Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

Cette page a été complétée en mars-avril-mai 2017

 

Les fermetures et ouvertures d'écoles religieuses...et les menaces réelles (???) pesant sur les églises ...


L'exemple de Carnoët, 1904-1905


Karnoet – Petra vo gret d’ar Seurezed ?

   Ar sul 9 deuz ar miz-ma, ar gôz a rede dre ar vourk Karnoet penoz an de varlech e zeuche ar polis var ar seurezed da rei ar gourc’hemenn d’ê da bartia ‘mez o zi. Ar re a rea a gôz-ze a oa mignoned d’an aotrou maer, ha gant-ze, kaji zur, ar maer-ma a ouie petra a glee c’hoarveout. Ha fe, disul vintin, var dro dek eur, eun aotrou euz Gwengamp, hag a vije gret an aotrou « Komisaêr » anan, en em gavaz e ti ar seurezed gwen.

   Ar superiorez a zigemmeraz anan, hag heman a reaz dei eur paper deuz ar beurz ar souprefet, hag a oa laket varnan penoz « an Aotrou Combes, presidant ar c’honsaill, na fote ket d’an rei urz d’al leanezed gwen d’ober skol ken, hag e vije red de seurezed Karnoet skarza o zi a-benn an de kenta ‘r blâ 1905. Mar ne rac’hent ket ze, eme al lizer, e vije moien da gondaoni anê deuz  a c’houezed liur da bemp mol liur amand ha deuz a c’houec’h devez da eu blâ brizon.

  An aotrou komisaer-ma a ginnigaz en tu-all da ze eur paper d’ar superiorez da zina, mez homa a refusaz sina varnan, hag ar komisaer oc’h eaz kuit. Deuz ti ar seurezed, e klaskaz var eon, evel just, ti an aotrou maer.

-        Ma ket ar maer er gear, emean ?

-        Nan, oa respontet d’an, ar maer a zo eat da bourmenn !

Hag ar Komisaer ne velaz ket ar maer. Mez ar maer n’ê ket deuz Gwerliskin evit netra. Hema a zo eur paotr fin ha goude n’ê hen eo an neuz gret an taol louz da zinoaz ar seurezed, en doa c’hoant c’hoaz da ober e ganfard, ha da ziskuez d’ar barousianiz ne ouie sort a-bed deuz a pez a dremene

Ar gwella testeni ec’h eo ar maer eo a zo kaoz da gemend a erru, ec’h eo homan : eun neubeud deiou araok a oa aet da Wengamp asamblez gant e azen (petra laran, e ajenn) hag eur c’honsailler all. D’ober petra e oaint et di nemed da drahisa al leanezed ! Eun den en karg, deuz Sant-Briek, an neuz anzavet e-hunan diouzomp, penoz ar maer Karnoet en noa gret an taol.

  Gwelet a ramp brema petra dal promesaou ar re a zo gwerzet korf hag ine da rouane Pariz. Petra lare ar maer araok an eleksionnou ? Larêt a rê e chomche sur ar seurezed en Karnoet mar iache an trec’h var e adversourien, ma zo prez varnan d’ober gwasa ma c’hall da verc’hed santel ha ne reent nemet vad en dro d’ê. Hallo Karnodiz, gweled a rei brema penoz oc’h bet trompet !

   Ouspenn zo c’hoaz. Ma karje diana ar maer hag e Konsaill fentus bea gortoet ma vije savet eun ti-skol all araok kas ar seurezed e-kuit ! Matreze maint e zonj lakat o skolerezed barz ti al leanezed. An ti-ma kouskoude a zo d’eur partikulier ha dra-ze e voint oblijet zur da sevel eun ti-skol neve flam.

Ha da biou a gousto ker an ti-skol ? Da ialc’h karnodiz, a dra serten ! Mez mil gwech forz a ra ar maer hag e sort, gant ma refoint ar droug en dro d’ê. Deuz ar freuz e ve anveet eur blanten : an hini a oa dall araok a vo sklerijennet brema marvad.

P.S. – N’eus ket pell ar maer dizoue Karnoet a oa ‘n em vlesset o kouea meaz e gar ha da gaout piou ac’ eaz d’en em soagnal ? Da gaout ar seurezed evitan »

Carnoët – Quel sera le sort des Sœurs ?

 Le 9 de ce mois, la rumeur de l’arrivée de la police chez les sœurs pour leur enjoindre de quitter leur maison s’emparait du bourg de Carnoët. Ceux qui répandaient ce bruit étaient les amis du maire et on pouvait être à peu près certain que ce dernier savait ce qui allait survenir. Et de fait lundi matin sur le coup de dix heures, un monsieur de Guingamp, qui se disait « commissaire », se trouva dans la maison des sœurs blanches.

