Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

ADVERSAIRES DE TOUS ACABITS

 

e) les adversaires

« Ar sosialisted ru-tan

Ar Bobl, n° 87, 19 mai 1906

Traduction :

« Les socialistes rouge-feu »

 

 

[PNG] caricature antiblocarde 92 23 06 1906 en breton

 

Ar Bobl, n° 92, 23 juin 1906

Traduction: Jean Yves Micjel, octobre 2014:

Le Monsieur Blocard: "Aie ! C'est le curé que tu dois mordre, pas moi ! O putain... Il est sûrement malade, il ne me reconnaît plus !"

Le tenant de la lutte pour les places attaqué par le tenant de la lutte des classes, tandis que s'éclipse leur victime commune

 

Paotred an draill

   Paul Gourmelon, ar skrivanier-ze euz arsenal Brest pehini oa bet tapet troc'ha orjalennou ar telegraf var linen an hent-houarn, on euz tremenet konsaill a vrezel dirgwener. Bet eo kondaonet da 2 vla prizon ha 900 lur amand. N'eo ket paët ker.

Les fauteurs de désordre

Paul Gourmelon, cet employé aux écritures de l'arsenal de Brest, qui fut pris sur le fait à couper les fils métalliques du télégraphe le long de la voie ferrée, est passé devant le conseil de guerre vendredi. Il a été condamné à deux années de prison et 900 francs d'amende. Ce n'est pas cher payé.

Ar Bobl, n° 358, 4 novembre 1911 Traduction: Jean Yves Michel, juillet 2014

 

 

 Taldir fait campagne contre un des vassaux du député radical Dubuisson, qu'il déteste, en 1907..

 

Votadeg

Ropars, maër Plonevell, a zo bet choazet disul gant Dubuisson hag e gamaraded da vond adarre var ar renk evel konsailler arondissamant.

Ropars oa o klask chom heb mond. "C'houi, emean da Dubuisson, o peuz votet an arc'hant tout evidoc'h ha ni n'hon deuz netra. Me 'n em brezanto mez a fouetin ket eu liard". Neuze, Lancien, maër Keraëz, a neuz laret e kermerche ar frejou var e gont.

Evidomp, n'hon beuz netra da laret eneb Ropars; koulskoude na rimp ket ali da voti 'vitan.

Tremen heb voti pe voti billet gwen. Lakat Ropars da dremenn an taol kenta a ve mond a du gant Dubuisson, ha gont a ret petra neuz great biskoaz Dubuisson koz evid Keraez. Ropars, maër Plonevell, a vo dalc'hmadeur c'hroadur da Dubuisson; pe gwir eo et dindan-an. Gwaz evitan.

 Election

Ropars, maire de Plounévézel, a été choisi dimanche par Dubuisson et ses affidés afin de se porter encore candidat au conseil d'arrondissement.

Ropars cherche à demeurer conseiller et non à s'en aller. "Vous, dit-il à Dubuisson, avez voté toutes les subventions en notre faveur et nous n'avons rien déboursé. Je me présenterai mais je ne dépenserai pas un liard en pure perte !". Là-dessus, Lancien, maire de Carhaix, déclare qu'il prendra tous les frais de la campagne à sa charge.

Entre nous, je n'ai rien contre Ropars; cependant, je ne peux vous conseiller de voter pour lui. Abstenez-vous ou votez blanc. Elire Ropars au premier tour, c'est faire cause commune avec Dubuisson et je vous ai conté  que le vieux Dubuisson n'a jamais rien fait pour Carhaix. Ropars, le maire de Plounévézel, sera toujours une créature de Dubuisson; on ne peut nier qu'il se soit mis sous sa coupe. Mauvais pour lui.

Ar Bobl, n° 148, 27 juillet 1907 Traduction: Jean Yves Michel, juillet 2013

 

Ropars, seul candidat, est réélu au conseil de l'arrondissement de Châteaulin, mais est battu aux élections municipales de 1908. Il meurt en janvier 1914. Ses funérailles ont lieu à l'église de Plounévézel

 

La classe ouvrière de Motreff reçoit une visite


Motreff - Prezegen

 Ar sitoian Roulier, prezeger sosialist euz ar Vrest, a zo bet dilun da noz oc'h ober eur gonferanz da vengleuerien ar Vill-neve, parrez Motreff. Ar gonferanz a zo bet gret en ti Fanch ar Lontr, hostiz tal ar gar. Eun tregont micherour bennag da Doullarc'hoat a oa en em rentet eno, evid esa sevel eun vreuriez-labour etreze.

