juillet 1907
[PNG] maisons écroulées La Feuillée 7 20 01 1906.PNG
                                                                                                                                                                      N° 7, 20 janvier 1906






Dernière modification le 11/05/2017

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1