Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

La plaisanterie: un esprit souvent ravageur

 

   Les sujets de plaisanteries sont classiques: homme- femme, garçon-fille, parents -enfants, député - électeur, pratiquant - anticlérical,etc.

  Les  "bouffeurs de curé" de Landeleau, commune rouge, se moquent, sans se retenir, des "bons chrétiens" de la pieuse paroisse voisine de Plonévez-du-Faou .

   Dans l'entrefilet qui suit, Taldir insiste sur la nécessité, pour un prétendant  qui courtise une jeune fille, d'être passé "maître es- flatterie"

 

   

 Penoz kozeal deuz ar merc'hed

   Mar teuz c'hoant da blijout d'eur plac'h iaouank, koant pe divalo, kaoze d'ei atao deuz e 'c'hoantiri ha deuz he bravante. Mar be koant, hini a gredo dustu. Mar be divalo, hi zonjo eo faoz he milizour, mez bepred he devo joa diouzid.

   Mar peuz c'hoant da veza deut mad gant eur vam tiegez, kaoze d'ei deuz he bugale ha mel anê d'ei.

  Mar peuz c'hoant da veza kavet deread gant eur vaouez koz hag he deuz eur c'hi bihan, na blê ket deuz outhi, mez deuz he c'hi bihan Azor da genta.

  Mar fell d'id e ve meulet da spered ar merc'hed, respont gant kemend a gourtezi da gont eur plac'h difeson evel da gont eur plac'h koant.

 Gant heuil an liou-ma, e vi silaouet e peb lec'h

Fanch

 Comment parler aux filles.

Si vous voulez plaire à une jeune fille, belle ou laide, parlez-lui de sa beauté et de son amabilité.

 Si elle est belle, elle vous croira sur le champ. Si elle est moche, elle pensera que le flatteur se trompe, mais elle en aura toujours de la joie.

 Si vous voulez être bien vu de la mère, parlez-lui de ses enfants et dites-en beaucoup de bien.

  Si vous voulez être considéré comme convenable par une dame âgée qui a un petit chien, ne lui plaisez pas à elle, mais d'abord à son petit chien Azor.

 Si vous voulez louer l'intelligence d'une fille, faites-le courtoisement, tant pour la jolie fille que pour la laide.

    Suivez ces avis et on vous écoutera dans chaque lieu.

François

Ar Bobl, n°56, 14 octobre 1905 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2014

 

 

   Ici, Ar Bobl prend pour cible le directeur de l'école publique de Plonévez-du-Faou, Alain Le Page, qui est aussi un secrétaire de mairie craint de tous. Il prend en pension sous son toit et celui des instituteurs des élèves pensionnaires... Il élève aussi des moutons.

 

Plonevez-ar-Faou  - Kaol-pomm an tad Lan

   An tad Lan a ra bec'h da rei da gredi d'an dud eo Nicol eun den kapabl. True hon beuz deuz ar maër kaez a zo oblijet da heul roudou eun den savet gantan  ar pez ac'h eo. Lan evel ouzoc'h a zo ofiser akademi; gwell a vije bet beza roet d'ean ruban al labour-douar, rag eur mestr eo da gultiva kaol-pomm, mar deo gwir ar gaoz-ma. Beb abardaëz, araok mond da gousket, e bansionerien bihan a rank diskenn dirak beb a gaolen-pomm ha stôta pephini var e hini. Ha troaz a zo eun temz mad, ha Lan en de beb bloa kaol kaër ha teo araok ar re all. Ha n'eo ket dign da gaout ruban al labour-douar eta ?

Plonévez-du-Faou - Les choux pommés du Père Alain

  Le Père Alain fait beaucoup de bruit pour fairre accroire aux gens que Nicol est un homme d'envergure. Nous avons pitié du pauvre maire, contraint de suivre les traces d'un individu qu'il a  lui-même mis en place. Contre l'avis de tous, Lan est officier d'Académie; il aurait mieux valu lui acccorder le ruban du mérite agricole, car il est passé maître dans l'art de cultiver les choux pommés, si ce que l'on dit est vrai. Chaque soir, avant de se coucher, ses petits pensionnaires descendent en rang et se plantent devant les choux-pommés; chacun pisse sur le sien. Et l'urine est un bon engrais, puisque chaque année, Lan obtient de beaux choux bien gros bien avant les autres jardiniers. Et il ne serait donc pas digne d'obtenir le ruban du Mérite agricole ?

