Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

                                        Cette page a été complétée en avril 2017

Le cloaque carhaisien...

Une ville rurale, pleine de jardins et même de champs...

[JPG] Carhaix ville agricoleEn bas et à droite, l'école primaire de la commune de Plouguer - Au centre, l'église de Carhaix

 

    Le meilleur et le pire....

[PNG] Carhaix ventre et gare Eclair 20 janvier 1910.PNG

                                                           Ouest-Eclair, 20 janvier 1910

   Consommation de boissons alcoolisées "par habitant"; ce n'est pas ainsi qu'il convient de compter, puisque les femmes sont plus raisonnables que les hommes adultes et que  les enfants, en principe,  sont réduits à l'eau.

 

Les flux économiques campagne-Carhaix peuvent emprunter des transports...

traditionnel:

[JPG] amazone Carhaix

ou moderne:

 42 000 voyageurs ont pris le train à Carhaix en 1909.  "Exportation" de grains, mais "importation" de farine: les moulins au fil de l'eau, pourtant nombreux, semblent dans l'incapacité de traiter la production céréalière du Centre-Bretagne

 

Début d'un article de l'Ouest-Eclair:

[PNG] Carhaix une antiquite A Eclair 01 avril 1904

                                                                      Ouest-Eclair, 1er avril 1904

Quelques  photos du vieux Carhaix:


[JPG] Place de la Mairie.JPG

   Le coeur politique de Carhaix, un 14 juillet (drapeaux tricolores aux fenêtres); c'est l'ancienne Place aux denrées.

Photo extraite de l’ouvrage de Dominique MESGOUEZ, Histoire de rues, Carhaix, Keltia Graphic, 1991

 

 

[JPG] vieille maison place Mairie.JPG

 

Maison à étages: boutique au rez-de-chaussée, logements au  premier étage, soupentes au second - A droite, la place d'Aigiuillon, gouverneur de Bretagne, où se tenait le marché au beurre

Photo extraite de l’ouvrage de Dominique MESGOUEZ, Histoire de rues, Carhaix, Keltia Graphic, 1991

 

[JPG] place d'Aiguillon

 

La place d'Aiguillon

Cette photo est extraite de l’ouvrage de Dominique Mesgouez, Histoire de rues, Carhaix, Keltia Graphic, 1991

 

[JPG] rue Brizeux ancienne rue du Pavé.JPG

Rue Brizeux, ancienne rue du pavé.  C'est l'ancien cardo (axe Nord-Sud structurant) de la ville romaine Vorgium (Carhaix)

Photo extraite de l’ouvrage de Dominique MESGOUEZ, Histoire de rues, Carhaix, Keltia Graphic, 1991

 

[PNG] Rue Brizeux 1912

     La même rue, entre Mairie (au fond) et rue du Général Lambert. Vue empruntée au site "la biblogothèque d'une poule sur un mur". Maisons à encorbellements

 

[JPG] rue général Lambert

Rue du Général Lambert  ; ancien decumanus (axe Est-Ouest structurant) de l'ancienne Vorgium

Costumes de fêtes des femmes et des hommes

Photo extraite de l’ouvrage de Dominique MESGOUEZ, Histoire de rues, Carhaix, Keltia Graphic, 1991

 

 

[JPG] Marché aux chevaux

Le marché aux chevaux, près de l'église Saint-Trémeur. Les chevaux de Haute-Cornouaille bretonne étaient renommés de longue date; des haras actifs fonctionnaient à Carhaix jusqu'aux milieu des années 1960

Photo extraite de l’ouvrage de Dominique MESGOUEZ, Histoire de rues, Carhaix, Keltia Graphic, 1991

 

 

[JPG] les halles Carhaix

 

Les Halles de Carhaix

Cette photo est extraite de l’ouvrage de Dominique Mesgouez, Histoire de rues, Carhaix, Keltia Graphic, 1991

 

[JPG] puits de la rue Cazuguel.JPG

 

Puits de la Rue Cazuguel  - Citadines en coiffe; forte natalité

Photo extraite de l’ouvrage de Dominique MESGOUEZ, Histoire de rues, Carhaix, Keltia Graphic, 1991

 

L'hebdomadaire morlaisien de droite catholique  l'"Echo du Finistère" (1906-1912), dont le correspondant carhaisien est Jean Solu, fondateur de la section locale de l'Action libérale populaire, vilipende l'incurie de la municipalité "de gauche" (n°  260 , 26 novembre 1910)

[PNG] la rue Cazuguel n° 260 26 11 1910.PNG

   Une rue qui a défrayé la chronique des conptes-rendus des conseils municipaux: la rue de la Madeleine (en été ....)

