Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

  Page complétée en décembre 2015

 

Les Prussiens ...et les autres...

 

 On remarquera que les éditorialistes d'Ar Bobl n'utilisent pas le termes "Alboches" ou "Boches" pour désigner les Allemands; ils préfèrent celui de "Prussiens", qui est celui de 1870 (défaite française), de 1815 (Waterloo), mais aussi d'Iena (1806, victoire française) et 1792 (Valmy).

  On sent, dans les articles qui suivent, toute la rancoeur des descendants des vaincus de Sedan ( 2 septembre 1870), de Metz (capitulation injustifiée, car injustifiable, de Bazaine), du siège de Paris, occupée brièvement par les Prussiens qui observèrent avec délectation les atrocités commises au cours d'une guerre civile essentiellement limitée à la capitale, aussi bien par les Communards que par les Versaillais, notamment au cours de la "semaine sanglante" de mai 1871, ainsi que toutes les humiliations découlant des clauses du Traité de Francfort de mai 1871.

  On se souviendra aussi que le père de François Jaffrennou, notaire à Carnoët (Côtes-du-Nord, selon l'appellation de l'époque),  officier de mobiles au cours de la guerre franço-prussienne, dut entretenir le culte de la Revanche dans le cerveau de son fils, né en 1879.

   Enfin, on prendra en compte le mariage des idéaux: le catholicisme et le patriotisme, comme en témoigne le poème ci-dessous:

Kredo ar  Païzant

Brasder ar bed, an Nenv, ar mor, ar blenen

An heol joaüs o tispag e domder

Ar gwe sap glaz, er menez savet o fenn

Eo da labour, te hon mestr, hon rener !

Dister ez omp, mesk an oberou teus gret

'Barz er goabren pa guz an heol dispar

Ma mouez dister, a ia da volz ar stered,

Trezek ennout, te gwir mestr an douar !

     Diskan:

Me gred ennout, O Doue, mestr an natur

A hadaz dre ar bed bue, madou, furnez

Mestr galloudus, ac'h euz gret ar c'hraoudur

Me gred en da vrasder, hag en da vadelez (bis)

 

[...]

Da skei ar Frans ma teu gwalen ar brezel

'Vit hi difenn eneb d'an enebour

Me guitaio ma bro gaër a Vreiz-Izel

Ha gant ma mab, d'an tan 'vit he sikour !

Ha mar be red, me a roio ma bue

Kreiz an emgann 'vit enor an drapo

Ha zonn ma fenn mar ben tizet didrue

Tal dor ma be me c'hoaz a had-laro

Diskan

Emil NICOL, Plouaret

 

 Credo du paysan

La grandeur du monde, des cieux, de la mer, des plaines,

Le joyeux soleil qui dispense sa chaleur

Les sapins verts, dressés sur les montagnes

C'est ton oeuvre, toi notre maître, notre guide

Nous sommes peu de chose, parmi les oeuvres que tu as réalisées

Derrière les nuages, quand le magnifique soleil se cache

Ma voix, insignifiante, monte vers la voûte céleste

Vers toi, toi le véritable maître de la terre

 

Refrain

Je crois en toi, oh Dieu, maître de la nature

Qui sema de par le monde la vie, les biens, la sagesse

Maître tout-puissant, tu as fait la créature

Je crois en ta grandeur et en ta bonté

[...]

Si le fléau de la guerre vient frapper la France

Pour la défendre contre l'ennemi

Je quitterai mon cher pays de Basse-Bretagne

Et, avec mon fils, j'irai au feu pour la secourir

Etr s'il le faut je donnerai ma vie

au milieu du combat pour l'honneur du drapeau.

Et si une balle m'atteint, je mourrai la tête haute

Et, au moment de mon inhumation, je redirai encore

Refrain

 

Emile NICOL, Plouaret

 

Ar Bobl, n° 369, 20 janvier 1912 Traduction: Marie-Louise Baron, Plounévézel


 

 Ar brezel vraz

An Alamagn na vezo ket oll-c'halloudek hag an Impalaër barro-krog na gousko ket en e beuc'h, keid ma vezo en Franz eun arme. Ze zo kaoz, e pad an affer Dreyfus, en neuz prenet eur bern tud, ha labouret evit flepaat ha distruja hon arme-douar. Ar jeneral Andre a zo deut goudeze, hag a vaz coat a oa anezan, n'en deus great nemed peurachui labour Gwillerm Daou en eur rei bod d'ar flatoulerien.

  Deus an tu all, eun den didalve, eur chopiner, hanvet Pelletan, en em garge deuz an traou ar vor, ha a zeue a-benn tri bloaz da revina hon lestrou ha da lezel ar perzier-mor heb difennou.

   Mar bije straket eta, pemzek deiz-zo ar brezel vraz e oant en gortoz anezhi, Franz, daoust d'he diaveaz flour na oa ket prest, flastret e vije bet, memez tra 'vel en 70, mez diwar an dre-ma, biken mui ne vije adsavet.

  Ideiou an anarchisted a zo et ker don en penn al labourerien-kear hag ar vicherourien a hirio, ma vije inkapl a Fransijen a vrema da ober evel o zadou en 1793, da zevel holl evel eun den, ha da redek an enebour. Mar bije brezel, n'eo ket re lavaret e vefe kalz a reservisted, touellet gant prezegennou pennou skaon, hag a revusfe kerzet.

 Ha na pa gerzfent, petra rafent ? Eun dra souezus ha spontus var eun dro a zo bet dizoloet a nevez zo en Epinal. An artilleri a oa oc'h ober tennadek gant bolodou, hag 8 bolod var 10 na bartient ket. Petra oa ? Kanonniou fall, bolodou siek ? Nan, ar bolodou ne oa ket lakeet a boultr ennê gant ar ouvrierien sosialist a oa oc'h ober anezho en uzinou. Dustu, e oa great eun enklask, hag e oa prouet ar wirionez deuz ar pez a lavaran. Supozomp 'ta e vije straket ar brezel vraz, ni vije bet trist hon stad gant bolodou hep poultr, dirag kanoniou Krupp ar Brusianed ! Sethu eno e pesort danjer pemdeiek omp laket gant ar supozerien  a zo, koulz en Breiz evel en Bro C'hall, o c'houeza moged en pennou an dud kez. Hint eo a zo er penn deuz ar gouarnamant framason, hint eo a zo, dre-zindan, o labourat evito o-hunan da genta, evit an estranjourien goude.

 Mar na vije ket bet a Vretoned en armeou Franz, a skouadrennou-mor Franz, ni vije chomet dizeblant awalc'h o weled treitourerez eun neubeud tud zo; mez en eur brezel etre Bro C'hall ha Pruss, ar beoc'h a gouezfe kemend warnomp evel var re all, muioc'h zoken (rag pere o deuz soveteet Franz ken aliez hag ar Vretoned).

  Brema, ar brezel a zeblant beza pellaet ouzomp eur wec'h c'hoaz. Hervez klever, eun akord a vezo great. Posubl... Brao ve ober akortchou pa ve ar memez hini o plega bepred. Alamagn an neuz forset Franz da asanti e vije great eur konferanz etre an holl broiou evid engali kistion ar Marok; ne oa ezom a-bed koulskoude da lezel Alamagn da vouta he fri en eun affer hag e oa da veza renket etre Bro-C'hall ha Bro-Saoz hepken.

An emgleo a oa skler; Bro Saoz a c'houlenn diganomp dilez hon droejou var Egypt ha var an Douar-Nevez. Asanti reomp hag hi a lavar d'eomp, en trok, e lez d'eomp he droejou var ar Marok; lezel a ra ahanomp en peoc'h da c'houarn ar Marok, pehini a zo tost d'an Aljeri, hag an aparchant, dre natur, deuz ar vro-ze. Petra oa eno da Willem Daou da skrabouillat ? Eur porz-mor, emezan, a fell d'ezan kaout var ar mor Mediterranea. Gwillerm a lavar "me fell din", hag ar Republikaned loc'husa deuz Pariz a bleg o fenn evel bugale frêet hag a lavar:"Ra vezo great ho polante, Aotrou !"