Ar Bobl, n° 84, 28 avril 1906 Traduction: Jean Yves Michel, février 2014


Nicol, ancien inspecteur primaire en poste à Châteaulin, radical-socialiste, "bouffeur d'Evêque", est candidat aux élections législatives dans la circonscription Carhaix-Huelgoat-Châteauneuf dont le député sortant est le châteauneuvien Dubuisson, républicain modérément radical, puisqu'il a voté contre la Loi de Séparation des Eglises et de l'Etat en juillet 1905

 

   Ici, l'enfant se joue du recteur et du maître d'école

 

 

 POLOS AN AOTROU PERSON

- Debonjour, Aotrou Skolaër

- Demad, aotrou Person

- Bemde, aotrou Skolaër, unan deus ho pugale-skol a zeu da laërez ahanon. Ar miz tremenet, ar wezen bolos a zo em liors a oa bec'h frouez ennhi. Bemde brema  e kolla ma folloz. N'allen ket kredi e oa laerez Katarin ma c'harabasen; ha me an de all o chom kuzet dreg stalaf ma c'hambr da evesaat, gwelet a moa diou wech skeud eur bugel o rodal en dro d'ar wezen.

 - Ha da biou oa ar skeud-ze, aotrou Person ?

- Allaz ! Aotrou skolaër, n'oun ket. Ma gwelet a zo izel. Ne oan ket evit anaout al laër. Ha petra dalvee d'in diskenn da redek war e lerc'h ? Na meuz ken ma diouc'har ugentvloaz !

  An aotrou person n'euz ket c'hoant e ve gwall bunisset ar bugel kablus. Goulen a ra ma ve skandalet ha difennet outan adkomans.

   - Sonjet 'ta, aotrou Skolaër, ma frun, prun ken dourek ! Ha me zo sod gand ar prun... Pemp kant a oa dioutê sûr mad. Ha na chom mui, siwaz, nemed pemp ha hanter kant just !

      E-pad ar c'hlast mintin, ar Mestr-skol a gleuz e benn evid kaout eur moïen bennag da zizolo al laër bihan. Da genta e sonj goulen krak: "Pehini ac'hanec'h a ia beb abardaë da laërez prun an Aotrou Person e jardin ar prespitor !". Mez an aoun da veza punisset a harzo anê da respont.

   Beb eil ar vugale a zeu dirag ar buro da zibuna eur fablen deuz Lafontaine. Ar mestr-skol a zell ouz pephini, e-kreiz mab e lagad, evid esa lenn ennê ar breuven euz al laëronsi. Poan kollet ! Evid beza sûr, e renkche beza barrek da zellet nan en daoulagad mez er c'hovou.

  Neuze en deuz eun ide all.

  Lavaret a ra d'ar vugale kemer ho fluennou ha skriva eun dikte. An titr a zo: "Blaz Polos an Aotrou Person"

-  "Beza 'zeuz en eur gearik koant a Vreiz hag a anavezet holl (virgul), ma mignoned (virgul), eur c'hoz bugellik fall (poent). Eur laër bihan eo (poent). Mond a ra dre goach e liors an aotrou Person (poent). Var he grabousou (virgul), , e tosta ouz eur wezenn brun (daouboënt): astenn a ra he vrec'h (virgul), ha tapout a ra eun (virgul), diou (virgul), teir (virgul), dek prunen (poent). Mez a-benn arc'hoaz e vo klanv gant ar red-korf (poent).

  Ma kar en eme ziskuill (virgul), me roio d'ezan eur louzou ha n'anvez ket (virgul), evid miret outan da chom war e wele (virgul), ha da c'houzanv poaniou kri (poent)"

     An aotrou skolaër a baouez gant he zikte. Gortoz a ra eur pennadik. Hini deuz he eiz bugel ha hanter kant na zeblant prest d'anzao e bec'hed. Holl eo pleget o fennou gantê var an taoliou, ha profita a reont deuz an neubeud minutou dihan-ze evid barbouilla bonommou var bevennou he c'haierou.