[PNG] Carhaix La Madeleine.PNG

 

    Le Carhaix de la "Belle Epoque" n'était qu'une toute petite ville (3 500 habitants en 1911), comportant quatre places (l'une pour les cérémonies militaires et les danses; une deuxième pour le commerce des animaux à cornes; une troisième pour celui des chevaux, une dernière pour le marché), quelques rares hôtels, des halles, un "château rouge". Cette ville était pleine de champs et, si beaucoup de campagnards se rendaient plusieurs fois par an dans la capitale du Poher, quelques citadins se rendaient aux champs pour y travailler ou surveiller le déroulement des travaux agricoles dans leurs propres champs. Sur la commune de Carhaix, ville et champs s'interpénètrent encore, comme l'atteste cette affiche notariale de mise en vente, publiée dans le numéro du 1er octobre 1904.

 La rue neuve est l'actuelle rue de Bazeilles. Une énigme: le champ de la synagogue...

 

[PNG] Carhaix champs 01 10 1904 n 2

 

AR GEAR VIHAN

   Studi ar gear vihan a c'hall beza fentus awalc'h da ober, rag giz-ober eur gear vihan a ziskuez skler bete pelec'h a c'hall mond gwaskerez ar vreuriez-tud war spered ha mojou eun den. A vicher a reomp, ar gear a vevomp ennhi, a lez o merk war hon spered, hag a gelc'h ahanomp en eur steuen, deuz a behini n'allomp ken en em diluia.

  [..] Ar c'heariou en pere e weler skleroc'h evid e lec'h all ar spered euz ar c'heariou bihan, eo ar re o deuz eur boblanz difuskul. Er c'heariou lec'h ma zo tud o tond ebarz hag o vond e-kuit bemdez, ar spered-ze n'all ket stummi mad awalc'h. Er c'heariou lec'h a zo eur boblanz diazeet, an tiegezou a gear en em anvez mad-tre an eil egile; heuil a reont o histor aboue meur a vloavez. An holl a daol pled mad deuz giziou ha jestou ar re all. Pephini a zo mesaët mad gant e amezeg, ha dustu n'en eme gav e ve tremenet ar rêvu varnezan.

  Deuz eno e teu ma ve barz ar c'heariou bihan an hevelep giz-sonjal, an hevelep kustumou, an hevelep barn var an trou. An dud-ze, boazet da veva bepred ar memez kelc'h striz, boazet de gleved bemdez ar memez konchou ha da evesaat ouz ar memez traou, a zeu o spered da veza beret er memez moull [...]

  Ar gear vihan ne blich ket d'ezi an estranjourien. Na blich ket d'ezi gweled tud dianvez o tond da skrabouilla he sioulder..[...] Anaout a rer keariou bihan, pere a revuzaz lezel ober henchou-houarn dre enno. Keariou bihan o deus revuzet dalc'hmad lezel kazerniou da veza savet enno, gant aoun na vije dibochet ar merc'hed gant ar soudarded.

   Mar deu eun den nevez da veva er gearik vihan, e vevo red d'ezan chom eur maread amzer e-hunan; an holl a zello dioutan evel eun dra gurius, ha ne vezo ket great anoudegez gantan, ken  a vezer deut da gustumi dioutan.. Mar deo an den-ze eun den-en-karg, eur fonksioner, neuze a ouier en araok petra eo, ha petra vezo; dougen a ra e verk var e dok.  Mez mar deo, dre chanz, eun den  a vicher, eun den deut da ren  eur c'honverz bennag, neuze e savo disfi dezoutan, studiet e vezo e c'hiziou, e gerzet. Eur wech a vo bet anavezet mojou ha karakter an hini-nevez, e vezo merket e blas d'ezan er gearik; eur plas a vezo roet d'ezan neuze, en kosteen pe gosteen. N'eus ket evel ar gear vihan evid kaout kosteennou, partiou, hag ive, n'eus ket trec'h d'ezi evit kaout doujanz evit an dud uhel blaset hag an hanoiou kaër;  da beb mare, e sao, er c'heariou bihan, disput etre ar c'hlastou: ar beorien hag an vourc'hizien, ar gonversanted hag an noblanz.