Ar Ministr Rouvier, hag ar prinz Radolin, kannad Alamagn, a zo en kont vraz, eun neubeud deiou zo. Rouvier, el lizer an neuz skrivet da C'houarnamant Pruss an neuz lavaret:

"I - Penoz politik Franz a zo bet kompezan beteg-henn

II - Penoz na nac'her ket ober eun konferanz etre broiou evid diluia affer ar Marok

III - Penoz e ver kontant da bleal deuz interest Alamagn"

N'eo ket deut c'hoaz ar respont deuz Berlin, d'ar c'houlz emomp o skriva mez araok m'eo deut, e c'hallomp kredi hardi penoz Gwillerm o veza ma anavez e nerz hag hon sempladurez na rabato netra divar e briz

Jaffrennou


 

 La grande guerre

L'Allemagne ne se sentira pas toute puissante et son empereur gaffeur ne dormira pas en paix tant que la France possèdera une armée. C'est pourquoi, au cours de l'affaire Dreyfus, il a corrompu un grand nombre de Français dans le but de ramollir et détruire notre armée de terre. Le général André, ensuite, maniant la trique, et faisant la part belle aux mouchards, a tout simplement parachevé l'oeuvre de Guillaume II. 

 D'un autre côté, un vaurien, ivrogne de surcroît, nommé Pelletan, chargé des affaires maritimes, n'eut besoin qu'à peine de trois années pour laisser péricliter nos navires et laisser nos côtes sans défense. Si la grande guerre, à laquelle la France s'attend, avait éclaté il y a quinze jours, en dépit des apparences  trompeuses, notre pays n'y était pas préparé et aurait été écrasé comme en 70, mais à cause de cela, la France ne se serait jamais relevée.

 Les idées anarchistes ont profondément pénétré dans la cervelle des ouvriers des villes et quant à ceux d'aujourd'hui, les ouvriers français actuels, ils sont incapables d'imiter leurs aïeux de 1793, qui se levèrent comme un seul homme pour courir à l'ennemi. Si la guerre éclatait, il n'est pas exagéré de dire que beaucoup de réservistes, trompés par les  discours de chefs de file simples d'esprit, refuseraient d'aller se battre. Et s'ils "désertaient", que feraient-ils ?           

Une chose renversante et épouvantable vient d'être découverte à Epinal. Sur 10 obus d'artillerie, 8 ne peuvent être mis à feu. Pourquoi ? De mauvais canons, des obus déformés ? Non, les ouvriers socialistes des usines d'armement n'ont pas muni les obus de poudre. Aussitôt, un enquête aboutit au résultat que je viens de décrire. Supposons le conflit déclaré, nous aurions fait triste figure avec nos obus dépourvus de poudre face au canons Krupp des Prussiens ! Voilà donc le danger quotidien que nous encourrions aussi bien en Bretagne qu'en France: semer la confusion dans le cerveau des êtres chers. C'est le projet du gouvernement aux mains des francs-maçons, qui travaille pour eux et ensuite pour les étrangers.

   S'il n'y avait pas un Breton dans les armées de terre et de mer de la France, le spectacle offert par quelques traîtres nous laisserait imperturbables; mais, dans un conflit entre la France et la Prusse, la paix devrait absolument régner entre nous (parce que les Bretons ont si souvent sauvé la France).

  Aujourd'hui, la guerre semble s'éloigner de nous une fois encore. On dit qu'un accord serait conclu. C'est possible... C'est bien beau de signer des accords quand c'est toujours le même qui doit s'incliner. L'Allemagne a forcé la France à accepter la tenue d'une conférence entre toutes les puissances afin de débattre de la question du Maroc. Il n'y avait aucun motif de laisser l'Allemagne mettre son nez dans une affaire que seules la France et la Grande-Bretagne devaient régler.

    L'affaire était claire: L'Angleterre nous demandait d'abandonner nos droits sur l'Egypte et Terre-Neuve. Nous avons consenti et, en échange, le Royaume-Uni nous a cédé ses droits sur le Maroc et nous laisse toute liberté d'administrer le Maroc, frontalier de l'Algérie et qui appartient naturellement à  cette dernière. Qu'avait Guillaume II ici à gratouiller ? Il veut, dit-il, un port sur la Méditerranée. Guillaume a dit "Je veux" et les lâches Républicains parisiens ont incliné la tête comme des enfants fessés en disant: "Que votre volonté soit faite, Majesté !".

 Le ministre Rouvier et le Prince Radolin envoyé de l'Allemagne sont en sérieux pourparlers depuis peu. Rouvier écrit dans un mémorandum au gouvernement allemmand:

"I - La politique extérieure de la France a été conciliante jusqu'à présent

II - La France ne refuse pas que soit tenue une conférence entre les grandes puissances afin de démêler la question marocaine

III- La France tiendra compte sans déplaisir des intérêts allemands"

La réponse de Berlin n'est pas encore parvenue à l'heure où nous écrivons, mais  avant qu'elle n'arrive nous pouvons être sûrs que, connaissant sa force et notre anémie, l'Empereur ne rabattra pas son prix d'un chouia.

Jaffrennou


 Ar Bobl, n° 41, 1er juillet 1905  Traduction: Jean Yves Michel, août 2014

 

Le Général André, Ministre de la Guerre, radical convaincu, se rendit célèbre à travers l'"affaire des fiches". Désireux de "républicaniser" un corps très monarchiste et catholique d'officiers, André, ministre du gouvernement Combes, demanda discrètement à des francs-maçons de "ficher" les officiers suspects d'antirépublicanisme; on trouva sur les fiches des mentions "Va à la messe"," fille a fait sa communion solennelle", etc... L'affaire fit grand bruit, le ministre démissionna en janvier 1905, entraînant dans sa chute celle du ministère Combes.

   Camille Pelletan fut un Ministre de la Marine (de guerre:) détesté par les officiers de la "Royale", parce que radical-socialiste, ignorant des affaires maritimes et paresseux au point de négliger les intérêts budgétaires de son Ministère.

   Il s'agit ici de la première crise marocaine, qui mit à mal les relations franco-allemandes et permit à la France de se réconcilier avec le Royaume-Uni. D'une certaine manière, de cette première crise découle la formation de la Triple Entente..

 

Le cheval de Troie prussien

 

An Alamanted en Franz

  Meur a feson a zo evit an estranjourien d'en em renta galloudus en eur vro ha da astenn kazi o c'hrabann var ar vro a ro digemer d'ezo.

   N'ê ket hepken dre an armou e teuer da veza mestr, mez c'hoaz dre ar c'honvers, ar mekanikou, an ijenerez. Dre al leac'h m'eo tremenet ar c'honversant sivil, e tremeno easoc'h a ze ar soudard. Setu ar pez a ra en devez a hirio an Alamanted, ar Brusianed en hon bro. Var riblou ar Mediteranne, ar micherour ar gwella, an tiez braz a gonvers a zo etre o daouarn, tud ar vro a zo kazi o mevelien. En Pariz, e komansont ober ar memez tra.

  Kement mekanik, ken evit al labour-douar, ken evit an ijinerez, a vez gwerzet hirio var marc'hajou Franz, a zoug kasi holl eur mark prusian hag a zeu deuz an Alamagn.

   Eun den gwiziek deuz an Alamagn a gaoze evelhen diwar ben hon bro: "Na fell ket d'eomp ober brezel d'eoc'h evid c'hoaz, n'hor befe tam interest d'hen ober ar mare-man. An devez ma vefoc'h kazi revinet ha dinerzet, gras da gomzou ha da aliou prezegerien flour ar peoc'h an internationalisted ha re-all deuz ar memez klik, neuze n'hor bezo nemet eun taolik skoaz da rei evit ho tiskara ha beza mistri en ho kear. Ouspenn, emezan, e spered hag e kalon ar bobl Latin neuz nemed diou toul, daou zantimant a ve chommet birvidik: ar gasoni hag an avi". Mar sonjomp mad er pez a dremen en deiz a hirio, pa welomp eul lodenn vraz euz hon c'henvroïz, gwasket a bep tu abalamour na fell ket dezo plega  da lezennou fall ha kazaüz, eo red d'eomp anzao penoz da vihana hon gouarnerien ne valeont nemet dre gasoni hag avi.

"  Deuz an tu all, eme ar memez doktor prusian, en Franz ne c'haner mui a vugale, en hon bro an Alamagn, ar familiou a zo niverus meurbed, evel ma ne c'hell ket hon douar maga he holl bugale, ec'h en em skignont war ar vroiou tosta, war ar Franz dreist-holl, pegwir en deiz a hirio n'hor beuz kalz mui  a c'hallout er Sao-Heol, abalamour  d'ar Japon. An dizunvaniez, an disurz, an "anarchi" en eur gir, a beurachuo hon labour."