   Ar mestr-skol na goll ket e kourach. Erru prest ar c'hlast da gloza e lavar d'ê:

- "Unan zo en ho mesk - na hanvin ket anezan - hag a neuz laëret polos er prespitor. Na bunissin ket anezan kaled. N'en do ken punision nemed galoupad dustu goude ar skol, beteg gwezen bolos an aotrou person. Ma c'hoanta beza resevet er c'hlast, goude kreiz-de, e renko, klevit mad, dougen eur brunen en e gerc'hen a-stribill deuz eun tam neud. E-pad daou zevez e talc'ho mad d'ar c'holier mesus-se".

   Araok e lein hag e kerz pred, an aotrou Skolaër a frot e zouarn gant levenez, o sonjal en e druk. Sonjal a ra pegen kontant a vo ar person o sutal e peder brunen ha hanter kant diveza.

Da ziv heur nemed kart, e ia d'azea dreg e gador; an nor a zigor. Perik a zeu ebarz, hag eur brunen gantan a stribill deuz eun neuden, en dro d'e chouk.

- Haha ! emezan, Perik eo al laër. Gortoz a ra eur pennad ma vo arru ar vugale all, evid ober muioc'h a vez da Berik.

Ar potrig all  a antre er c'hlast. Ar mestr-skol a gred gweled var e gerc'hen eur brunen stag deuz ar pennad neud.

- Mar 'geo Perik zo kablus, n'eo ket Polik eo, emezan.

 Ar vugale a antre en eil goude egile, hag a gemer buan ho bankou... Mez sethu var o lerc'h, strafillet holl, e ziouvrec'h savet d'an nec'h an Aotrou Person o tond en eur c'haloup. Dond a ra er c'hlast:

" Spontus eo, spontus eo ! Aotrou  Skolaer. Ar beure-ma em boa c'hoaz pemp prunen ha hanter kant. Ec'h on paouez beza bet o sellet ouz ma gwezen: Siwaz d'in, n'euz ket unan ennan".

   Ar mestr-skol neuze a glask Perik dre ar c'hlast, evid diskuez al laër d'ar person. Trei a ra e zellou en dro d'ar bankou. Jezus Maria Credo ! En dro da beb kerc'hen eur brunen a vransigell, a stribill deuz eur pennad neud !

Tri bugel hepken n'euz hini a-bed gantê. Ar Skolaër a neuz evel c'hoant da rei meuledi d'ê, mez int da ouela:

-" Hi hi ! Aotrou Mestr Skol. Ni zo ken fran hag ar re all, mez n'omp ket evid redek ken buan. Pa oamp erru, oa partiet ar pemp ha hanter kant prunen hag eiz ha hanter kant zo ahanomp !!!"

 

 

 

 

Les prunes de M. le Recteur

- Bonjour, M. l'instituteur

- Bonjour, M. le recteur

- Chaque jour, M. L'instituteur, l'un de vos élèves vient me voler. Le mois dernier, le prunier de mon verger était chargé à craquer de fruits. Chaque jour désormais, je perds un fruit. N'allez pas croire que la coupable est ma servante Catherine; et l'autre jour je suis resté caché derrière le volet de ma chambre pour observer; j'ai vu deux fois l'ombre d'un enfant rôder autour de l'arbre.

- Et à qui appartenaient ces ombres, M. le Recteur ?

- Hélas, M. l'instituteur, je l'ignore. J'ai la vue basse. Je ne peux mettre un nom sur le voleur. Et à quoi me servirait-il de descendre  pour les rattraper ? Je n'ai plus mes jambes de vingt ans !

    M. Le Recteur ne voulait pas qu'on punisse sévèrement l'enfant coupable. Il demandait qu'on défende que recommence un tel scandale.

- Pensez, M. l'instituteur, mes prunes, si juteuses. Je suis fou de mes prunes. Il y en avait sûrement cinq cents. Et il ne reste plus, hélas que cinquante-cinq tout juste !