An hini neve zeut, mar fell d'ezan beza deut mad gant ar "société", a renko eta gouzout delc'hen e renk, vel ma leverer, gouzout rei e daoliou tok hervez uhelder ma pinvidigez an hini zaludet, gouzout rei ar stardadennou-dorn, deuz stad an dud en do affer ganto.

   Mar deuz ar gear vihan eur gasoni diguz evit an traou a ziaveaz hag an dud nevez, hi deuz ive eun ompinion vad dreistdiouthi he-unan. Ar garante-ze evithi hag evit he zraou a ere "karante kloc'hdi" anezi. Ar garante broik ze a zo anoazur tre.

  Ar gear vihan a vezo fouge ennhi gant e zud brudet, gant he amzer dremenet aboue kant-vloaziou, gant e lec'hiou brao, he meneziou, he c'houeziou-dour, he aochou, etc.. Er c'hontroll, hi a reio peoc'h var e siou fall.

   Mar deu d'eomp brema sellet deuz giz sonjal ar gear vihan, e welimp anezan boutet bepred gant ar spered klast, hag ar spered kosteen. Respet he deuz evid an dud galloudus, ha mar digouez d'unan bennag deuz ar c'hlast uhel ober eur fallagriez, buan e vezo roet peoc'h var ze.  Neb lec'h all a-bed na vezo gwelet ar botred iaouank ken fichet hag ebarz er c'heariou bihan. Haligenta zo piou a vezo gantan ar c'hiz ar muia nevez.

  Neb lec'h all a-bed evel er c'hearigou, na vezo spiet an dud evid o ompinionou politik pe relijius.Taolet a vezo pled gant piou e refet kont an aliesa, taolet a vezo pled a eio d'an oferen ha piou n'eio ket. Pephini eo merket e blas d'ezan dre-holl.

  Er c'heariou braz, pe zoken var a meaz, an den n'eo ket sklavour dindan zonjezonou ar re all, mond ha dond a ra e peb frankiz, mez er gear vihan, na welet ato  nemed an hevelep doareiou, hag evelse e teuer da veza "den an holl" hep gallout, gwech a-bed, mond er-meaz deuz al lezen gommun.

   Deuz ac'hano e teu ma kaver ken hir an amzer er gear vihan. An amzeriou-bloaz, ar miziou, an deveziou, an heuriou a dremenn an eil var lerc'h egile hag holl int henvel, paket er memez linsel drist.

     Ar gear vihan, deuz an eil penn ar bloaz d'egile, a gousk he c'housket e-mesk he zraou goz. An Aotrou Tarde a lavar penoz en amzer a hirio, ar gear vihan a zo dre natur difennerez ar c'hiz koz hag ar peoc'h, e-lec'h ar gear vraz ha trouzus a zo dre natur ive difennerez ar c'hiz nevez hag ar chenchamant. Ar gear vihan a gemero koulskoude tam ha tam skuer var ar gear vraz, mez en eur vond gant he amzer.

   Ar c'heariou braz, hag ar c'heariou a zo enno uzinou ha tier-labour evit peb sort micheriou, a zeu da veza oalejou-tan deuz a bere e skuill flammou war ar vro holl, hi a ra "kour an ideiou". Ha gant-se, pa dremenn trainien dre geariou braz Bro-Saoz e kreiz an noz, ar beajour pa lak e benn er prenestr, a zant e galon o taoulampat en eur weled er pellder ar goulaou hag an oabr sklerijennet gant moged an uzinou braz hag a chiminalou uhel. E galon a drit ennan, rag gouzout a ra penoz er c'heariou braz-ze a zo buez ha frankiz, hag e skiant a oar penoz ar plasou-ze eo a ro an ton d'ar bed holl

  Troet divar gallek

Georges PALANTE

La petite ville

 Etudier une petite ville peut être amusant, car cette analyse montre clairement jusqu'à quel point une confrérie peut aller pour étouffer un individu en raison de son opinion et de sa trombine. Le métier que nous exerçons, la ville où nous vivons laissent leurs marques dans notre esprit et nous enferment dans des intrigues que nous avons bien du mal à débrouiller.

