Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

                                                        Page complétée le 2 avril 2017

b) Des progrès agricoles réels mais ténus..

Taldir affiche son optimisme:

"En 1890, les fermiers sortent annuellement quatre boeufs; maintenant, ils en sortent huit, plus lourds, de meilleure qualité. La production de blé a été multipliée par 7 en quinze ans"

Ar Bobl, n° 32, 29 avril 1905

 

   Dans le petit entrefilet ci-dessous, Taldir se réjouit du succès remporté par des animaux élevés, l'un au Moustoir par Joseph Le Norgant, l'autre à Kergloff par François Conan

 

[PNG] boeufs gras 275 02 04 1910

Ar Bobl, n° 275, 2 avril 1910


   Il est très facile de croître à partir d'un niveau initial très bas...

"Ne parlez plus de l'extrême misère des paysans bretons. Je vous garantis que c'est là un vieux cliché [...] Jamais nos paysans ne furent plus à l'aise. On trouve même une majorité de propriétaires à la Feuillée, Brennilis et Loqueffret où ils étaient tous chiffonniers il y a un siècle"

Ar Bobl, n° 186, 18 juillet 1908

 Le cheval breton est l'un des fleurons de l'élevage centre-breton depuis le 18e siècle:

[PNG] Cheval breton A Eclair 01 janv 1911.PNG[PNG] Cheval breton B Eclair 01 janv 1911.PNG

      Ouest-Eclair, 1er janvier 1911

 

 

  Commune pauvre de l'Arrée, Botmeur abrite des paysans-chiffonniers. On perçoit sur le graphique ci-dessus une augmentation, peu spectaculaire mais réelle, des ressources fiscales communales. La croissance démographique, très faible, ne peut seule expliquer cette évolution des rentrées d'argent. Il faut qu'il y ait eu enrichissement de quelques habitants par une  agriculture plus rentable (taxe sur les propriétés non bâties) ou par d'heureux voyages pédestres d'affaires. Et puis, il y a les profits retirés de la vente de la tourbe extraite des marais du Yeun Elez. Surtout, le prix du blé est rémunérateur. On remarquera que l'un des quatre impôts datant de la Révolution, la contribution sur les portes et fenêtres, est en vigueur plus d'un siècle après sa création. L'argent gagné par le commerce ambulant est souvent investi dans la pierre (agrandissement de la maison, donc du nombre d'ouvertures).

 

     La "première révolution verte", dont il ne faut ni surestimer, ce que fait Taldir, ni sous-estimer,  ce que n'hésitent pas faire les historiens marxistes, les résultats, est une "révolution par le haut", c'est-à-dire conçue et organisée par les notables locaux qui ne travaillent pas eux-mêmes la terre, mais en vivent. Il s'agit de sortir du "Moyen-Age agricole": agriculture à bras, rendements céréaliers dérisoires, emprise gigantesque de l'inculte et de la jachère, subordination de l'élevage  aux céréales pauvres.

 

    Produire davantage en augmentant la superficie cultivée: c'est la révolution quantitative.... Les landes sont défrichées à coups de "grandes journées" collectives. Produire mieux: c'est la révolution qualitative. Les céréales pauvres reculent au profit de l'avoine et du froment. Et à la Feuillée, les moutons du début du 19e siècle font désormais place aux chevaux et aux bovins...

 

[JPG] huelgoat-marché aux grains

 

La pomme de terre remplace lentement dans l'écuelle de bois la galette de sarrasin et permet d'écarter le spectre de la famine.

 

   On s'essaie aux plantes fourragères, trèfle, betteraves, choux qui permettent de nourrir quelques bovins supplémentaires et on fait venir de l'amendement marin naturel (sable coquillier ou maërl) par voie d'eau (le canal de Nantes à Brest) ou rail, car le réseau routier est souvent dans un état déplorable.

[PNG] Carhaix la gare 600 png

 

    La gare de Carhaix. Voie métrique unique. Le plein d'eau pour la locomotive du train de marchandises à droite. Train de voyageurs à gauche (destination: Châteaulin)

   La voie ferrée renforce l'activité économique du Poher et, surtout, de Carhaix

 

[PNG] Carhaix foire de mars Eclair 16 mars 1910.PNG

                                                                       Ouest-Eclair, 16 mars 1910

 

   La ligne de chemin de fer départemental Rosporden-Plouescat, qui passe par Châteauneuf et la Feuillée, est mise en service en 1912... De ce fait, Châteauneuf possède deux gares: celle des chemins de fer armoricains, au premier plan; celle du Réseau breton, à l'arrière-plan.