  Kalz a dud a zavo o diouskoaz dirag ar c'homzou-ze; pa vez c'hoant da lac'ha eur c'hi her laker klanv, a lavaro lod-all. Va mignoned, mar tigoromp an histor, e welomp koulskoude penoz ar boblou niverus o deus atao debret ar re vihana; ha penoz ar c'hleze a zeu aliez da beurachui ar pez a oa komanset dre ar c'honverz.

 Hon gouarnerien a dlefe sonjal er pez a dremenn, siouaz ne sonjont nemet en o c'hof o-unan; tud dall, peur e tigorfet ho taoulagad ! Mar na ve ket c'hoaz aze Breiz-Izel da rei d'id martoloded ha soudarded, en peleac'h tiskenfez paour keaz Franz !

L. M.

Les Allemands en France

Il existe plus d'un façon pour les étrangers de se rendre puissants et de planter leurs griffes dans ce pays qui les accueille.

   Il n'y a pas que les armes pour s'en rendre maîtres, il y a aussi le commerce, les machines, l'ingéniérie. Partout où passera le commerçant en  habit civil, il se fraiera un passage  plus aisément que le soldat. C'est ce que font aujourd'hui les Allemands, les Prussiens dans notre pays. Sur les rives de la Méditerranée, le meilleur ouvrier, la grande maison de commerce sont entre leurs mains, les gens du pays sont quasiment leurs domestiques. A Paris, le même phénomène se met en place. Chaque machine, pour l'agriculture ou pour l'usine, vendue sur un marché français, est presqu'à coup sûr de marque prussienne et vient d'Allemagne.

  Un Allemand savant parlaint ainsi de notre pays: "Nous ne voulons pas pour l'instant, vous faire la guerre, du moins tant que nous y trouverons un intérêt commercial. Le jour où vous serez à peu près ruinés et sans énergie, grâce aux discours pacifistes des internationalistes et autres individus de la même clique, il nous suffira de donner un petit coup d'épaule pour vous terrasser et devenir les maîtres chez vous. En outre, ajouta-t-il, dans l'esprit et le coeur d'un peuple latin, il n'ya que deux contenants et donc deux sentiments éternels: la haine et l'envie". Si l'on analyse soigneusement ce qui se passe aujourd'hui, on s'aperçoit qu'une grande partie de nos compatriotes, anxieux parce qu'ils ne veulent pas se plier aux lois scélérates, il nous faut bien avouer que le projet de diminuer le pouvoir de nos gouvernants n'est dicté que par la haine et l'envie.

 "D'un autre côté, poursuivit le savant prussien, en France, il ne naît pas beaucoup d'enfants, en Allemagne, les familles sont si nombreuses que la terre ne suffit plus à nourrir ces enfants,il nous faudra rogner sur les Etats étrangers et surtout la France, parce qu'aujourd'hui, s'étendre vers l'Est est impossible à cause du Japon. La désunion, le désordre, l'anarchie en un  mot nous permettront d'achever notre besogne".

  Bien des gens, à ces propos, haussent les épaules. Quand on veut tuer son chien, on l'accuse de la rage, disent beaucoup. Mes amis, quand on ouvre un livre d'histoire, on constate que les peuples nombreux ont toujours absorbé les peuples  en faible nombre et que l'épée a souvent achevé l'oeuvre  que le commerce avait commencée.

   Nos gouvernants devraient songer aux événements, jamais ils ne pensent qu'à leurs panses. Individus aveugles, vous craignez d'ouvrir les yeux !. Si vous n'aviez pas la Basse-Bretagne pour vous fournir marins et soldats, jusqu'où la pauvre France ne descendrait-elle pas !

L.M.

Ar Bobl, n°89, 2 juin 1906 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2014

 

La théorie de l'espace vital....

 

Course aux colonies et aux armements....

 

 

 1907 - Setu ni adarre interet ganeomp eur bloavez all - bet pouëzus var meur a boënt - n'eo ket didalvoudek marteze teuler eur zell-gorn var eun darne bennag deuz he digouezadennou.

 Kiriek a dristidigez vraz da beb-hunan ahanomp eo bet gwelet hon Gouarnerien o vont d'ambarki evel tud dall en eur brezel eneb d'ar Vorianed, gras da bebhini ouspenn daou c'hant soudard a zo bet lac'het pe vleset dija, hag e deuz laked Franz da foueta malaprepoz eur som a 20 milion var zigare kaout an enor da  lavaret "Me eo jandarm an Europ !".

   Ahendall, ar peoc'h a ren  etre broiou Europ. Ar rouaner o hunan, koulz hag ar republikou, a gemer aoun deuz ar brezel, ober a rer konferanzou, bodadennou evid  gouzout penoz ober da zevel leziou-barn da varn an disputou a c'helle sevel etre ar gouarnamanchou.

   Mez a-wechou, pa zeller deuz ar chiffrou, e sonjer eo ken gwas ar stad ar beoc'h d'ar ialc'h evel ar stad ar vrezel d'ar c'horf. Dispignet zo er bloa tremenet var dro 7 milliard ha 500 milion evid ober benviou brezel neve etre galloudegezou Europ, Amerik ha Japon heb konta Turki ha Montenegro. Ar som-ze a zo ganthi eur c'hresk a eur milliard hanter var an hini a oa bet dispignet eved ar memez sujet en 1906, hag en gortoz a ver ne reio koust an armeiou var zao nemed kreski mui-ouz-mui.

   Dirag eur digouez ken truezus, pephini a renk ober e bosubl da skuill en dro d'ezan karantez ar peoc'h hag an emgleo vad. Ar peoc'h a dleche ar brezegerien teodou distagellet kaozeal anezhi aliesoc'h en o diskouriou evit dougen ar boblou dishenvel da ziski en em anaout gwelloc'h ha dre-ze d'en em zouja ha d'en em garout muioc'h. 

Evelse, ar brezel a zeuio da veza  eur walen ken boull er c'huz-heol euz ar bed evel ma 'z eo ar gernez hag ar vosen

1907 - Voici que nous nous  intéressons encore à l'autre année - qui fut pesante sur bien des points -; sans doute n'est-il pas inutile de jeter un coup d'oeil sur quelques événements. 

  Nos gouvernants sont responsables de la tristesse qui a étreint chacun de nous lorsqu'ils se sont lancés comme des aveugles dans une guerre contre les nègres, qui a déjà coûté plus de 200 soldats tués ou blessés, et une somme de 20 millions dépensés mal à propos sous le prétexte d'avoir l'honneur de pouvoir proclamer "Moi, gendarme de l'Europe !".

Par ailleurs, la paix règne entre les Etats européens. Les royaumes comme les Républiques redoutent une guerre et de conférences en sommets, ils cherchent à savoir comment s'y prendre pour établir des tribunaux qui trancheront les  futurs litiges entre Etats.

 Mais parfois, quand on examine les chiffres, on constate que la situation de paix est aussi lourde pour les finances que peut l'être la situation de guerre pour les corps. L'an passé, les dépenses pour les nouveaux matériels de guerre effectuées par les grandes puissances européennes, les Etats-Unis d'Amérique, le Japon sans compter la Turquie et le Monténégro, ont atteint à peu près 7 milliards et demi. Cette somme surpasse de 1 milliard et demi celle de 1906, et on doit s'attendre à la croissance  accélérée du coût des armées sur pied de guerre.

   Face à un événement aussi pitoyable, chacun doit faire son possible pour répandre dans son entourage l'amour de la paix et des rencontres fraternelles. La paix inspire les discoureurs à la langue bien pendue, qui prêchent avec éloquence aux peuples dissemblables la nécessité d'apprendre à se connaître, à s'entraider et ainsi à s'aimer davantage.

  Ainsi, la guerre deviendra un fléau aussi rare dans l'Ancien Monde que la disette et la peste.

 Ar Bobl, n° 171, 4 janvier 1908  Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2013

 

 

 Bro-C'Hall hag Alamagn

   En eun taol, sethu e ma pellaet ouzimp ar gistionou politik hag ar riotadegou didalve: daoulagad an holl a bar brema var zu ar Zav-Heol hag ar Gouarnamant e-hunan a zo hardi da gaozed pe ma a du gantan an holl gosteennou, ru, glaz ha gwenn. Pephini a ankoua ar pez a c'hall dispartia, evid sonjal hebken er pez a c'hall unani ac'hanomp dirag an enebour a zo duze en tu all d'ar Mozell.