[...] Les petites villes dont l'esprit se laisse mieux pénétrer ont une population qui aime son chez soi. Les villes où les gens entrent ou dont ils sortent chaque jour, ne sont pas aussi bien disposées. Dans les villes où les gens sont pauvres, les familles se connaissent très bien; elles ont  une histoire commune depuis plus d'une année. Tous s'intéressent beaucoup aux paroles et aux gestes des autres. Celui qui est en bisbille avec son voisin, est passé en revue immédiatement.

 De là vient, dans les petites villes, la similitude des opinions, des coutumes, des jugements sur les événements. Ces gens, habitués à vivre dans le même cercle étroit, à entendre les mêmes contes et boire aux mêmes sources d'information, ont un esprit coulé dans le même moule.

   L'étranger déplaît à la petite ville. Elle n'aime pas les inconnus déranger sa tranquillité. On connaît des petites villes qui ont refusé la traversée de leur territoire par la voie ferrée. Des petites villes ont refusé constamment d'accueillir des casernes, par peur que les jeunes filles soient détournées du droit chemin par les soldats.

 Si un nouvel individu s'installe dans une toute petite ville, il devra vivre pendant une longue période seul; tous le considéreront comme une chose curieuse , comme le veut la coutume . Si cet homme occupe un emploi de fonctionnaire, on le sait déjà comme on sait ce qu'il sera; il en porte une marque sur son chapeau. Mais, si par chance, c'est un ouvrier, un gérant de commerce quelconque, alors on se méfiera de lui, on observera ses manières, ses démarches, ses allées et venues. Le nouveau-venu, s'il tient à s'attirer les bonnes grâces de la "société", devra savoir marquer et tenir son rang, en fonction des ses revenus, savoir donner des coups de chapeaux selon le degré de richesse, savoir donner des poignées de main à ses clients et fournisseurs en fonction du niveau des transactions.

   Si la petite ville hait au grand jour tout ce qui vient de l'extérieur et les nouveaux venus, elle se forge par elle-même une bonne opinion sur presque tout qui est elle-même: cet amour-là  s'appelle l'esprit de clocher.  Ce micro-patriotisme est très susceptible.

 Une petite cité tirera orgueil de ses concitoyens cél_bres, de son passé pluri-séculaire, de ses lieux pittoresques, des ses montagnes, des cascades, de son chaos, etc... En revanche, elle fait silence sur ses mauvais aspects.

    Si maintenant nous examinons les manières de penser de la petite ville, elle apparâitra polarisée par deux fils directeurs: l'esprit de classe et l'esprit de parti. On y respecte les gens puissants et si l'un de ces derniers commet une scélératesse, on étouffe celle-ci sans tarder. Nulle part ailleurs, vous ne verrez de jeune homme si bien attiffé qu' ici. Le plus glorieux est celui est vêtu à la dernière mode.

  Nulle part ailleurs que dans ces micro-villes, les gens ne sont espionnés à cause de leurs opinions politiques ou religieuses. On prêtera attention à celui qui formulera un avis, on prêtera attention à celui qui va à la messe et à qui n'y va pas. Chacun a sa place marquée.

 Dans les grandes villes, et même à la campagne, l'homme n'est pas l'esclave de la pensée unique, il va et vient en toute liberté, mais dans les petites cités, on n'observe jamais que de semblables manières et ainsi on devient un être sans personnalité, sans pouvoir jamais rejeter la loi commune.

  Cela m'incite à trouver si long le temps dans la petite ville. Les saisons, les mois, les jours, les heures passent les uns après les autres, identiques à eux-mêmes, comme enveloppés dans le même triste linceul.

  La petite cité, d'un bout à l'autre de l'année, dort son sommeil au milieu de ses traditions. M. Tarde affirme qu'aujourd'hui, la petite ville, de par sa nature, est attachée au passé et à la tranquillité, alors que la grande ville bruyante, par sa nature, est éprise de nouveauté, de changements. Cependant, la petite ville prendra peue à peu  exemple sur la grance cité, mais à son heure, à son ryhme.

