Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

   Cette page a été complétée le 24 mars 2015

 

QUELQUES EXEMPLES DE FIDELES REMARQUABLES A DES TITRES DIVERS

 

Une pèlerine professionnelle très regrettée...  Bourbriac.


Bourvriak - Maro Pelerinez koz Santez Anna Wened

 Marvet eo Mari Peillet hag ar maro-ze a neuz gwall biket an holl koste Bourvriak, rag Mari Peillet e devoa pevar-ugent vloa, ha hanter-kant vloa oa, da neubeuta, e oa pelerinez Santez Anna evid tud ar c'hontre.

 Meur a wech ar bla e kemere he baz hag e iea da belerina, en plas neb a c'houle diganthi. Tremen a rea dre Vur, Neuillac, Baud ha dre-oll e oa anazavet mad en tiegezou. Sur a oa da gaout boued ha lojamañt hed da hed an hent-braz. Digas a re ganthi deuz Santez Anna medallennou ha chapeledou ha gant ar Werz anê, na oa ken evit kerzet, e c'honce eur gwennek bennak.

 Arru koz, ne oa ken evit kerzet, kaset e doa da hospital Sant Briek hag eno eo marvet ar santez koz en peuc'h an Aotrou

Bourbriac - Décès de la vieille  pèlerine à Sainte Anne d'Auray

Marie Peillet est morte et ce décès touche durement tous les habitants des alentours de Bourbriac. En effet, parvenue à 80 ans, elle pèlerinait à Sainte-Anne d'Auray depuis au moins 50 ans pour les gens de la contrée.

Plus d'une fois par an, elle prenait son bâton et s'en allait pèleriner pour le compte de celui qui le lui avait demandé. Elle passait par Mûr, Neuillac, Baud et s'arrêtait chez ceux qui la connaissaient bien. Elle pouvait compter sur  nourriture et  logement tout au long de la grand route. Elle ramenait des médailles et des chapelets portant l'image de la Vierge et, non pas pour avoir entrepris le voyage, elle se faisait payer  un sou .

 Devenue âgée et incapable de marcher, elle fut hospitalisée à Saint-Brieuc. C'est là que la sainte vieille mourut dans la paix du Seigneur.

 Ar Bobl, n° 123, 2 février 1907
 Traduction: Jean Yves Michel, juin 2014

 

 Une chaisière modèle, Duault, 1905

 

Duot - Mari-Renea – Mari-Renea goz a zo maro. Ar c’hañv zo war ar barroz, rag Mari-Rena goz a oa plac’h ar c’hadoriou barz an iliz, ha Mari-Renea goz a oa ken propr, ken amiabl, ken honest ha ken mad deuz an holl


Duault – Marie-Renée – Marie-Renée l’ancienne est morte. La paroisse est en deuil car Marie-Renée l’ancienne était chaisière de l’église et elle était si propre, si aimable, si honnête et si bonne pour tous.


Ar Bobl, n° 20 , 4 février 1905 Traduction: Jean Yves Michel, janvier 2014

 

Saint-Hernin


Sant-Hernin - Servich braz

Dimerc'her eo bet kanet servich braz an itron Josephine An Oc'h. Eur bern tud a oa diredet d'an ofis, hag a oa testeni deuz an istim he devoa an hini varo ebarz ar barrez. An oferen a oa lavaret gant kure Kleden, hag ar gan renet gant kure Sant-Hernin. Da greisde, eur pred-braz a zo bet roet da 300 a dud e ti Guillaume Favennec, mab d'an hini desedet; an de var-lerc'h e oa c'hoaz kant-hanter-kant o leina.

Saint-Hernin

Mercredi a été chanté l' enterrement de première classe de Mme Joséphine Le Loc'h. Une foule de paroissiens  était venue à l'office montrer leur l'estime . La messe était dite par le vicaire de Cléden et les chants dirigés par celui de Saint-Hernin.   A midi, un grand repas fut servi à 300 personnes chez Guillaume Favennec, fils de la disparue. Le lendemain, 150 personnes encore déjeûnaient.

 Ar Bobl, n° 57, 21 octobre 1905
Traduction: Jean Yves Michel, mars 2014

 

Un bon maire: Kerien, 1907:

 

Kerrien - Maro d'an Aot. Coënt

   Ar meurz 26 a viz c'houever e varve en e di, en Kerlouet, an Aotrou Ar C'hoënt, maër Kerien, d'an oad a 76 vla. Ar iaou varlec'h, en iliz parroz, eun bobl a dud a zeue d'e interamant o testenia evelse pegen braz istim en doa e mesk an dud. Aboue 37 vla heb dihan e oa e penn ar barroz.

  Dign' ha agreabl bepred en e vro, e oa troet gant an tud paour ha prest da renta servich.