   Gouarnet gant an Impalaër ter ha brezeller, soudard penn-kil ha troad, an Allmanted a wel gant lorc'h o bro o kreski he galloud ebarz ar bed. Aboue brezel dek-ha-triugent, gras d'ar pemp milliard arc'hant hon beuz roët dezo, hep konta ar pez o doa laëret ahendall, hag an Alzass pehini zo eat gantê var ar marc'had, an Allmanted a zo deut da veza eur bobl tud unanet ha krenv. O arme a zo dispar  ha na glask nemed emgann da amproui he nerz; he moraerez a zo par d'hon hini, pe dost; he c'honverz a zo trec' d'hon hini. Mez kement-se n'eo ket awalc'h da fenturi ar Prusianed: Bro-C'Hall a zo c'hoaz eur vro gaër hag en despet da zotoni darn euz e gouarnerien, chom a ra en eur renk enorus ebarz ar bed.

 Adsavet eo divar ar gwall strons  e doa bet  en dek-ha-triugent, ha kement-se, an Almanted n'int ket evid en gouazon. Ar re a lenn ar journaliou, hag o deuz taolet pled da afferou Marok, o deus gwelet penoz Allmagn ne deuz manket digare a-bed da c'hoari troiou divalo d'eomp eno; mare a rea zoken a du gant ar Vorianed eneb d'eomp goude n'e doa sinet akord Algesiras. Var gement poënt a zo, e deus klasket chikan, evid elumi brezel, d'ei da exersi he armeou ha da skueria he c'hanoliou deuz hon re. An digare diveza eo darbet d'ean lakaat an tan er poultr, hag evid ma zo sioulder evid c'hoaz, an traou n'int ket assur evelkent, ha ne douan ket ne strakfe ket  brezel deiz pe deiz, marteze, rag c'hoant Gwillerm Daou eo kaout brezel, ha giz pe c'hiz, e kavo e du  eun dro bennag. Kaout a rei, gwir eo, tud da respont d'ezan, deuz an tu-ma, rag petra bennag ma plich ar peoc'h d'an holl Fransizien ha d'ar Vretoned ipsisial, n'eo ket eur rêzon koulskoude da blega na da souza dirag faltazi eun Impalaër "potr mad" !

     Uzach fall a rer en Frans deus peb liberté ha deuz peb lezen;  evelato, gwelloc'h eo beza dindan ar Republik eged beza dindan Roue ar Pruss, penegwir lipr-tre na chomimp ket, a dra-zur !

  Evel en dek-ha-triugent, ar Vretoned a ouife 'ta ober o dever, mar be red, evid defenn, nompaz ar C'hallaoued, evid pere pere n'hon beuz ket muioc'h a garantez eged n'eo mad kaout, mez evid difenn ar Gwir deuz ar Gaou, ar Frankiz deuz ar chadennou, ar Peoc'h deuz ar Reuz. Var ar poënt-se, Clemenceau ha Picquart a zo zur da gaout dreg o c'hein kement Breizad a zo barrek da zougen fuzul ha sac'h.

   Mez arabad a ve koulskoude lezel an tan da zevel d'hon fenn re abred. Evid c'hoaz, petra bennag m'eo tom an traou, a zo esper e vo pellaet ar walen, hag e vo kompezet an affer.

     Mar bije brezel penoz e trofe kont ? Daoust hag ar broiou  all a veskfe deus ar jeu ? Kaër zo lavaret, me ne gredan ket . Bro a-bed na iafe da lakaat he fri etre ar c'has gall hag ar c'hi prusian. Evel en dek-ha-triugent, e vijemp lezet da 'n em zibab ha da vrezelli eun neubeud miziou. Goude-ze  e vefe arretet an traou hag eun trêted a vefe sinet. Piou a gollfe ? Siwaz, diez eo gouzout. Forz bueziou a vefe kollet bepred, da gomans.[...] N'euz ket gwall pell, unan eur ar direktourien ar gompagniez vor Nord-Deutscher LLoyd, euz Bremen, n'euz lavaret:" C'hoant hon beuz da gaout porz Brest. Tro pe dro evid e gaout, ni dremeno var gof Franz". Ar giriou-ze a zo eaz da gomprenn. An Allmagn ne goll ket an esperans da ren var ar bed. N'e deuz porz-a-bed var ar c'hein-vor, ha mar dije Brest, netra nemed Brest, trawalc'h a ve ! Momsen a lavare ze dija en 1881 en kolach Heidelberg. Ne maint ket erru c'hoaz en Brest, mez  n'eus netra imposubl ha kalz a chenchamanchou a c'hall eun den gweled en e vuez

Jaffrennou

 France et Allemagne

 D'un seul coup se sont éloignés de nous les questions politiques et  les radotages sans portée: tous les yeux sont tournés maintenant vers l'Est et le gouvernement lui-même est résolu à écouter,  qu'ils soient rouges, bleus ou blancs, ceux qui le soutiennent. Chacun a oublié ce qui divisait pour ne songer qu'aux facteurs de rassemblement face à l'ennemi, cantonné sur l'autre rive de la Moselle.

 Gouvernés par un Empereur coléreux et belliqueux, soldat de la tête aux pieds, les Allemands s'enorgueillissent de la croissance de la puissance de leur pays dans le monde. Depuis la guerre de 70, grâce aux cinq milliards de francs-or que nous leur avons versés, sans compter ce qu'ils ont volé par ailleurs et l'Alsace annexée par-dessus le marché, les Allemands constituent un peuple uni et fort. Leur armée est sans pareille et ne recherche que le combat afin de prouver sa force; sa marine égale la nôtre, à peu de chose près; ses exportations commerciales l'emportent sur les nôtres. Mais rien de tout cela ne réjouit les Prussiens: la France demeure un beau pays et, en dépit de la bêtise de quelques-uns de ses gouvernants, continue de tenir un rang honorable dans le monde.

  Les Allemands n'admirent pas  notre relèvement qui a suivi le  terrible effondrement de 70. Ceux qui lisent les journaux et prêté attention à la question marocaine ont constaté que l'Allemagne ne ratait aucun prétexte pour nous jouer de mauvais tours sur place. Elle soutenait les indigènes contre nous, même après avoir signé l'accord d'Algésiras. Sur chaque point, elle cherche chicane afin de déclencher la guerre, qui lui donnerait l'occasion d'exercer ses armées et de comparer ses canons aux nôtres.  Le dernier prétexte a failli mettre le feu aux poudres et encore que la situation soit plus calme maintenant, rien n'est intangible et personne ne peut jurer que la guerre ne puisse éclater peut-être d'un jour à l'autre, car un Guillaume II  souhaitant la guerre trouvera, d'une manière ou d'une autre, un artifice quelconque. Il se trouvera, c'est vrai de ce côté-ci du Rhin, des gens pour s'opposer à lui, car, bien que la paix satisfasse tous les Français et spécialement les Bretons, ce n'est cependant pas une raison pour s'incliner et de reculer devant les fantaisies d'un Empereur "bon garçon" ! 

     Nous, Français, faisons mauvais usage de chaque liberté et de chaque législation; toutefois, mieux vaut être en République que gouvernés par un roi de Prusse, puisque nous ne serions plus libres, cela est certain !

   Comme en 70, les Bretons sauraient faire leur devoir s'ils étaient contraints de défendre, non pas les Français, pour lesquels ils n'éprouvent pas plus de sympathie qu'il n'en faut, mais pour défendre la Vérité contre le mensonge, la liberté contre la tyrannie, la paix contre le désordre. Sur ces points, Clémenceau et Picquart peuvent compter à coup sûr sur chaque Breton capable de porter  fusil et sac.

 Cependant, nous ne pouvons aller au feu trop tôt. Pour encore, même si ça chauffe, il existe un espoir d'éloigner le fléau et de résoudre les litiges de manière pondérée.

  En cas de guerre, sur qui pourrions-nous compter ? Les autres nations participeraient-elles au conflit ? Bien beau de l'affirmer, pourtant je n'y crois pas. Aucune puissance ne mettra le nez dans une affaire qui regarde le chat français et le chien prussien. Comme en 70, Les autres puissances européennes se tâteront pendant quelques mois, au bout desquels la carottes seront cuites et un traité signé. Qui sera le perdant ? Hélas, il est difficile de le prévoir. Pour commencer, beaucoup de vies humaines, perdues à jamais. [...]

    Il n'y a pas bien longtemps, un des directeurs de la compagnie maritime Nord-Deutscher LLoyd, de Brême, s'est exclamé: "Nous avons besoin du port de Brest. D'une façon ou d'une autre, pour cela, il nous faudra passer sur le ventre de la France !". Ces paroles sont limpides. L'Allemagne n'a pas perdu espoir de régner sur le monde. N'ayant pas de port atlantique, si elle disposait de Brest, ce ne serait déjà pas mal ! Momsen le disait déjà à l'Université de Heidelberg en 1881. Les Prussiens ne sont pas encore arrivés à Brest mais rien n'est impossible et chaque individu peut voir tant de changements au cours de sa vie.