  Les grandes métropoles, les villes remplies d'usines et d'ateliers divers, sont des foyers de développement pour le pays tout entier, elles sont des centres d'innovations. Et, par elles, quand passent les trains de nuit par les grandes villes anglaises, le voyageur, s'il met le nez à la fenêtre, sent son coeur frémir en voyant au loin la lumière et le ciel éclairé par la fumée des grandes usines et des hautes cheminées. Son coeur se transforme, car il sait que ces grandes villes sont vivantes et libres et, de sources scientifique, il a la certitude que ces endroits seront pour le monde entier un exemple à suivre.

   Traduit du français

Georges Palante

Ar Bobl, n° 37 et 38, 3 et 10 juin 1905 Traduction: Jean Yves Michel, avril 2014

 

  Dans ce long entrefilet, le duo Palante-Jaffrennou dénonce  les diverses formes de mesquinerie cultivées dans une toute petite ville comme Carhaix. Les auteurs regrettent aussi que la capitale du Poher soit restée à l'écart de la première révolution indutrielle, fondée sur le charbon et le minerai de der (qui peuvent être importés), la sidérurgie. etc...

 

En 1905, François Jaffrennou met sur la sellette le maire, le commerçant radical Anthoine, adversaire politique résolu d'ar Bobl.

  "L'hygiène des rues.

Un voyageur de passage souvent à Carhaix nous a fait remarquer combien les rues de Carhaix manquaient de propreté et d'entretien. Devant chaque porte, il y a un petit cloaque. Le balayage ne se fait pas ou se fait mal. Il y a une excuse, il n'y a pas de bornes-fontaines, il n'y a pas d'eau !

   Mais là où l'excuse disparaît, c'est pour les personnes qui viennent jeter leurs immondices, les urines et les matières fécales, dans les ruelles qui encerclent la ville. La ruelle qui a la préférence est celle qui est dite  Tour du Château, qui va du débit Guillou à la rue Cazuguel . L'autre soir, deux femmes y vinrent vider des récipients de choses innommables, par paresse et par malpropreté. Il ne leur eut pas été plus difficile de les porter plus bas, à la campagne.

  Enfin, le bas de la place La Tour d'Auvergne, vulgairement appelée Champ-de-Bataille, est le véritable cabinet d'aisances de toute la ville.

M. le Maire devrait bien faire circuler le Garde-Champêtre dans ces parages d'infection, vers les 9 ou 10 heures du soir, pour dresser procès-verbal en règle à ceux qui prennent les voies publiques pour des dépotoirs.

 Enfin, nul ne contestera l'utilité d'un arrêté municipal ordonnant que toute personne ayant porte sur rue ait un récipient où elle déposerait ses balayures et que la voiture d'ordures ramasserait tous les matins"

Ar Bobl, n° 66, 23 décembre 1905

 

    François Jaffrennou stigmatise à nouveau l'impéritie des édiles carhaisiens:

   "Carhaix - Les boues des rues

    Les habitants de la rue de la Gare se plaignent à juste raison que les cantonniers et balayeurs, après avoir entassé les boues liquides  des deux côtés de la voie publique, les laissent séjourner trop longtemps sans les enlever, de sorte que la nuit, l'éclairage n'existant qu'à l'état rudimentaire,  les passants et ceux qui réintègrent leurs maisons s'y enfoncent jusqu'aux chevilles".

Ar Bobl, n° 123, 2 février 1907

 

François Jaffrennou insiste dès décembre 1907

  "Carhaix - Malpropreté des voies publiques

 Les routes et rues sont de véritables cloaques. Le service de la voirie municipale ne fonctionne presque pas. Cà se passe, comme on dit, à la bonne franquette. L'avenue de la gare, qui dépend de la voirie départementale, est toujours à l'état de bourbier. Sans doute néglige-on cette rue parce qu'il y passe plus de monde qu'ailleurs"

Ar Bobl, n° 167, 7 décembre 1907

  L'hebdomadaire morlaisien de droite catholique et résolument régionaliste, tout comme "ar Bobl", ne retient pas ses coups contre la municipalité Lancien:

[PNG] le cloaque carhaisien n° 12 24 février 1906.PNG

 

[PNG] cloaque carhaisien acte 2 n° 161 02 01 1909.PNG

                                                                                     N° 161, 2 janvier 1909

 

[PNG] pavé des rues Cx n° 105 7 12 1907                                                                                            N° 105, 7 décembre 1907

 

   [PNG] le puits de la rue neuve Carhaix n° 138 25 07 1908.PNG                                                                                           

                                                                                                               N° 138, 25 juillet 1908

 