   La supérieure le reçut et il lui donna un papier émanant du sous-préfet, qui indiquait que « M. Combes, Président du Conseil, interdisait aux religieuses de faire la classe et leur ordonnait de quitter leur maison au premier janvier 1905 ». Si elles n’obtempèrent pas, affirme l’arrêté, elles peuvent être condamnées à une amende allant de 16 à 5 000 francs et d’une peine de 6 jours à un an de prison.

    Monsieur le commissaire offrit, d’un autre côté, à la supérieure de signer un papier mais celle-ci refusa et le commissaire s’en alla. Quittant la maison des sœurs, seul, il chercha évidemment, la demeure du maire

-        Le maire n’est pas chez lui, dit-il ?

-        Non, lui fut-il réponde, le maire est allé se promener

Et le commissaire ne rencontra pas le maire.

   Mais le maire n’était pas de Guerlesquin pour rien. C’est un malin, et après avoir porté, subrepticement, un mauvais coup aux sœurs, pour faire  encore le petit  maître, il voulait prouver aux paroissiens qu’il n’était pas du tout au courant de qui s’était produit. La meilleure preuve que la maire a organisé ce qui est arrivé, est ceci : quelques jours auparavant, il est allé à Guingamp, accompagné de son âne (que dis-je, de son adjoint) et d’un autre conseiller. Pour quelle raison avaient-ils quitté leur chez soi sinon pour trahir les religieuses ! Un fonctionnaire de Saint-Brieuc nous a avoué lui-même de quelle manière le maire de Carnoët avait fomenté ce mauvais coup.

    Nous voyons à présent les promesses à l’aveuglette faites par ceux qui sont vendus corps et âme aux rois parisiens. Qu’avait dit le maire avant les élections ? Que les soeurs demeureraient à Karnoët s’il obtenait la victoire, et à peine l’a-t-il remportée qu’il s’empresse de faire tout le mal qu’il peut aux saintes femmes qui ne font que le bien autour d’elles. Hello, citoyens de Carnoët, vous voyez à présent comment vous avez été trompés !  

Il y a davantage. Si le maire et son conseil comique n’avaient pas su attendre, ils auraient construit une autre école avant le départ des religieuses. Peut-être songent-ils à mettre les écoliers dans la maison des sœurs. Cependant, cette maison appartient à un particulier et, par conséquent, ils seront à coup sûr obligés de construire une éclatante école flambant neuve.

Et à qui  cette école coûtera-t-elle cher ? Certainement, aux citoyens de Carnoët.  Mais le maire et les gens de sa sorte répandent mille fois le mal.  De la violence est née une certitude : celui qui était aveugle jusque-là sera éclairé désormais pour toujours.

 

 

 

P.S. – Il y a peu, le maire athée de Carnoët s’est blessé en tombant de son char-à-banc alors qu’il en descendait et chez qui est-il allé se faire soigner ? Chez les sœurs, bien sûr ! 

Ar Bobl, n° 6, 29 octobre 1904 Traduction: Jean Yves Michel, janvier 2014

 

Carnoët toujours...

 

Karnoët - Ar "ruien" a ra gwasoc'h-gwas !

Dilun, jandarmed Kallak, dre eurz ar prefed, a zo deut da Garnoët, da weled mar talc'he ar Seurezed d'ober skol. Pa oa fin da geverdi ar re-ma, ar superiorez a c'houlennaz digantê:"Perag zo c'hoant da gas ac'hanomp kuit ? Ni ra c'houllomp mann ebed digant den. Ni zo klask ober ar vad d'an holl, ha n'amp ket da glask ar vugale; ar c'herent o-hunan a zigas anê d'emp, kentoc'h vid d'ar vestrez-skol. Deuz an tu-all, gwelet a ret n'euz ti 'bed er barrez da ober skol, ha gant-se e vije bet gallet gortoz ganemp, ken e vije zavet tier d'ar skolerezed neve, ha kambchou da lakaat ar vugale vihan.

 Ar jandarmed o deuz respontet penoz ar Maër, n'oa larêt d'ê e oa trawalc'h a dier er bourk da reseo bugale ! En gwirione, diez eo bea muioc'h speredet evid an Aotrou Maër . Rag dre an Aotrou Maër eo ec'h erru kement-mann. [...] Den a-bed na c'houlle kerdi komjou ar furnez.

 Petra ra ze d'ar maër, pe vo merc'hed bihan hep diskadurez pe na vo ket ? Mil fout na ra. Hennez zo oblijet da zenti deuz ar re-ru dindan pere 'ma pell-zo.

  Forz zo d'an 'ta pelec'h vo laket ar vugale, gant ma vo skubet ar relijion gristen ? Forz zo d'an pegennend a gousto sevel eur maner d'eun hanter dousen demezelled a zeui da vourk Karnoët. Hen a gollo ket eul liard gand an dra-ze ha marteze eun de bennag evit servijou dispar rentet d'ar gouarnamant, e tapo ive e dammik lieten evel ar re all !!! Beb sort tud a ve dekoret, paour kez !!!