Jaffrennou

Ar Bobl, n° 203, 14 novembre 1908 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2013

 

 Le général Picquart, lorsqu'il dirigeait le Deuxième Bureau de l'armée de terre (service d'espionnage et de contre-espionnage) démontra, preuve en main, l'innocence du capitaine Dreyfus et la culpabilité d'Esterhazy. Mal lui en prit; l'Etat-Major, nettement anti-dreyfusard, l'exila en Tunisie. Lorsque Clémenceau, dreyfusard de la deuxième heure, vint au pouvoir, il nomma Picquart Ministre de la Guerre.

 

 

Nous moquerons-nous de la "pauvreté" des Prussiens ?

 

An aour

 Pa oa bet kont, tri miz zo, deuz brezel etre Bro-C'hall hag Alamagn, ar spont a grogaz ebarz ar finanserien prusian. Aour ar Franz a dec'he deuz o bankou braz hag a zistroe trezek ar gear. Rog ar Franz a zo unan euz ar kreditourezed an Alamagn. An Alamagn, gant e zri-ugent million a dud, a zo eur vro baour ha ne vev nemed var ar c'hredit.

   Franz n'he deuz ket da sponta araok ar faillit, dre defot an aour. Franz he deus muioc'h a aour evid bro all ar bed. Beza he deus 6 miliard 600 milion a aour melen. Tri miliard hanter anezo a zo dastumet en kaoiou ar Bank ar Franz en Pariz. [...] Mar be lodennet an aour a zo en Franz etre he 39 milion a dud, pephini a douchfe 167 lur en pejou aour. Ar broiou all na vefent ket evid ranna kement-se etre o zud. Ar stadou-Unanet a c'hallfe rei 90 lur aour da bephini; an Alamagn, 85; Bro-Saoz, 55; Russi, 33; Itali, 22 [...]

L'or

  Il y a trois mois, le bruit d'une guerre franco-allemande  épouvanta les financiers prussiens. L'or français quitta leurs grandes banques et retourna en France. Avant, la France est l'un des créanciers de l'Allemagne. Celle-ci, avec ses 60 millions d'habitants, est un pays pauvre qui ne vit qu'à crédit.

    La France ne doit pas craindre une faillite dûe à des sorties d'or. La France est le pays au monde qui possède le plus d'or. Les Français disposent de 6,6 milliards d'or jaune. Trois milliards et demi sont entassés dans les coffres de la Banque de France, à Paris. Si l'or présent en France était réparti entre les 39 millions de Français, chacun recevrait 167 francs en pièces d'or. Les autres puissances ne peuvent en faire autant. Les Etats-Unis d'Amérique pourraient attribuer 90 francs-or à chaque habitant de l'Union; l'Allemagne, 85; la Grande-Bretagne, 55; la Russie, 33; l'Italie, 22 [...]

Ar Bobl, n° 372, 3 février 1912 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2014


 

Ar Prusianed heb arc'hant

An arc'hant moni ne ma ket stank en Alamagn. Paëmanchou braz a zo bet da ober d'an Amerik, hag an aour a zo 'n em gavet rouez. Ar bobl a denn e esperniou er maez ar c'hefiou publik.

   Poënt eo d'ê dond da glask kaout pemp miliard all diganeomp adarre !

Les Prussiens désargentés

En Allemagne, la monnaie courante n'est pas abondante. De gigantesques remboursements ont été réalisés en faveur des Etats-Unis d'Amérique et l'or se raréfie. La population retire son épargne des caisses de l'Etat.

   Il est temps que les Prussiens viennent de nouveau nous "emprunter' cinq autres milliards.

Ar Bobl, n° 417, 14 décembre 1912 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2013

 

Allusion à l'indemnité de 5 milliards de francs-or exigée par Bismarck en 1871 en compensation de l'évacuation du territoire français par les troupes allemandes; cette indemnité colossale fut acquittée en moins de trois ans, ce qui donne une idée de la richesse d'une assez large partie de la population française à la fin de la phase économique de prospérité 1850-1873

 

Naon ar Brusianed                                             L’avidité des Prussiens

 

Ar re a lavar na vo brezel a-bed ken a gomz hervez o zantimant o-hunan

Ar wirionez zo Franz nag ar Fransizien na c’houllont ket kaout brezel.

Parti ar peoc’h an euz muioc’h a vignoned en tu-ma evid parti ar brezel, rag ni n’hon deuz rezon a-bed da glask brezel.

 An aferiou ia mad en dro : ar c’honvers a raport ; al labour-douar a zigas aezamant var ar maez .

 

Peb tra a zeblant en em gleved evid ober gant Bro-C’hall eur vro binvidik, lec’h na vank netra d’an dud da veza eürus nemed henvelakaat o stad-beva ouz hini ar broiou all tro var dro d’ê.

  Mar sellfemp evid gwir aliesoc ‘h deuz ar re all, marteze en em brizfemp muioc’h hon-hunan, hag e vefemp neubeutoc’h troet d’en em zikrial ha d’en em beillat

  Taolomp hon sellou var an Alamagn. Sethu aze eur vro vraz a hanter-kant million a bobl, bemdez o vond var gresk

A Alamagn a zo eur vro goz hag eur vro nevez var ar memez tro, koz dre ar rôl c’hoariet gant ar Jermaned en history ar bed; nevez ha iaouank dre he diazez, rag an Alamagn a hirio n’he deuz nemed daou-ugnet vloaz.

 

Na gomans kerzed he hunan nemed goude brezel 70. An Alamagn a zo simantet gant gwad ha gant arc’hant ar C’hallaoued.

P’ho deuz goneet varhanomp, o deuz diazeet o Impalaërded var viktoriou an armou, hag a-benn pâd, a-benn kenderc’hel, a-benn mirout he unvaniez rik, var betra e c’hallfe d’ezhi konta nemed c’hoaz var an armou ?

 An Alamagn a zo eur vroad militaër dreist peb traall, hag a nez marvel n’all ket chom heb brezel

 

Ouspenn, eur rezon all a zo  c’hoaz hag a oblij an Alamagn da gaout brezel: he foblanz a gresk a breporsion euz tri bugel da unan en Franz.

Pelec’h lakaat an holl dud-se ? Prestik na vo ket a blas d’ê etre ar Rhin hag ar Vistul.

 

Daou Vensel kichen-az-kichen unanet dre eur gorzen, unan leun barr hag egile hanter-leun, ar pez a vo  a re en hini chouk a dremeno en hini dam c’houl-hanter, hag an nivo a engalo.

 Evelse gant Alamagn ha Bro-C’hall

Da c’hortoz dic’hlann braz ar brezel, pa ruillo adarre bagadou pounner ar Jermaned a dreuz da blenennou fetis ar Champagn, an nivô en em ra dre an “naturalisation”.

Neb a fell gantan gouzout a gant a vil Alamant a zo oc’h ober demeuranz en Bro-C’hall, oc’h ober konvers braz, duma-duhont er c’haeriou, en uzinou, n’eus nemad tao leur sell var eur c’hatalog bennag a ijinerez, a vekanikerez, ha mar na gav ket eno pevar hano prusian var dek, me c’houll koll kroc’hen ma ene.

Penoz ‘ta, eme-t-hu, pa zo daou abek ken pouezus d’ar brezel da strakal, penoz ne darz ket ?

A-tou, da ober pâr d’an daou abek-se ebarz ar valanz a zo unan all hag eo red konta ive var ar vrec’h all. Ar brezel a vije flammet dija etre an Alamagn ha ni, panevet hon arc’hant.

 

An arc’hant a zo en Franz ; Franz zo tenzorer ar broiou tosta, hag an Alamagn a zo dleourez d’eomp ni euz sommou braz

  An Alamagn n’eus ket arc’hant awalc’h en he c’hef publik da zerc’hel kampagn ar vrezel epad c’houec’h miz mar dichansfe d’ezhi koll.

 Fortun Frans a bermetfe d’ezhi souten pelloc’h ar strons, gant eur boblanz disterroc’h.

 

Afer ar Marok a zo bet darbed d’ezan lakaat an traou da drenka

 Ar Brusianed, en eur c’hourdrouz, n’eo ket ar Marok a glaskent, mez douarou diganeomp ar C’hongo, da gas di ar pez o deuz a re a dud, hag a zo bihannik o bro d’ê.

