Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

                                                                                                                            Page complétée en mars 2017

3) L'esprit revendicatif et matérialiste

 

« Arc’hant en ti, maez ar soursi »
Ar Bobl, n° 326, 25 mars 1911
Traduction :
   « L’argent chasse les soucis »

      Taldir, au cours de ses déplacements (conférences, chants, contes, cérémonies bardiques), observe nombre de comportements engendrant une misère sociale : la répétition horlogère des naissances au sein d’une même famille, la conception hors-mariage. Le grand âge ou l’accident du travail ont des conséquences souvent dramatiques… Ni allocations familiales, ni retraites suffisantes….

     Le manque de liquidités de la plupart des paysans du Poher est le résultat de multiples causes : une thésaurisation acharnée (la peur de manquer du nécessaire lorsque travailler devient physiquement impossible, ou lorsque l’année a été catastrophique sur le plan météorologique, la volonté d’épargner pour pouvoir un jour acheter une parcelle), le souci constant de vivre en quasi-autarcie (dépenser le moins possible, perdre le moins de temps possible en déplacements vers les lieux de foire).

 

 

« Hag ar jistr ? Hennez na vo ket difennet ? »   
« Et le cidre ? Celui-ci ne sera pas soutenu ? »
Ar Bobl, n° 142, 15 juin 1907 Traduction: Jean Yves Michel, août 2012

 

  Allusion aux subventions réclamées par les producteurs de « gros rouge » du Languedoc, organisateurs de violentes manifestations à Béziers, dont l'écho est parvenu jusqu'au fin fond du Poher...

 

Poullaouen, 1907: Nous d'abord...

 

Poullaouen - Hent Keraez da Werliskin

Eur hent nevez a ver o studial ober etre Keraez ha Guerliskin, dre Volazek - An hent-ze a dlee tremenn da genta dre C'hourlann ha Koat-Freo, mez tud ar Gozker hag ar Guilly o deuz goullet ma vije digaset kentoc'h dre o c'heariou pere zo zervijet gant hentchou logen imposubl daremprodi anê er goanv.

Poullaouen - La route de Carhaix à Guerlesquin

Une nouvelle route, joignant Carhaix à Guerlesquin par Bolazec, est à l'étude. Cette route doit passer d'abord par Kourlann et Coat-Freau, mais les habitants du Cosquer et du Guilly ont demandé qu'elle passe plutôt par leurs villages,  desservis par des chemins qui sont de véritables fondrières, impraticables en hiver.

Ar Bobl, n° 139, 25 mai 1907 Traduction: Jean Yves Michel, septembre 2012

 

Poullaouen, encore...

 

Poullaouen - Eur hent a c'houller  - Skriva rer d'eomp

Prometet zo bet da labourerien douar da Goueled Poullaouen eun hent visinal da staga hent braz bihan Sant Bastian (a pez a virfe outê da pignat pe da ziskenn kraw Kimilfern deut da veza difontet) ouz hent-braz nevez Brest, en eur dremen dre geriadennou Kervorvan ha Ros Kornaou, hag a rentefe kalz a vad d'ar vro.

  Ar menneoz a zo dilezet, na gomzer ken diwar e benn, koulskoude stad fall an hentchou n'all ket pad.

  Mez ive, kredet hon, ar c'hontre-ma ne ma deuz tu bed, imposubl eo d'ar gabalerien en em gaout ganthi dindan boan da rea interet en beo e-kreiz ar poullou fank ! Bevet al liberte !

Ar gommun, he deuz diverket divar he zerrouer lezennek, ar c'hartier-ze, pehini a zo deut da veza en diavaez euz a bek administrasion.

 Koulskoude, pez zo kurius memez tra, ar perseptor n'eus ket ankouaet ahanomp var e gaïer braz, kement rakse hon beuz droet evel ar sitoïaned all da ober hon profit euz avantajou ar Republik var bez a zel eur gwelladurez an hentchou.

    Otrone konsaillerien, labouret 'ta dre hoc'h interest hoc'h-unan, ha dre interest evid an dud all; great ho pezo eun ober mad hag a profito tout ar barrez.