  Mez da c'hortoz ma vo roët d'ean eur vedalen bennag, marvad o devo bet amzer Karnodiz da ober o zonj ha da lakaat da botr Gwerliskin "o rer war ar planken". Allaz, meur a vlavez a vo 'ezom a- benn rapari an dizurz laket en parrez Karnoët.

 Carnoët - Les Rouges sont les plus malfaisants

   Lundi, sur ordre du Préfet, les gendarmes de Callac sont venus à Carnoët pour vérifier si les soeurs continuaient d'enseigner. Au terme de l'interrogatoire, la Supérieure demanda aux pandores: "Pourquoi est-il nécessaire de nous chasser ? Nous ne demandons rien à personne. Nous ne cherchons qu'à faire du bien à tous et nous ne débauchons pas les enfants. Les parents eux-mêmes  nous les amènent à nous, de préférence  à la maîtresse d'école laïque. D'un autre côté, nous constatons  qu'aucune maison de la commune ne se prête à l'enseignement et, par conséquent, il nous serait difficile d'attendre la construction de maisons pour les  nouvelles institutrices et de chambrettes pour les jeunes élèves.

 Les gendarmes répliquèrent que le maire leur avait affirmé qu'il y avait assez de maisons dans le bourg pour accueillir les enfants ! En vérité, il est difficile d'être mieux inspiré que Monsieur le Maire ! Car c'est par M. le Maire que tout ceci s'est produit [...] Personne n'a entendu, venant de la mairie, de paroles de sagesse.

  Quelle importance, aux yeux du maire, si les petites filles seront instruites ou non ? Il n'en a rien à faire. Il doit obéir aux rouges auxquels il a fait allégeance depuis belle lurette.

   Pourquoi se préoccuper de l'accueil des enfants, puisque la religion chrétienne aura été balayée ?  Pourquoi se soucier du coût de l'édification d'un manoir pour une demi-douzaine de demoiselles qui viendraient au bourg de Carnoët ? Celui-là ne perdra pas un sou dans cette entreprise et peut-être un jour quelconque attrapera-t-il aussi, comme les autres, un bout de ruban, pour services rendus au Gouvernement. Toutes sortes de gens sont décorés, mon pauvre !

   Mais en attendant qu'on lui accorde une médaille quelconque, les habitants de Canoët trouveront assurément le temps de penser à mettre le derrière du Guerlesquinais (1) sur le banc d'école. Hélas, il faudra plus d'une année pour mettre fin au désordre caractérisant la commune de Carnoët

 Ar Bobl, 14 janvier 1905  Traduction: Jean Yves MICHEL, mai 2017

    (1) Le maire Couillec est originaire de Guerlesquin


Collorec:

Kollorek- Eur skol nevez dihual

Eur skol nevez dishual, evid ar baotred, a zo bet digoret d'ar gwener, an de kenta a viz Kerdu, en bourk Kollorek.

   Ar skol-ma great en skol-goz ar seurezed chaseet a zo renet gant daou vestr-skol dishual. An de kenta, e oa pemzek paotr enni; brema a zo tregont bennag.

   Kaër n'euz bet an administrasion, ne deuz ket gallet harz digerri ar skol lipr

Collorec - Une nouvelle école libre

Une nouvelle école libre pour les garçons a été ouverte vendredi 1er décembre au bourg de Collorec.

Cette école remplace celle des soeurs qui furent chassées; elle est dirigée par deux instituteurs libres. Le premier jour, il y eut quinze élèves; aujourd'hui, à peu près trente.

 L'administration académique n'aurait pas été fidèle à sa belle réputation si elle n'avait avec hargne empêché l'ouverture de cette école libre

Ar Bobl, 9 décembre 1905 Traduction: Jean Yves MICHEL, mars 2017

 

Fermeture d'églises ?

Duault: pétition défavorable au gouvernement de gauche, 1905


Duot - Serri an ilizou

En parrez Duot n'eus ket med daou a gemend a ve bet a-du deus lezel serri an ilizou. War al listennou o deuz gret tro ar barroz, a zo bet 589 sinatur. Kachet ar maëri a zo bet poset varnê ha kaset int bet da Louis Ollivier, député, evid bea diskueet barz ar Gambr

Duault - Fermeture des églises

Dans la commune de Duault, on ne compte que deux personnes qui soutiennent la loi sur la fermeture des églises. Sur les listes qui ont circulé dans la paroisse, 589 signatures ont été apposées. Après reçu le cachet du maire, les pétitions ont été expédiées à Louis Ollivier, député, pour être utilisées lors de la discussion à la Chambre.

Ar Bobl, n° 38, 10 juin 1905 Traduction: Jean Yves Michel, juin 2014

 









Dernière modification le 03/05/2017

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1