  Evel kristen, biskoaz n'en doa manket, hag a-benn brema en deuz bet ar rekompanz. An de kenta a viz c'houerver, var e wele a boaniou, en doa sinet ar c'hontrat-feurm deuz an iliz. E zorn a grene, mez e skiant a oa bepred ken eeun, e volonte ken stard: "Gant joa, emean d'ar person, e roan ma zin da Zoue ha d'an Iliz"

  Ma vo bue ar maër ma da skouer da re a zeui d'he heul, evid brasa mad ar peuc'h hag an unvaniez en parroz Kerien

Kerien - Décès de M. Coent

Mardi 26 février mourait à son domicile à Kerlouet, M. Le Coënt, maire de Kérien, à 76 ans. Le jeudi suivant, dans l'église de la paroisse, une foule de gens était venue  assister à ses obsèques, témoignant par là tous confondus le tenaient en haute estime. Depuis 37 ans, sans interruption, il était à la tête de la commune.

Toujours digne et agréable, il s'intéressait  aux pauvres et était prêt à rendre service.

Comme chrétien, il fut irréprochable et il obtient maintenant sa récompense. Le 1er février, sur son lit de douleurs, il signa le contrat de location de l'église. Ses mains tremblaient, mais son esprit était droit et sa volonté ferme: "C'est avec joie, dit-il au  curé, que je donne ma signature à Dieu et à l'Eglise".

   Puisse la vie de ce maire être un exemple pour ses successeurs, afin de renforcer la concorde et l'unité dans la commune.

 

 Ar Bobl, n° 128, 9 mars 1907
 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2013

 

Un sacristain sans pareil..

 

Braller kleier

Beza oa eur wech en eur barrez bennag euz ar Vreiz-Izel hanvet Plouhernin ganeomp, eun den koz, bet gwechall er servich epad pemzek vloaz. Gwillerm a reat anezan. Pa oa dizro d'e barrez e kemeraz evel e dud en e roak ar vicher a voutaouer-koat.

  An Aotrou person, pa oa maro ar sakrist all a oa gantan, o veza remerket kundu vad Gwillerm, a c'halvaz anezan d'ar presbitor hag a lavaraz d'ezan: "Gwillerm, kontant oc'h da gemer plas Fanch Lirzin, ha da zond da gloc'her ? - Feiz, a respontaz Gwillerm, pa oan er rujumant gwech-all, ma mestrou n'o deuz bet nemed meulodi da rei d'in: digemer a ran ho koulen, Aotrou person, hag esperout a ran n'ho pezo ket abek da glemm divar ma servich". "Na gredan ket", eme ar person.

Hag an akord a oa great dustu. Gwillerm a vije e vicher son ar c'hleier, d'an Angelus ha d'an ofisou ouspenn e vije chasse-gueux.; an daou vicher na vijent ket re ampl d'ezan, ar soudard koz a oa anezan.

  Pa komans ma histor, Gwillerm en doa dek vloaz ha tri-ugent. A-benn neuze, e oa ugent vloaz a oa dija kloc'her ha chasse-gueux en iliz parrez Plouhernin. Daoust d'e oad, biskoaz n'en doa manket da zevel da bemp eur deuz ar mintin evid son e angelus; biskoaz n'en doa manket da son e gleier evid ofis a-bed. Ha p'en dije sonet e iea d'ar sekreteri, ha d'an oferennou-bred d'ar sul e wiske eur c'haër a chupenn alaouret, gant eun tok-korniek; ouz e gostez, evel ebarz ar rujumant, e stribille eur kleze voan hag eur vaz gantan en e zorn, e rea evelse tro an iliz, beteg ar mare da son fin an ofis adarre. Netra n'alle touelli anezan divar e zervich. Eveziek ha poentchek e oa, evel momeder eun horolach.

 En dro d'ar potr koz an dud a chanche: hen a chome memez hini atao. Na remerke ket penoz a sul da sul, an dud a zeue da veza loskoc'h-losk en iliz koz. Neubeutaat a rez ar barrezioniz da dostaat ouz an ofisou santel; ar vugale o-hunan a oa kalz muioc'h diskord en ofern evid en e amzer d'ezan. Er barrez eun avel a fallentez hag a zigoueerez a c'houeze hag an dreok fall hadet gant ar spered gall hag a voute hag a zic'hoane, ha netra n'elle herzel.

  Gwillerm koulskoude na daole pled a-bed, hag a rea e zervich evel kiz ar kustum. Eur sul bennag, da nav heur, eur gomedi a zeua da blanta he zeatr hag e santen var greiz tachen bourk Plouhernin 'plom dirag an iliz. Ar c'homediancherien gant gwiska-manchou a beb sort liou a zone trompillou ha taboulinou hag en dro d'ar teatr gallek. Plouherniniz en eme vode dre vandennou. Var leuren, merc'hed hanter noaz, gant jestou divergont, a rea lagad d'ar baotred iaouank, pere a dostae hag a antree er varaken dre vagadou niverus.

