Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

[PNG] eglise de Botmeur notice paroissiale

                              Chanoines Jean Marie Abgrall et Paul Peyron, Notices sur les paroisses,"Bulletin de la commission diocésaine d'Histoire et d'archéologie", 1903


1) Une petite église banale, celle de Botmeur en 1906

Le 19 mai 1902, le conseil de fabrique (association, composée de quatre paroissiens et du recteur, chargée de la gestion: conservation, réparations, acquisitions, ventes, du patrimoine religieux: bâtiments, vêtements sacerdotaux, cierges, vin de messe, saintes huiles, location des terres de l'Eglise à des paysans)  décide de procéder à la reconstruction de cette église dont certaines parties datent du 17e siècle: "Considérant que l'église actuelle menace ruines et qu'elle est insuffisante pour contenir les paroissiens...."

  Selon un inventaire effectué le 30 août 1905, alors que la Séparation des Eglises et de l'Etat a été adoptée par la Chambre des Députés le mois précédent, l'église contient notamment:

     "Trois bannières (une en velours rouge, une en satin blanc et la dernière: un côté en drap d'or avec l'image du Sacré Coeur et l'autre côté la Ste Vierge sur fond blanc.

Statues: deux non portatives, celle du Sacré Coeur et celle de St Eutrope (Don de M. Maxime Maufra, artiste peintre à Paris). Quatre portatives: ND de Lourdes, ND des Victoires, Mère de Dieu et Saint Eutrope en miniature (cette dernière à mettre au rebut)

Trois autels, douze bancs d'église, une tribune, une cloche

Mobilier du presbytère: un vaisselier avec buffet, un bois de lit clos dans la cuisine, un siège pour le foyer, une petite table, deux armoires dans la salle à manger, trois armoires au premier, un bois de lit au premier, une caisse à trois clefs pour les fonds de la fabrique, deux échelles"

D'après Michel Penven, Botmeur, Association "Sur les traces de François Joncour" , mai 1992, fascicule de 48 pages, nombreuses illustrations...

 

Voici l'inventaire dressé par le percepteur des contributions directes d'Huelgoat le 12 mars 1906, en application de la Loi de Séparation du 9 décembre 1905, permet de dresser un tableau précis de l'église et surtout de son contenu:

   "Biens de l'Etat, du département et des communes dont la fabrique n'a que la jouissance: EGLISE de BOTMEUR

   Edifiée en forme de croix, bâtie en pierre, couverte en ardoises, paraissant avoir deux ou trois cents ans d'existence, menaçant ruine de toutes parts. Le mur soutenant le clocher, celui-ci haut de 3 mètres garni d'une cloche, est en faux aplomb et constitue un danger permanent pour les fidèles. Cet édifice aurait été mis à la disposition des habitants en 1779 et aurait été érigé en chapelle paroissiale en 1837. La superficie paraît être de trois ares environ.

   Dans la nef, le lambris est éventré en plusieurs endroits; contre le mur du fond, une tribune en sapin peint, de toute la largeur de l'édifice et à laquelle on accède par une échelle de meunier, le tout dans un délabrement complet. Au-dessous de cette tribune et à côté de la porte de droite, un bénitier en pierre fixé au mur.

Dans une partie en retrait de l'église, font baptismaux en granit, couvercle en bois, fermés par une porte en bois de sapin dont la partie supérieure est à fuseaux tournés en sapin.

Du même côté, chaire à prêcher, châtaigner ou sapin peint, menuisé avec quelques moulures, surmonté d'un dôme façonné de même.

 

BIENS DE LA FABRIQUE 

Dans la nef:

Au fond dans la tribune, trois bancs en sapin de 3 m

Contre cette tribune, deux bancs de sapin de 2,5 à 3 m

Sur les côtés de la nef, deux bancs de sapin de 5 m

Au milieu de la nef: un catafalque peint en noir avec quatre porte-cierges en fer; au bout de ce catafalque, une croix métal argenté, hampe bois.

Dans le transept: côté gauche: sur l'autel de la vierge, une nappe d'autel coton blanc, deux bouquets de fleurs artificielles et un vase faïence, quatre hampes bois de 3,50 m -

Maître autel: une croix argentée de 0,35 m sur le tabernacle; sur le retable, deux pots à fleurs artificielles or et argent défraîchies.

En l'absence du clergé, nous n'avons pu savoir ce que contenait le tabernacle [...]

Sur les marches de l'autel, un vieux tapis lainé; sur ce tapis, un carillon triple d'autel, argenté. Dans une lanterne en fer blanc ordinaire, haute de 0,20 m, posée sur le lambris à droite de l'autel brûlait une veilleuse.

Dans la sacristie:

Dans un placard, deux vieilles lanternes de procession en fer peint; deux candélabres cuivre à feuillage faïence et cuivre; deux petits candélabres à six bougies, zinc doré; deux bidons de pétrole; un bénitier cuivre et un goupillon, trois plats à quêter

Contre un porte-manteau, un petit encensoir métal argenté avec chaînette.

Un bureau corps inférieur à deux battants avec étagère; sur cette étagère, un crucifix, cuivre argenté, un christ en croix cuivre, un porte-cierges en étain, un chandelier en cuivre.

Sous cette étagère, douze livres de messe et de chant défraîchis et quatre cahiers de comptes.

Dans le grand corps de ce meuble, les portes ouvertes:

Un ornement d'autel rouge, une chasuble blanche brodée d'or, quatre aubes roulées, quatre surplis, un ornement d'autel blanc, envers rouge, un violet, un vert jaune, un noir défraîchi; une boîte saintes huiles en plomb; un paquet d'encens; un vieux missel, un vieux saint en plâtre.

Contre un porte-manteau, une étole, une chasuble noire brodée argent, une étole et une chasuble noire brodée or, une chasuble violette, une robe enfant de choeur flanelle rouge.

Sur le sol, une croix métal argenté, une caisse avec six cierges, un porte-missel en bois.

Contre un mur: une fontaine zinc peint, deux serviettes

 

A l'étage du presbytère:

Une armoire en sapin à deux battants haute de 2 m, large de 1,50 m; dans cette armoire, une étole, deux candélabres à fleurs et deux chandeliers cuivre.

Une autre armoire sapin peinte en brun, plus grande , dans laquelle se trouvent les registres de baptême, livres, budgets et comptes.

Un coffre en chêne ciré de 0,60 de long sur 0,35 m de hauteur et autant de profondeur fermé à trois clefs. Dans ce coffre, nous avons vu, mais non compté, les sommes indiquées dans les déclarations concernant l'actif"

Archives départementales du Finistère, 1 M 201, direction générale des Domaines, inventaire, Bormeur

 

  Cette église disparaît en 1909; elle est remplacée par un édifice plus grand, incendié accidentellement en 1934; en moins d'un an, le recteur parvient à le restaurer..






Dernière modification le 19/03/2016

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1