Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

1)     Des appétits démesurés…

a)     L’intérêt de classe

« Pensée – L’Etat n’est que la classe qui a réussi à obtenir l’hégémonie. Monarchie ou démocratie, peu importe. C’est toujours une oligarchie qui est maîtresse. Parler de démocratie véritable, c’est parler d’une sphère carrée, d’un bâton sans bout  - G. Palante »

Ar Bobl, n° 30, 15 avril 1905

b)     L’intérêt personnel

« Un député gagne 9 000 F par an depuis 1849 »

Ar Bobl, n° 69,  13 janvier 1906

 

"L'indemnité parlementaire portée à 15 000 F - Les "bouffe-tout" - Députés du Finistère: Pour: Cloarec (Morlaix 1), Dubuisson (Châteaulin 2), Halleguen (Châteaulin 1), Le Bail (Quimper 2) - Contre: Bietry (Brest 1), Villiers (Brest 2), Gayraud (Brest 3), de Mun (Morlaix 2). Abstention: Hémon (Quimper 1) - Absent: de Kerjégu (Quimperlé)  - Morbihan: contre: de Boissieu (Pontivy 2)"

Ar Bobl, n° 115, 8 décembre 1906

      « Les députés qui, congés, vacances, absences de séance comprises, siègent à peu près cent vingt jours par an, ont un cachet quotidien de cent-vingt-cinq balles .. ».

Ar Bobl, n° 121, 19 janvier 1907

 Un ouvrier agricole gagne 1,60  F par jour

Sur proposition d’un député radical-socialiste, les deux Chambres votent en moins de deux heures, l’augmentation du traitement annuel des parlementaires de 9 000 à 15 000 F. Les socialistes et l’extrême-droite rejettent le projet, adopté massivement par la gauche modérée, le centre, la droite modérée. Un député d’extrême-droite s’écrie : « Mon indignation n’égale que ma satisfaction ».

« Les accapareurs ! A la Chambre, la proposition Benoist visant à réduire l’indemnité parlementaire de 15 000 à 9 000 F par an est repoussée par 319 voix contre 189. Dubuisson et deux autres député finistériens ont voté contre »

Ar Bobl, n° 164, 16 novembre 1907

« les Kinzmille »  

Ar Bobl, n° 174, 25 avril 1908

   Cette expression (les « Quinze mille ») désigne les députés qui ont adopté, par 290 voix (gauches, dont le député de Carhaix, Dubuisson) contre 218 (droites) une augmentation de leur indemnité annuelle, portée de 9 000 à  15 000 Francs-or

« Ce que gagnent les députés : en France : 15 000 F par an, parcours gratuit en chemin de fer et une retraite. Au Royaume-Uni : rien. En Allemagne : 3 750 F par an ; en Italie : rien ; en Espagne : rien »

  Ar Bobl, n° 270,  26 février 1910

 

« Les bouffe-tout - Aristocratie nouvelle couche :        Quand Combes était ministre, ses 69 000 F d’émoluments annuels ne lui suffisaient pas pour nourrir sa famille ; il avait casé son fils comme secrétaire général au ministre de l’Intérieur (30 000 F par an), le beau-frère de son fils comme sous-préfet de 1ère classe à Reims (15 000 F), le beau-père de son fils comme Trésorier-payeur général de Seine-et-Oise (80 000 F par an). C’est M. Viviani qui, trouvant trop modestes les appartements volés au cardinal-archevêque de Paris, décide qu’un million et demi sera nécessaire pour donner à l’hôtel particulier du Ministère du travail un confort suffisant » 

Ar Bobl, n° 154, 7 septembre 1907

    Un député perçoit  15 000 F par an,  un facteur-chef de gare, 950 F, un instituteur de 1ère classe, 2160 F, un carrier d’ardoise, 940 F, un domestique agricole, 540 F,  un kg de pain coûte 0,20 F, une douzaine d’œufs 0,75

    « Jaurès, le manitou de la Sociale, dénommée fatidiquement CGT – SFIO, le riche proprio gascon à 50 000 livres de revenus, directeur de l’Humanité, député à 15 000 F par an, est un capitaliste. Abel Craissac, le fomenteur de grèves, propriétaire d’une automobile, d’une villa de 20 000 F à Belle-Ile-en-Mer et d’un journal à Lorient, est un capitaliste. Et voilà les prototypes des « amis » de l’ouvrier  - François Jaffrennou »

Ar Bobl, n° 243, 21 août 1909

 

« La France est un pays où selon le mot énergique de Jaurès, « l’improbité est organisée en bandes »- F.J. »

Ar Bobl, n° 273, 19 mars 1910

 

Jaurès et Briand :

    « Jaurès fut le plus violent adversaire du Cabinet Briand. Ayant démissionné, M. Briand reçut une offre de 500 000 F s’il voulait entreprendre une série de conférences en Amérique du Sud. M. Briand refusa. Il y a un mois, M. Jaurès  a reçu la même invitation du Comité de la République argentine. Seulement Jaurès vaut moins cher : 100 000 F seulement pour 10 conférences. Pense-t-on que l’intègre socialiste a refusé l’offre ?  Il s’est au contraire hâté d’accepter et s’est embarqué à Lisbonne… afin de conférencer sur le sujet « la Société contemporaine »

Ar Bobl, n° 345,  5 août 1911 

 

    C'est une coutume désormais bien établie pour des hommes politiques dont l'aura est en diminution d'effectuer de fructueuses conférences à l'étranger...

« M. Mascuraud, sénateur anticlérical et franc-maçon, marie sa fille à l’église St-Etienne de Paris »

Ar Bobl, n° 217, 20 février 1909

 M. Mascuraud n'a pas retrouvé la foi religieuse, mais le soutien électoral d'une partie du clergé n'est jamais à dédaigner...

 

c)     L’intérêt du Midi

Le Lot –«    « Lorsque le Midi se met à table, n‘est-ce pas d’usage que le Nord ou l’Ouest règle l’addition ?  - Maurice Duhamel »

 Ar Bobl, n° 294, 13 août 1910

  « L’ Opinion » a fait un curieux calcul. Ce confrère a trouvé que, depuis cinq ans, la France a fourni 76 ministres, 38 pour le Midi (120 000 km2), 38 pour le reste de la France (320 000 km2). Té, mon bon, qu’es aco ! »

Ar Bobl, n° 326, 25 mars 1911






Dernière modification le 14/03/2013

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1