  Pendant la classe du matin, l'instituteur se creusa la cervelle pour trouver un moyen quelconque de découvrir le petit voleur. D'abord, il pensa à demander sans préambule: "L'un d'entre vous s'en va chaque fin d'après-midi voler des prunes dans le jardin du presbytère !" Mais la peur d'être puni  empêcherait les élèves de parler.

    Chaque élève à son tour venait au bureau réciter une fable  de La Fontaine. L'instituteur le regardait au fond des yeux, essayant d'y lire des preuves de culpabilité. Peine perdue ! Pour avoir une certitude, il aurait fallu être capable de regarder, non dans les yeux, mais dans les ventres !

   Alors il eut une autre idée.

Il demanda aux élèves de prendre leur porte-plumes et de faire une dictée. Le titre: "le goût des prunes de M. le Recteur"

"- Dans une petit village breton que nous connaissons tous (virgule), mes amis (virgule), il y a un sacré méchant enfant (point). C'est un petit voleur (point). Il entre en se cachant dans le verger du presbytère (virgule), et s'approche à quatre pattes du prunier (deux points): il tend les bras (virgule), et attrape une (virgule), deux (virgule), trois (virgule), dix prunes (point). Mais à peine est-il au lendemain qu'il a la diarrhée (point). S'il veut se dénoncer (virgule), je lui donnerai un remède qu'il ne connaît pas (virgule), afin qu'il garde le lit (virgule), sans souffrir cruellement (point)."

  Le maître d'école interrompit la dictée. Il attendit un peu. Aucun de ses cinquante huit élèves ne semblait prêt à avouer son forfait. Ils  avaient la tête baissée et profitaient de cette interruption pour griffonner des bonshommes dans la marge de leurs cahiers.

 L'instituteur ne perdit pas courage. Au moment de la sortie de classe, il dit à ses élèves:

- "L'un d'entre vous - dont j'ignore le nom - a volé les prunes du presbytère. Je ne le punirai pas durement. Il n'aura pour châtiment que de courir, après la classe, jusqu'au prunier de M. le Recteur. Quand il voudra revenir en classe l'après-midi, il devra, écoutez bien, porter une prune attachée à un fil autour du cou. Pendant deux jours, il portera ce collier symbole de sa honte"

Avant de déjeûner, l'instituteur se frotta joyeusement les mains en pensant à sa ruse. Il songea à la satisfaction de M. le recteur   dégustant ses dernières cinquante-quatre prunes.

A deux heures moins le quart, il s'assit sur son fauteuil; la porte s'ouvrit; Petit Pierre entra, portant autou du cou une prune accrochée par un fil.

"Haha ! dit-il, le voleur, c'est Petit Pierre. Attendons un peu l'arrivée des autres enfants, afin de faire honte davantage à Petit Pierre.

 Un autre enfant entra dans la classe. L'instituteur crut voir une prune attachée autour de son cou par un morceau de fil.

- Si Perig est coupable, ce ne peut être Petit Paul, dit-il

 Les enfants entrèrent l'un après l'autre et s'assirent. Mais, à leur suite, tout ému, les bras au ciel, le recteur arriva en courant. Il entra dans la classe:

 -"C'est épouvantable, épouvantable, M. l'instituteur. Ce matin j'avais encore 55 prunes. Aussitôt que j'ai cessé de surveiller mon prunier, hélas, il n'en est pas resté une seule !"

 Alors le maître d'école chercha des yeux Petit Pierre afin de montrer le voleur au recteur. Son regard parcourut les bancs. Jesus Marie ! Au cou de chaque enfant, une prune, accrochée à un fil, se balançait !

  Trois enfants seulement ne portaient pas de prune. L'instituteur voulut les féliciter, mais ils avouèrent en pleurs: " M. le maître d'école, nous sommes aussi francs que les autres mais nous ne courons pas aussi vite. Quand nous arrivâmes, les cinquante-cinq prunes avaient disparu et nous en avons  cinquante-huit autres !"

Ar Bobl, n° 191, 22 août 1908 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2014

s






Dernière modification le 30/03/2016

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1