A pez a klaskent a oa kaout droit da doulla mengleuziou er Marok evit tenna outo houarn ha sten o deus ezom evid ober o mekanikou hag o listri-brezel.

Bet an euz ar c’hi Kiderlen eun askorn; keid a vo o krignat anezan a raio peoc’h da c’hortoz ma krogo an naon ennan adarre.

  Rag na fell ket kredi e ve fin d’an disput. Eur siouladen n’eo ken Mare pe vare e vo krog etre an diou vro dispartiel gant ar Rhin.

 

 En Kambr deputeed Franz ar giriou peoc’h, lealded, sevennadur, a glever aliez; mez er Reichstag eun ton all a zo d’ar son.

 

 Pa zo bet diskutet an deiou tremenet divar benn an akord marokan, eun depute, an aotrou Hegdebrant, an euz lavaret:

 Re neubeud hon euz bet digant Franz. C’hoantaat a reomp ober uzach deuz hon c’hleze pa vo deut an heur. Evid brazder bro Alamagn, omp prest holl d’en em sakrifia ! ». Hag e keid ma kosee evelse Hegdebrant, mab hena an Impalaër Gwillerm, ar C'hronprinz, pehini oa o silaou var e gador, a hije e benn da rei e assantamant ha da lavaret "ia".

Fanch

Ar Bobl,  novembre 1911

Ceux qui affirment qu’il n’y aura plus de guerre expriment leur intime conviction.

La vérité est ni la France ni les Français ne veulent subir de guerre.

Le parti de la paix rassemble davantage de partisans que celui de la guerre, car nous n’avons aucune raison de nous lancer dans un conflit.

Les affaires vont bien, le commerce rapporte, à la campagne, l’agriculture procure confort et progrès

J’ai ouï dire que chaque chose  semblait enrichir la France, que personne n’y manquait de rien pour être heureux, que les  pays voisins ne songeaient qu’à imiter notre niveau de vie

Si nous regardions plus souvent chez les autres, peut-être pour faire preuve de davantage de  modestie, nous serions beaucoup moins portés à les critiquer et à les envier.

Tournons nos regards vers l’Allemagne. C’est un pays de cinquante millions d’habitants dont la population croît sans cesse.

L’Allemagne est un pays ancien et, simultanément, un pays récent, ancien en raison du rôle joué par les Germains dans l’histoire du monde ; récent et jeune à cause de son assise territoriale, car l’Allemagne d’aujourd’hui n’a que quarante ans.

Elle n’a pris son envol qu’après la guerre de 1870. L’unité allemande s’est faite aux dépens du sang et de l’argent français.

Quand elle nous a vaincus par les armes, elle a fondé son Empire et comme elle a réalisé son union complète, pourquoi ne compterait-elle pas, pour la conserver, encore sur la seule voie des armes ?

L’Allemagne est, par-dessus tout, une nation militaire et, plutôt que de se passer de guerre, elle préfère mourir.

De plus, une autre raison contraint l’Allemagne à avoir recours à la guerre : sa population croît dans la proportion de trois enfants allemands pour un enfant français. Où mettre tous ces individus ? Bientôt, ils ne trouveront plus place entre Rhin et Vistule

Deux baquets placés côte-à-côte reliés par un tuyau, l’un plein à ras bord, l’autre à moitié rempli, le premier se déversera dans le second jusqu’à ce que les niveaux soient identiques. Ainsi pour l’Allemagne et la France.

En attendant le déferlement de la guerre, lorsque les lourds bataillons de Teutons s’enfonceront à travers les grandes plaines de Champagne, le niveau sera réalisé grâce à la naturalisation.

On sait qu’une centaine de milliers d’Allemands demeurent en France, pratiquant le commerce international dans les villes, dirigeant des usines. Il suffit de jeter un œil sur un quelconque catalogue d’ingéniérie, de mécanique, et si je n’y  trouve pas quatre noms  prussiens sur dix, je veux bien  perdre la peau de mon âme.

Pourquoi, direz-vous, alors que deux causes fondamentales poussent au déclenchement de la guerre, pourquoi celle-ci n’éclate-t-elle pas ?

Avant de procéder à la tare sur la balance pour ces deux causes, il en est une autre qui pèsera aussi sur l’autre bras. La guerre aurait déjà éclaté entre l’Allemagne et nous, si ce n’était notre or.

 

Il y a de l’argent en France. La France est le banquier des pays voisins et l’Allemagne est notre débitrice de sommes considérables.

Le Trésor public allemand ne permet à ce pays de soutenir une campagne  plus de six mois sans connaître la malchance de perdre la guerre.

Sa fortune permettrait à la France de soutenir plus longtemps une guerre, malgré une population bien moins nombreuse.

L’affaire du Maroc a failli aigrir notre situation

 

A travers leurs menaces, les Prussiens ne cherchaient pas tout ou partie du Maroc mais nos territoires du Congo pour y établir leur excédent de population, puisque leur pays est trop petit

Ce qu’ils voulaient était le droit de creuser des mines au Maroc afin d’en retirer du fer et de l’étain pour la fabrication de mécaniques et de vaisselle de guerre.

Le chien Kiderlen a eu son os. Tant qu’il le rongera, il nous laissera en paix jusqu’à ce que la faim le reprenne.

Car on ne veut pas croire que le différend ait pris fin. Un apaisement n’est qu’un entracte avant que ne reprenne la discorde entre les deux pays séparés par le Rhin.

On cite souvent, à la Chambre des députés français, le triptyque paix, loyauté, civilisation. Mais au Reichstag, le ton est tout autre.

Pendant les discussions des jours derniers portant sur l’accord à propos du Maroc, un député, M. Hegdebrant, a dit :

Nous avons obtenu trop peu de la France. Pensons déjà à faire usage de nos glaives quand l’heure sera venue. Pour la plus grande Allemagne, nous sommes prêts à nous sacrifier ! ». Et pendant que Hegdebrand discourait ainsi, le fils de l'empereur Guillaume, le Prince héritier, qui, assis sur son trône, écoutait, inclina la tête pour donner son assentiment et acquiescer"

François

Traduction: Jean Yves Michel, août 2012

 

  Jaffrennou fait erreur : l’Allemagne compte, non 50 millions, mais 61 millions d’habitants (63 en 1913), et la France stagne autour de 39  millions depuis 1870. En revanche, l’auteur de l’article évalue correctement le nombre d’Allemands vivant en France (102 000, et aussi 287000 Belges, 40 000 Britanniques,  419 000 Italiens, etc…).

   Taldir insiste à juste titre sur l’énorme richesse française des années 1900-1913 : pour un revenu national de 38 milliards de Francs-or, les Français épargnent annuellement 5 milliards dans leur bas de laine : on rappelle que n’importe quel billet de banque est converti en or à la demande de son détenteur ; ils souscrivent aux emprunts d'Etat et étrangers : russes, turcs. Les Allemands sont plus riches que les Français, mais, modernisant sans cesse à grands frais leurs usines, ils épargnent moins et donc placent assez peu à l’étranger.

  Kiderlen est le Ministre allemand des Affaires étrangères

 

Fouge ar Prusianed

 Chanseller an Impalaër, an Aot. Bethmann-Holweg, an neuz prezeget dirag ar Reichstag ha lavaret:

 "Ar Franzizien a zo tud trouzus, hag ar re a ra ar muia brud a ve silaouet. Ar furnez a ve mouget  he mouez pa ve entanet ar bobl. Eur pennad zo, karante-vro ar C'hallaoued a zo renevezet. Brud a reont en dro d'o arme a zo gwelloc'h evid hon hini diouz e leveront, ar Franz a gav d'ezhi dija eo goneet ar brezel ganthi ! Mez an Alamagn a zo krenv awalc'h evid kreski c'hoaz he armeou rag petra bennag ma kar peoc'h fellout a ra ganthi, mar befe brezel beza sur da drec'hi !"

 L'arrogance des Prussiens

 Le Chancelier de l'Empire, M. Bethmann-Holweg, a dit, dans un discours prononcé devant le Reichstag:

" Les Français sont bruyants, et les plus assourdissants sont les plus écoutés. La voix de la sagesse est étouffée quand le peuple s'enflamme. Depuis un moment, le patriotisme français s'est reconstitué. Les Français proclament à nouveau que leur armée est meilleure que la nôtre, et qu'ils ont d'ores et déjà gagné la guerre contre nous ! Mais l'Allemagne est assez forte pour renforcer ses armées, car, bien que désirant la paix, si guerre il y a, nous sommes certains de vaincre !"