P.S.: Parrez Kergloff, deuz a gonter, a zo disposet da genderc'hel an hent var he zerrouer

   Laouen ar Poull

Poullaouen - La route que nous voulons - On nous écrit

Lors de fêtes de Poullaouen, il a été promis aux cultivateurs la création d'un chemin vicinal qui relierait la route communale de Saint-Sébastien (qui tourne et monte et descend rudement à Quimilfern et est bien défoncée) ,et la grand route récente de Brest; elle desservirait les villages de Kermorvan et Roskornoa et ferait beaucoup de bien à la contrée.

   L'idée est abandonnée, on n'y fait plus allusion, bien que le mauvais état des routes ne puisse durer.

 Aussi, croyons-nous,  cette région est devenue impénétrable: impossible aux démarcheurs de se donner la peine de porter un intérêt à ses habitants au milieu de mares de boue ! Vive la liberté !

 La commune a rayé de son territoire légal ce quartier, qui est traité en étranger par une administration bègue.

Pourtant, curieusement, le percepteur ne nous a pas oubliés sur son grand cahier, donc nous avons le droit, comme les autres citoyens, de profiter des avantages dispensés par la République, particulièrement pour ce qui concerne l'amélioration des routes.

     Messieurs les conseillers municipaux, travaillez donc pour l'intérêt de chacun et de tous; faites une bonne oeuvre qui profitera à toute la commune

P.S.: La commune de Kergloff, à ce que l'on raconte, est disposée à prolonger la route sur son territoire

Guillaume la mare

 Ar Bobl, n° 321, 18 février 1911
 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012

 

Motreff: un bureau de poste !!!!

 

Motreff - Klemm zo !

  Paotred Motreff a glemm deuz ar c'hiz a ve great da zigas o lizirou d'ê. Ar bourk ne ma nemed eun hanter leo deuz ar gar; ac'hanta, evel buro post n'euz er bourk nemed eur c'hoz boest louedet ha goloet a ginin. Ouspenn, ar fakteur a barti abred deuz Keraez da ziverviji Motreff, hag a zigas gantan eur c'hourrier digouët en Keraez aboue an de araok vintin.

  Aez awalc'h a vije hanva eur fakteur-reseour en bourk Motreff ha na nije nemed eun hanter-leo d'ober da gas ha da zigas ar c'hourrier d'ar gar.

  Motrefiz o dije evelse o lizerou da on devez abretoc'h.

Eur mengleuier

Motreff - On se plaint !!!

   Les gens de Motreff se plaignent de la façon dont ils reçoivent les lettres. Le bourg n'est qu'à une demi-lieue de la gare; eh bien, pour tout bureau de poste, il n'y a au bourg qu'une vieille boîte rouillée et couverte de mousse. En outre, le facteur parti tôt de Carhaix pour desservir Motreff, amène un courrier arrivé à Carhaix la veille au matin.

  Il devrait être assez facile de nommer un facteur-receveur au bourg de Motreff, qui n'aurait qu'une demi-lieue à parcourir pour envoyer et rapporter le courrier de la gare.

  Le Motreffois recevrait ainsi ses lettres au plus tôt.

Un ardoisier

Ar Bobl, n° 410, 26 octobre 1912Traduction: Jean Yves Michel, 2013


 

 

Les instituteurs réclament les droits de se syndiquer et de grève

 

 Ar mestrou-skol eneb d'ar C'houarnamant

Aboue eur pennad amzer, e zo etouez mestrou-skol Franz eun neubeud pennou dizent, hag o deuz sonjet gouien ive an droët da vond "en grève".

  Beteg ama, an dud en karg, paët gant ar Vro evid ober servich an holl, e oa difennet mad outo kroui sindikajou na dihan al labour var digare kaout kresk pe ober venjanz var o mestrou.