 

[PNG] CHF les deux gares 600 png

 

 

  Ar Bobl, n° 418, 21 décembre 1912 - Les horaires du chemin de fer départemental Nord-Sud

[PNG] horaires chemin de fer 418 21 12 1912

 

En dépit d'accidents de parcours....

[PNG] Gourin déraillement JPY 10 01 1904.PNGGourin: entrefilet du "Journal de Pontivy et de son arrondissement", daté du 10 janvier 1904

 

[PNG] Gouarec rail canal red

Avec l'autorisation à titre onéreux de www.cartolis.org      http://www.cartolis.org

     Le "port" de Gouarec. Le canal de Nantes à Brest avant qu'il ne soit coupé par l'usine hydro-électrique de Guerlédan. La symbiose rail-batellerie (1912). Déchargement d'une péniche venant de Nantes....dont la cargaison sera acheminée vers Carhaix et Châteaulin..

Le "hub" (plateforme de transport multi-modal) de Port-de-Carhaix:

[JPG] port de Carhaix hub


Le paysan s'habitue à vendre du beurre (très salé) et surtout du blé, et, la loi protectionniste (1892) du Gouvernement Méline aidant, à revendiquer un prix de vente minimal.

   Cependant, les rendements demeurent médiocres, les paysans modernistes l'exception....

   [PNG] Maël Carhaix le battage au bourg red

Avec l'autorisation à titre onéreux de www.cartolis.org     http://www.cartolis.org

 

[PNG] Morbihan battage locomobile

                   Battage de la moisson à Langonnet: utilisation d'une "locomobile" à vapeur pour mettre en mouvement la batteuse

 

 L'hebdomadaire morlaisien "L'Echo du Finistère" (1905-1912) rapporte avec enthousiasme un événement prenant place à Plouguer (n° 41, 15 septembre 1906)

[PNG] progrès mécanique agricole Plouguer n° 41 15 sept 1906.PNG

  Quelques signes avant-coureurs d'un tardif décollage technologique. Si la batteuse mécanique actionnée par une lourde machine à vapeur reste l'exception, le manège à battre, que l'on aperçoit à gauche, a diminué la peine des batteurs de blé. Les gerbes de blé descendent gràce à un tobbogan, le lien coupé et les tiges munies de leurs épis sont jetées sous les pieds des chevaux... L'aire à battre doit être la plus propre possible... 

 

[PNG] artisanat commerce Haute Cornouaillle

 

 

   Une des activités essentielles des gros bourgs de Haute-Cornouaille:  l'artisanat et le commerce...

Le mari tient la forge, fabrique des roues de tombereau ou de char-à-banc, mais essaie de placer des machines agricoles: charrue à brabant double, semoir, et, de temps à autre, une faucheuse-lieuse. L'épouse vend casseroles, brocs, assiettes, cafetières, lampe à pétrole....

 

   [JPG] Gourin rue de la gare gratuite

Gourin: la venue du chemin de fer (ici, ligne Carhaix-Rosporden) favorise l'apparition de commerces  (façade à armature de bois, percée de deux vitrines de part et d'autre d'une porte d'entrée centrale, protégée de la pluie par un étroit auvent). Ecoulement des eaux de pluie et de lavage à ciel ouvert. Trottoirs à la charge des riverains. Au premier, l'appartement des commerçants; à l'étage, sous les combles et derrière les capucines, les chambres des bonnes et des apprentis-hommes de peine...

 

[JPG] Guémené la place gratuit Comme ici, à Guémené-sur-Scorff (Morbihan), le marché hebdomadaire, aussi sommaire soit-il, condtitue toujours le point de rencontre entre campagnards et habitants du bourg. Les uns comme les autres sont à la fois acheteurs et vendeurs. Les "circuits courts" sont à peu près les seuls utilisables...

 

[JPG] halles de Gouarec gratuiteIci, à Gouarec (Côtes-du-Nord), le marché est couvert, comme, du reste au Faouët (Morbihan). Il a fallu de l'audace aux municipalités du lieu pour entreprendre la construction en bonne pierres de halles et des écoles primaires publiques.






Dernière modification le 02/04/2017

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1