Ar Bobl, n° 434, 12 avril 1913 Traduction: Jean Yves MICHEL, octobre 2014

 

Des événements accentuant la tension franco-allemande.

 

Une évasion douloureuse pour l'amour-propre allemand

 

 Eur gaër a tec'haden

Ar c'habiten Lux, eur Gall,  a oa eat d'an Alamagn evid spia ar Brusianed ha tapout o sekrejou. Eur vicher danjirus eo ar vicher a ispion. Ar c'habiten Lux  a oa tapet ha kondaonet da veza zevret 15 vloaz en kastell-krenv Glatz. Ar c'habiten kalonek ne gollaz esper da dec'het kuit.

 Evid erruout, eno, ne zihanaz da studial e blan, heb rei da c'hout da zen. Gant goueliou Nedelek, ar surveill a ve distennet eun tam: eun nozez ar c'habiten Lux a gemeraz gantan eul linsel wel hag a c'hellaz mond er-maëz e gambr ha digerri dor ar drepas, pehini e serraz var e lerc'h. Tremenn a reaz dre eur prenestr ha diskenn a reaz er porz dre zikour al linsel wele. Goude-ze e teuaz abenn da zaillat dreist ar vur. An noz a oa tenval: ar prizonier a c'hallaz ober eur pennad mat a hent. D'ar beure, e pignaz en eun train en gar Frankenstein.

    Epad eun neubeud deiziou, ne oa bet kelou abed dioutan. Ar Brusianed a oa nec'het braz. Disul vintin, ar c'habiten Lux a zigoueaz en Pariz dre drain Lyon. Tremenet e oa  dre an Aotrich ha dre ar Suiss. Kontet an neuz penoz en doa great evid treuzi ar berennou. Mignoned oa deut da glask anezan gant eur wetur-dre-dan. Arru kichen en harzou douanierien a stignaz eur gled-koat dreuz an hent braz. Ar wetur-mobil a gemeraz e lans, a dortraz an gled en mil dam hag a dremenaz evel eul luc'heden"

 Une superbe évasion

 Le capitaine français Lux alla en Allemagne pour s'emparer de secrets. Un métier dangereux que celui d'espion. Ce capitaine fut arrêté et condamné à 15 ans de forteresse à Glatz. Le capitaine ne perdit pas espoir de s'enfuir.

  Pour parvenir à ses fins, il ne cessa de parfaire son plan d'évasion, dont il ne donna connaissance  à personne. La surveillance se relâcha en raison des fêtes de Noël: une nuit, la capitaine Lux prit son drap de lit et put sortir de sa chambre, puis ouvrir la porte du couloir, qu'il referma aussitôt. Il passa par une fenêtre et descendit dans la cour grâce au drap de lit; ensuite il sauta par-dessus le mur. La nuit était sombre: le prisonnier put faire un bon bout de chemin. Au matin, il sauta dans un train en gare de Frankenstein.

  Pendant quelques jours, on n'eut pas de nouvelles de lui. Les Prussiens étaient sur les dents. Dimanche matin, le capitaine Lux  retournait à  Paris par le train de Lyon. Il était passé par l'Autriche et la Suisse. Il conta son passage des frontières. Des amis étaient allés le chercher dans une voiture automobile. Ils se heurtèrent au poste frontière de douane à une barrière en bois qui barrait la grand route. La voiture prit de l'élan, cassa la barrière en mille morceaux et passa comme un éclair"

 Ar Bobl, n° 367, 6 janvier 1912
 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2014

 

On rappelle que, jusqu'à la Grande Guerre, aucun Etat européen, à l'exception de la Russie, n'exige de passeport pour le franchissement de ses frontières, dans un sens comme dans l'autre (entrée / sortie du territoire).


Un incident fâcheux..

 

 Eun aërlestr prusian en Franz

An deiziou diveza euz ar sûn dremenet, eun aërlestr euz an Alamagn, ar Zeppelin, a zo deut da zouari e kichen Luneville. An aërlestr-ma a oa ennan pevar ofiser prusian hag eun neubeud labourerien.. Hervez ar c'habiten Glund, mestr an aërlestr, e oant bet boutet gant an avel var zouar Bro-C'Hall ha n'ho devoa ken a esanz. Ar Zeppelin a zo unan euz aërlistri houarn an Alamagn. An Alamanted a zo fuloret braz dre ma 'neuz gallet ar Fransizien gwelet an ijin-ze euz a dost, ha studial anezhan penn da benn var o douar. En Alamagn ne ve ket lezet den a-bed da dostaat tostoc'h evid 300 mêtr deuz ar Zeppelin.

Un dirigeable prussien en France

Ces jours derniers de la semaine écoulée, un dirigeable venu d'Allemagne, le Zeppelin, a atterri près de Lunéville. A bord, quatre officiers prussiens et quelques ouvriers. Selon le capitaine Glund, commandant du dirigeable, ce dernier a été déporté par le vent vers le territoire français et manquait d'essence. Le Zeppelin est l'un des dirigeables métalliques allemands. Les Allemands furent furieux de constater que les Français pouvaient examiner cet engin de près et l'étudier d'un bout à l'autre sur leur sol. En Allemagne personne n'aurait pu s'approcher à moins de 300 mètres du Zeppelin

Ar Bobl, n° 434, 12 avril 1913 Traduction: Jean Yves MICHEL, octobre 2014

 

 

L'entrefilet qui suit est en français:

"Incident franco-allemand

  En cette époque de tension entre les Français et les Allemands, les moindres incidents prennent une tournure grave.

  A Nancy, dimanche, trois Allemands en goguette accompagnés de deux dames, se sont pris de querelle avec un groupe d'étudiants dans une brasserie. Les Allemands ont été accompagnés à la gare sous les huées qu'ils avaient eux-mêmes provoquées. Au Parlement allemand, cette équipée a été l'ocassion de discours menaçants contre l'"ennemi héréditaire".

  L'anmbassadeur d'Allemagne à Paris a reçu mission de demander au Ministre des Affaires étrangères des explications sur cet incident. Une enquête a été ordonnée.

  Entre la France et l'Allemagne, tôt ou tard, il faudra bien, selon l'expression populaire, que çà p... ou que çà casse""

Ar Bobl, n° 435, 19 avril 1913

 

 Celui qui suit est aussi en français : "Wer nicht spricht Deutsch ?"  (traduction: "Qui ne parle pas allemand? "), c'est-à-dire: "Comment peut-on ne pas parler l'allemand ?"

"Les Teutons de Berlin veulent imposer leur Grognement à tous leurs sujets

  Le Reichstag allemand vient d'être récemment le théâtre de luttes passionnées entre deux partis. L'on vit, d'un côté, une majorité énorme de conservateurs et de chauvins aux ordres de la maison de Prusse, de l'autre, une minorité de Polonais appuyée par les Alsaciens, les Danois et quelques socialistes, lutter sans répit, les premiers pour réaliser "la plus grande Germanie", les autres pour sauver les honorables débris de leur nation disparue. Il va sans dire que toutes nos sympathies vont aux seconds.

 Le prince de Bülow, au nom du gouvernement et se plaçant sur le terrain politique, affirmait que les quatre millions de Polonais allemands constituaient une épine au pied de l'Allemagne intégrale. Il importait donc, puisqu'on ne pouvait exterminer en bloc ces "gêneurs" entêtés à ne pas considérer leur Pologne comme morte, il importait donc de leur "voler" légalement leurs terres et de les donner à des colons allemands; en un mot, de leur enlever toutes leurs propriétés, non pas en les prenant brutalement, mais en les achetant.

    Le prince de Bülow demandait l'ouverture d'un crédit de 500 millions au budget de chaque année, à l'effet d'acquérir tous les biens que des Polonais, par nécessité, spéculation ou autrement, mettraient en vente dans leur pays.

   Une Nation policée qui emploierait ce moyen extrême pour se rendre propriétaire en Chine ou en Afrique serait peut-être excusable; mais lorsque ces procédés s'appliquent en Europe, ils doivent être qualifiés d'un simple mot: ils sont infâmes et mettent la nation qui les approuve au ban de la Civilisation et de la Justice.

  Ces malheureux Polonais ne verront-ils donc jamais luire l'aurore de temps meilleurs ? Seront-ils donc toujours esclaves sur leur sol de leurs propres aïeux ? Seront-ils donc éternellement la branche paria de la race de Japhet, comme la tribu d'Israël est le rameau maudit du tronc sémitique ?