  Mez hirio, ar sperejou a chench penn; an hini a dle senti, a zo deut en eun taol da gredi eo hen a dle komandi. En eur welet ar gwall skuer roet d'ar vro gant ar vicherourien revolusionaër pere a ve aliesoc'h o paouez eged o poania, ar mestrou-skol o deuz sonjet e vije brao tre ober memez tra ive, hag o deuz en em ravoltet eneb al lezen. Bodet o deuz eur c'hendalc'h en Naoned n'euz ket pell, hag en despet d'al lezennou, eur mil bennag anezo o deuz krouet eur sindikat, ha roet o hanoiou da ober perz euz kevredigez Vraz al Labour.

   Daou vestr-skol, an Antrone Nègre ha Desirat, a zo bet hanvet gant ar re all da vond da lavaret da Glemenceau petra felle d'ar mestrou-skol kaout.

 En eul lizer hirr, kaset evel respont gant Clemenceau da Negre ha Desirat, ar ministr a isplik penoz eo imposubl digemer goulennou an dud en karg. Setu ama eur c'hrennad bennag deuz al lizer-ze:

" Gouarnamant a-bed na zigemero penoz an ajanted euz ar servichou poblus, a zeufe da veza henvelaët eur ouvrierien an oberiou privet, rag an henveledigez-ze n'eo na rezonabl na lezennek.

 Pourveet a zo d'eoc'h-hu, fonksionerien, eun impli dre ar c'houarnamant, ha n'all ket beza tennet diganeoc'h nemed dre ar c'hondisionou divizet. En eur vreuriez e moc'h hag a zo pazennet ho komanant a zo merket en avanz ha sur oc'h da gaout bara heb kaout aoun euz an de-var-lec'h. Avantachou all ho peuz kalz: paët e vec'h pa 'z oc'h en konje, ho pugale o deus ar skolaj evid netra, hanter briz e veajet var an henchou-houarn, eur retret ho peuz en ho kozni ! Mez en trok, c'houi zo oblijet da waranti d'ar republik eur servich heb mankou hag heb ehan. Freet oc'h deuz ar vro holl a-bez. Terri ar c'hontrat a ve deuz ho perz harz ar vro da veva, ha mar her grafec'h, e vefoc'h kastizet. Ar rezon hag ar sans-vad a zifenn ouzoc'h rei dorn da ouvrierien ar Bours-Labour, rag c'houi n'oc'h ket evelto soumetet da lezen ar c'hinnig hag ar goulen. Ho plas ne ma ket en Kevredigez Vraz al Labour. Houma a gomz en eun doare ha n'all ket eur c'helenner anzao. Kuzuilla 'ra terri ar benviou, hada 'ra kasoni, prezeg a ra an treizoni, hag evel mestrou-skol republikan, c'houi renk stourm ouz an doktrin-ze. Ar Gevredigez-ze a brezeg eneb ar vro hag an arme: mar peuz c'hoant rei dorn d'ei, kenta tra ho peuz d'ober eo dilezel ar garg hoc'h eur digemeret da gelenni bugale".

Ne ouezer ket c'hoaz hag hen ar sermon-ma a chencho sonj ar mestrou-skol. N'eo ket sur.

 Les instituteurs s'opposent au Gouvernement

Depuis quelque temps, parmi les instituteurs français, quelques meneurs indociles s'imaginent avoir aussi le droit de se mettre en grève.

Jusque maintenant, Il était interdit aux  individus chargés d'une fonction, rétribués par l'Etat pour rendre service à tous, de créer des syndicats et de cesser le travail sous prétexte d'obtenir des augmentations de salaires ou bien de se venger de leurs inspecteurs.

  Mais aujourd'hui, l'état d'esprit a changé du tout au tout. Celui qui doit obéir s'est cru d'un coup en état de commander. En voyant le mauvais exemple donné au pays  par les ouvriers révolutionnaires qui, le plus souvent, se croisent les bras plus qu'ils ne peinent, les maîtres d'école ont pensé qu'il serait intelligent de les imiter et de se révolter contre la loi. Ils se sont rassemblés en congrès à Nantes il y a peu, et, en dépit des lois, un millier environ ont créé un syndicat et donné leurs noms pour adhérer à la Confédération générale du Travail.