   On ne peut s'empêcher de rapprocher ces constatations de celles de CAMBRY, qui visita la Bretagne en 1794 et décrit ainsi Carhaix:

"Quelles rues ! Quelle malpropreté ! La grande rue est entièrement pavée de quartz: cette pierre indestructible, dont les plus lourdes voitures ne peuvent briser les pointes anguleuses, dégarnies de sable, de la terre qui les environnait, fatiguent le piéton, estropient les animaux. Beaucoup de maisons enfumées, au-dessous du sol de la rue, recevant ses écoulements; une multitude chaumières abattues, abandonnées; la pauvreté, la nonchalance et la malpropreté d'une partie des habitants en rendraient le séjour inhabitable, sans l'élévation sur laquelle cette ville est placée, sans les vents violens (sic) qui balayent et purifient l'atmosphère"

 Jacques Cambry, "Voyage dans le Finistère" en 1794, édition de 1836, Brest, rééidtion par  Coop Breizh, Spézet, 1993

 

   Taldir reproche à un conseiller municipal, Henriet, de se déterminer en faveur de la construction d'une école au détriment de l'installation de l'éclairage électrique dans les rues de Carhaix

 

   "Que faire des 60 000 francs ? - Avec les 60 000 francs (1) que M. Henriet rêvait de consacrer à édifier d'intempestifs palais scolaires, que ne fait-on pas oeuvre plus pratique et plus utile ? Que n'achète-t-on pas le moulin du Roi, dont la chute d'eau, captée et conduite, pourrait alimenter une usine d'électricité qui fournirait enfin un éclairage peu coûteux à l'une des plus jolies petites villes du Centre-Bretagne ? M. Henriet voulait nous donner la lumière, comment dire, la sainte lumière...pédagogique, nous demandons d'abord la lumière électrique".

Ar Bobl, n° 66, 23 décembre 1905

 

60 000 francs-or, soit le total des salaires annuels de 25 instituteurs français en 1905

 

[PNG] rue neuve A 122 26 01 1907.PNG

[PNG] rue neuve B 122 26 01 1907.PNG      Ar Bobl, n° 122, 26 janvier 1907

 

   Un coupe-gorge ?

"On demande un Commissariat de police _

   Devant l'impuissance d'un seul garde-champêtre et d'une brigade de gendarmerie obligée de parcourir tout le canton, à maintenir le bon ordre et à assurer la sécurité des citoyens d'une ville de 4 000 âmes, plusieurs personnes nous prient de transmette le voeu suivant à qui de droit: "que la création d'un Commisariat de Police soit réclamée incessamment à Carhaix".

   Presque tous les soirs, en effet, des manifestants parcourent les rues en troublant le repos des citoyens paisibles; il est temps que cela cesse"

Ar Bobl, n° 177, 16 mai 1908


   "Un peu de police, svp - La police laisse singulièrement à désirer. Il y a 15 jours, des noctambules brisèrent un arbre sur le Champ de Bataille. Les auteurs de nombreux méfaits n'ont jaamis été recherchés ni punis.

  Dimanche soir, à une heure du matin, des disciples de Bacchus ont brisé une porte sur le débit M... rue Félix Faure.

 Quand aurons-nous donc une police organisée ?"

Ar Bobl, n° 209, 26 décembre 1908

 

  François Jaffrennou énonce et dénonce tous les délits restés impunis. Ce faisant, il mete sur la sellette, la gendarmerie, la muniqipalité, le garde-champêtre, certains parents soixante-huitards avant l'heure...

[PNG] vols à Carhaix A 259 11 12 1909.PNG

[PNG] vols à Carhaix B 259 11 12 1909Ar Bobl, n° 259, 11 décembre 1909


[PNG] un gros bourg A 104 15 09 1906.PNG

[PNG] un gros bourg B 104 15 09 1906.PNG

                                                             Ar Bobl, n° 104 , 15 septembre 1906

 

Et cependant, le progrès atteint Carhaix, grâce à un capitalisme venu de Rennes. La lumière électrique jaillit à Carhaix en avril 1908

 

[PNG] pub compagnie électrique 149 03 08 1907

Annonce publicitaire parue dans Ar Bobl, n° 149, 3 août 1907

 

 


 


 







Dernière modification le 02/04/2017

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1