 Motreff - Conférence

Le citoyen Roulier, conférencier socialiste de Brest, est venu lundi soir discourir devant les ardoisiers de Moulin-Neuf, en Motreff. La conférence s'est tenue chez François Le Long, aubergiste à la gare. Une trentaine d'ouvriers de Toul ar c'hoat s'étaient rendu là afin d'essayer de fonder, entre eux, un syndicat ouvrier.

Ar Bobl, n° 56, 14 octobre 1905 Traduction: Jean Yves Michel, juin 2014


A Spézet, lors du scrutin du second tour des élections législatives, l’adjoint au maire Bréniel, grand bouffeur de curés devant l’Eternel, se mit en évidence :


Spézet – « Goude lein, Breniel a reaz eun diskour divar dreujou an Ti-ker : « C’hui, Otrou Kure, tachet mond ‘mez ar maëri. C’hui a zo aman var mad ar gommun ! ». Ar c’hure a respontaz : « Me m’eus urz da veza aman ! » »

«  Après le déjeûner, Breniel fit un discours à propos des biens municipaux : « Vous, M. le vicaire, tachez de sortir de la mairie ; vous êtes ici sur un bien communal ! ». Le Vicaire répondit : « J’ai ordre de rester sur place ! »
Ar Bobl, n° 89, 2 juin 1906 Traduction: Jean Yves Michel, février 2014


 

Huelgoat  - « Fégean, roué braz ar c’hontre » 

N° 143, 22 juin 1907

Traduction :

Fégean, maire et conseiller général radical d’Huelgoat, « grand roi de la contrée » 

 

« Fégean zo aet da Eskob.

Fegean, maër Huelgoat, n’eo ket awalc’h d’ean kas ar veleien kuit eur wech int et er-maez ar barrez […]. Skrivet a neuz da Villatte pe d’unan bennag deuz ar menez mod gantan evid digas beleien chismatik da Huelgoat, ha bet  a neuz lizer da lavaret d’en e vijet digaset da Huelgoat daou velek gall. [….]  An enor am meuz, emezan, da rei da anaout da dud d’ar gommun e meuz resevet daou lizer digant daou velek gall a c’houlen dont da Huelgoat.

[…] Fegean maër, Fegean Konsailler jeneral, Fegean Eskop ! Pelec’h e tihano ? Pa vo Pab »

« Fégean devient Evêque. Fégean, maire d’Huelgoat n’est pas à la veille d‘expulser les prêtres de sa commune. Il a écrit à Villatte ou à un individu de son acabit afin de faire venir à Huelgoat deux prêtres schismatiques français […]  « J’ai l’honneur de faire savoir, dit-il, à mes administrés, que j’ai reçu deux lettres émanant de prêtres français qui ont demandé à s’installer au Huelgoat » […] Fégean maire, Fégean Conseiller général, Fégean Evêque ! Quand s’arrêtera-t-il ? Quand il sera Pape »
Ar Bobl, n° 145, 6 juillet 1907 Traduction: Jean Yves Michel, janvier 2014

 

        Cette diatribe de Jaffrennou dirigée contre l’un des ennemis politiques les plus détestés, s’inscrit dans un conflit aigu, celui des presbytères..

     La loi de Séparation des Eglises et de l’Etat français de 1905 donne aux municipalités la propriété des presbytères. Les édiles peuvent louer ces bâtiments à qui ils veulent. Si des familles nombreuses dépourvues d’un logement décent se présentent à la mairie, le conseil municipal peut faire procéder à l’expulsion des prêtres. Cependant, cette procédure demande du temps. Aussi, le maire d’Huelgoat entend-il donner satisfaction à ses partisans en faisant venir à Huelgoat deux prêtres non reconnus par Rome…afin de gêner les deux prêtres catholiques en place…

 





 

 

 

 

 

Le contenu de cette page reste a saisir...






Dernière modification le 29/01/2015

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1