 Deux instituteurs, MM Nègre et Désirat ont été désignés par leurs collègues pour aller rendre compte à Clémenceau des désirs des maîtres d'école. Dans sa lettre de réponse à MM Nègre et Désirat, le ministre explique qu'il est impossible d'accueillir favorablement les revendications des fonctionnaires. Voici un extrait de cette lettre:

  "Le Gouvernemenent n'acceptera jamais que les agents des services publics soient alignés sur les ouvriers du secteur privé car cette similitude ne serait ni raisonnable ni légale.

  Vous êtes pourvus, vous fonctionnaires, d'un emploi par le gouvernement et il ne peut vous être retiré que sous des conditions établies. Dans votre corporation, vous gravissez des échelons et vos appointements sont connus à l'avance, vous êtes sûrs d'avoir du pain sans craindre d'en manquer le lendemain. Vous avez beaucoup d'avantages: vous êtes payés pendant les vacances, vos enfants sont scolarisés gratuitement, vous voyagez à moitié prix en chemin de fer, une retraite vous est versée quand vous êtes vieux. Mais, en retour, wous devez garantir à la République un service impeccable et continu. Sinon, vous désorganiseriez le pays. Si vous rompez le contrat, vous empêcherez le pays de vivre et si vous commettiez cela vous seriez sanctionnés. La raison et le bon sens vous défendent de soutenir les ouvriers de la Bourse du Travail parce que vous n'êtes pas soumis comme eux à la loi de l'offre et de la demande. Votre place n'est pas à la Confédération Générale du Travail. Celle-ci parle d'une  manière que pas un enseignant ne peut approuver. Elle conseille de casser les machines, elle sème la haine, elle prêche la trahison et, comme instituteurs républicains, vous devez combattre ces doctrines. La Confédération prêche contre le pays et l'armée: si vous voulez lui donner la main, la première chose à faire est de démissioner da la haute tâche qui vous a été confiée: instruire les enfants".

 Je ne sais pas si cette argumentation modifiera la façon de penser des instituteurs. Ce n'est pas sûr.

 Ar Bobl, n° 133, 13 avril 1907
 Traduction: Jean Yves Michel, août 2014

 

   L'hebdomadaire morlaisien "L'Echo du Finistère" (1905-1912) rapporte, dans son numéro 143, daté du 29 août 1908, une scène affligeante qui prend place à Motreff

[PNG] séance orageuse Motreff n° 143 29 08 1908.PNG

 

Glomel: querelle concernant de l'argent caché

 

Gronvel - Eun tenzor en eur chouch dero

Louis Ar Gouez, deuz kreisker Gronvel, en doa kuzet eur somm a 297 lur en eur chouch dero. Anna-Maria Guillou, eur plac'h vihan, en eur geunenta, a gavaz an arc'hant-ze paket en eur boet en dro da behini e oa skoulmet eur mouchour godel.

  Kas a reaz anean d'he mam heb laret netra. Pa glevaz Ar Gouez, e iealz ' da c'houlen e arc'hant, mez greg Guillou a nac'haz. Dirag gourdrouz an arc'herien, ar vreg-ma a rentaz koulskoude lod euz ar somm, ar peurrest a oa bet fouetet ganthi, emei


Glomel - un trésor dans une souche de chêne.

Louis Le Gouez, du bourg de Glomel, avait caché une somme de 297 Francs dans une souche de chêne. Anne-Marie Guillou, un petite fille, en ramassant du bois de chauffage, trouva cet argent, dissimulé dans une boîte autour de laquelle un mouchoir était noué. Elle porta sa trouvaille à sa mère, sans rien préciser.  Quand Le Gouez eut vent de cela, il alla demander la restitution de son argent, mais la dame Guillou refusa. Cependant, devant les remontrances des gendarmes, elle rendit une partie de la somme, le reste ayant été, à ses dires, dilapidé.


 Ar Bobl, 2 décembre 1905
 Traduction: Jean Yves MICHEL, mars 2017







Dernière modification le 11/03/2017

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1