   Ce n'est pas tout cependant. A l'une des séances qui suivirent celle où fut agitée cette grave question du "rachat de la Pologne", la Parlement allemand s'occupa de voter une loi sur les réunions. Le Prince de Bülow demanda qu'il fût interdit de parler une autre langue que l'allemand dans les réunions publiques. Proscrits le polonais, le danois, le français d'Alsace ! Et le ministre s'appuyait sur l'argumentation suivante, bien germanique :

  L'Allemagne est un Etat, une nation et non une réunion de nationalités. Nous respectons, il est vrai, les sujets allemands d'origine étrangère, quand ils collaborent avec nous au bien et à la prospérité de l'Allemagne. Cependant, nous ne reconnaissons en Allemagne qu'une langue: l'allemand. L'allemand est parlé dans toutes les Diètes des divers (1) Etats: nous ne parlons au Reichstag que l'allemand . Il est donc juste que la loi ordonne, dans les réunions allemandes, à l'orateur de s'adresser en allemand à des Allemands. Négliger cette prescription serait commettre une grosse faute contre l'esprit national et contre l'unité allemande.

  Ce prince de Bülow nous fait l'effet d'être un véritable autocrate auprès duquel nos gouvernants  sont  de petits saints, car bien que la Bretagne ait été parfois victime de certains procédés inavouables de la part de la Monarchie française, nous devons rendre au gouvernement actuel cette justice, c'est que malgré l'abrutissement de l'éphémère Combes, on n'a pas encore pensé à discuter à la Chambre la question suivante: "Il est défendu de parler breton, flamand et provençal dans les réunions publiques !". Il ne faut pas, il est vrai, désespérer. Cela peut venir. Quand Clémenceau se verra perdu, il inventera un complot où toutes ces langues seront inculpées comme dangereuses pour l'unité nationale. Il s'appuiera sur le précédent allemand.

  En attendant leur tour, les Régionalistes bretons, à défaut d'autre marque possible de sympathie, envoient aux Polonais sujets de Guillaume II, le témoignage de leur admiration et leurs meilleurs voeux.

JAFFRENNOU"

Ar Bobl, n° 169, 21 décembre 1907

L'Empire allemand, né en 1871, est une confédération d'Etats de superficie, de population et d'orientation économique très variées: lles royaumes de Prusse et de Bavière, le grand duché de Wûrtemeberg, la Saxe....

 

 Le Congrès pacifiste de Berne (1913)

 

Kendalc'h Bern

  En Bro C'Hall koulz hag en Alamagn a zo tud troët o spered gant ar peoc'h hag an emgleo. Ar re-ze a gar diez gwelet o gouarnamanchou o talc'hen bepred da zamma pouez armeou braz war diskoaz ar bobl [...] Spontus eo sonjal pegemend a arc'hant a ve fontet o prena poultr, kanoliou ha sabrinier. Gwir eo, an arc'hant-ze a lak da veva kalz a vicherourien an houarn hag an dir; gwir eo ive ar miliardou-ze a zervich da vaga angajeed, ofisourien ha tud all, pere a ra micher deuz ar soudardiach.

  Biz a valanz a dap bepred he foënt. Petra bennag beza zo tud droug-kontant ? Bepred e vo tud evelse. Eur c'hant bennag a zeputeed gall a zo en em zastumet en Bern (Suiss) asamblez gant eun tregont bennag a zeûteed prusian evid klask ar tu da zousaat d'an drougranz etre an diou vroad. Siwaz ! Netra n'o deus great a vad. Ar Fransizien a zo bet mantret o weled pegen neubeud a Alamanted a oa deut d'ar vodagen. Eur "Bern" koazeadennou, prezegennou a du gant ar peoc'h... sethu holl. Ha pephini d'ar gear war e giz ."

Le Congrès de Berne

  En France comme en Allemagne, des individus mettent leurs espoirs dans la paix et la conciliation. Ces personnes sont fâchées de constater que leurs gouvernements s'acharnent à alourdir le fardeau qui pèse sur les peuples [...] Les sommes consacrées à l'ache=at de poudre, de canons, de sabres sont effrayantes. Il est vrai que cet argent fait vivre beaucoup d'ouvriers métallurgistes, nourrit engagés, officiers et bien d'autres dont le métier est en rapport avec celui de soldat.

    L'aiguille de la balance atteint toujours sa position d'équilibre. Pourquoi tant de gens sont-ils disposés au mal ?  Il en sera toujours ainsi.

  Une centaine environ de députés français se sont réunis à Berne en Suisse avec une trentaine de collègues alllemands dans le but calmer la rancune opposant les deux pays. Hélas ! Rien de bon n'a été fait. Les Français ont été consternés par le faible nombre d'Allemands présents à la Convention. Un tas de conversations, de discours en faveur de la paix et c'est tout. Et chacun est revenu chez lui à son gré.

 Ar Bobl, n° 439, 17 mai 1913
 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2013

 

La question alsacienne

 

Alamagn hag Alzas

  Gouarnamant Alamagn a oa en sonj ober eul lezenn evid difenn ouz an Alzasianed embann gazetennou gallek en ho bro hag el Lorren. Ar mennoz-ze a zo savet eneb d'ezan kemend mouez leal a zo en Europ penn da benn. Deuz o zu al Lorrenniz hag an Alzasianed n'int ket chomet heb enebig hag an Alamagn var a leverer a zo o vont da leuskel he mennoz a goste.

L'Allemagne et l'Alsace

  Le Gouvernement allemand caresse le projet d'une loi interdisant la publication de journaux en français en Alsace-Lorraine. Cette idée est dirigée contre quiconque se montre loyal d'un bout à l'autre de l'Europe. De leur côté, les Alsaciens-Lorrains ne  pourront que résister et l'Allemagne, d'après la rumeur, est sur le point  d'abandonner ce projet.

Ar Bobl, n° 442, 7 juin 1913 Traduction: Jean Yves MICHEL, octobre 2013

 

La question des nationalités est aigüe. Les aspects en sont sont multiples:

- Ou bien un peuple "dominé", "tyrannisé", "occupé" souhaite, exige, revendique son indépendance; c'est le cas des Irlandais catholiques qui détestent les Anglais protestants d'Angleterre ou d'Irlande; c'est aussi le cas des Tchèques, des Slovaques, des Croates qui haïssent les Habsbourg viennois.

- Ou bien, dans le cas d'un peuple séparé en deux tronçons, le plus petit, occupé, souhaite être rattaché au plus grand, indépendant: les Roumains d'Autriche-Hongrie regardent vers Bucarest

- Ou bien encore, un peuple, qui a déjà constitué à plusieurs reprises un Etat-Nation, divisé en plusieurs morceaux appartenant à des "propriétaires différents", exige sa résurrection en tant qu'Etat: les Polonais de Russie, ceux d'Autriche-Hongrie, et ceux d'Allemagne. C'est ce dernier problème qu'aborde Ar Bobl dans l'entrefilet qui suit:

 

 Gwillerm II hag ar Pologn

   Impalaër an Allmagn, Gwillerm II, a zo et da Bosen (Bro Pologn) ar sizun diveza, d'ober eur weladen war e arme hag evid digemer pennou braz ar vro.

    Al Brusianed hen digemeraz gant joa vraz, mez ar Poloniz a chomaz en o zier evid diskouez ne felle fet d'ezo beza mignoned da Roue Pruss. Na banniel na garlantez euz ar prenestrou; den ebed war hent an Impalaër.

   [...] Eun toullad noblanz poloniad a zo bet dismeganset abalamour ma oant eat da vernia gant an Impalaër. Kazetennou ar vro o deuz skrivet diouto e oant et da boka d'an dorn a free anezho.

 Guillaume II et la Pologne

  L'empereur d'Allemagne, Guillaume II, est allé, la semaine passée, à Posen en Pologne, passer en revue son armée et recevoir les gens importants de la région.

   Tous les Prussiens l'accueillirent avec une grande joie mais les Polonais restèrent chez pour montrer qu'ils ne se voulaient pas les amis du Roi de Prusse. Ni drapeau ni guirlande aux fenêtres; personne sur le chemin emprunté par l'Empereur.

[...] Une flopée de Polonais nobles ont été maltraités parce qu'ils avaient banqueté avec l'Empereur. Les journaux locaux ont écrit que ces nobles avaient voulu embrasser la main qui les fouette.

 Ar Bobl, n° 455, 6 septembre 1913  Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2014


 







Dernière modification le 24/06/2016

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1