  Gwillerm, pa dremenaz var an dachen evid mond en tour da zon kloc'h an ofern-bred, a welaz an teatr hag eur bern tud en dro d'ezan, mez na reaz van e-bed, hag e ieaz d'an kloc'hdi. Daoust d'e zek vloaz ha tri-ugent e pignaz beteg kambr ar c'hleier ha da daol deg heur. Bimbalaon !

 P'en doa sonet e tiskennaz hag e ieaz da wiska e zillad alaouret d'ar sekreteri. Pa zeue er-meaz gwisket, an iliz koz a gustume beza leun kouch a dud.

 O souez, na petra ta ? Eur goz vaouez bennag, hepken duma-duhont. Potr a-bed ! Gwillerm a lezaz eno e vaz hag e gleze hag hen d'an tour da zon e gloc'h evid an eil gwech. Bimbalaon ! Bimbalaon !

  Diskenn a reaz. Ar person, a-benn komans gantan an oferen, a c'hortoze ar bobl da antreal. Eun dousen tud koz a zeuaz en iliz. Eur c'hard-eur a oa gortozet. Gwillerm a golle pasianted. Evid an derveid gwech e toalaz e vaz hag e zabren, ha d'an nec'h da gambr ar c'hleier gant at pemzek pajen ha pevar-ugent. Evid an deirved gwech, e vrallaz e kleier nerz a gorf, ken e franwe an tour.

   Eur pemp pe c'houec'h a antreaz c'hoaz ha dirag an iliz hanter c'houllo e oa red d'ar person kana an oferen. Pa oa fin an ofis, e oa souezet na sone an Angelus a-bed. Unan bennag a bignaz en tour hag a welaz ar braller kleier astennet eno var lein e gein, maro mik, en e zorn bepred korden e gloc'h !

   Hon bro a Vreiz a zo henvel e deuz parrez Plouhernin. Ankounac'heet he deuz amzer tremenet; kavet e deuz gwell mond da zilaou ar brabanserien hag an toupinerien, pere, pignet var leurennou an teatrou faoz, a douell ar Vretoned gand gallegachou. Mouez braz ar c'hleier na gontant ken evito. Gwell eo ganto trouz skiltr ar strakerezed, gwell eo ganto gevier livet o enebourien eget gwirioneziou ha kuzuliou o mignoned [...]

TALDIR

 Le sonneur de cloches

 Il était une fois dans une paroisse quelconque de Basse-Bretagne que nous nommerons Plouhernin, un vieil homme, qui avait accompli quinze ans de service militaire: Guillaume. A son retour dans sa paroisse, il adopta le métier de sabotier, celui de ses ancêtres.

  Lorsque mourut son sacristain, Monsieur le recteur remarqua la bonne conduite de Guillaume, le fit venir au presbytère et lui dit: "Guillaume, serais-tu satisfait de succéder à François Lirzin et de devenir sonneur de cloches ? "- "Ma foi, répondit Guillaume, quand j'étais soldat jadis, mes supérieurs ne m'adressaient que des éloges. J'accepte votre offre, Monsieur le Recteur, et j'espère que vous n'aurez aucune raison de vous plaindre de mes services". "Je ne crois pas", dit le curé.

Et l'accord fut conclu immédiatement. Gwillerm serait de son métier sonneur de cloches, de l'Angélus jusqu'aux sonneries des offices, et, en outre, serait chasse-gueux; la conjugaison des deux occupations n'était pas insurmontable pour un vieux soldat qui était à son affaire.

 Lorsque commence mon histoire, Guillaume avait soixante-dix ans. Et maintenant, cela fait vingt ans déjà qu'il est sonneur de cloches et chasse-mendiant de la paroisse de Plouhernin. En dépit de son âge, jamais il n'a manqué de se lever à cinq heures du matin afin de sonner l'angélus; jamais il n'a manqué de sonner les cloches pour les offices du matin. Et quand il en a terminé avec les sonneries de cloches, il se rend à la sacristie afin, pour les offices matinaux, de revêtir une redingote dorée et un bicorne; à sa hanche, comme au régiment, il accroche une fine épée, il tient à la main une canne et fait ainsi le tour de l'église, jusqu'au moment de sonner la fin de l'office. Il ne s'est jamais trompé au cours de son service. Il fut attentif et ponctuel comme le balancier d'une horloge.

    Autour du vieil homme, les gens changeaient: il resta toujours le même . Il ne remarqua pas que, de dimanche en dimanche, les gens devenaient de plus en plus irritables à l'intérieur de la vieille église. Les paroissiens se firent moins nombreux aux saints offfices; les enfants eux-mêmes étaient bien plus indisciplinés que de son temps. Dans la paroisse un vent de méchanceté souffla et l'ivraie désespérante semée par l'idéologie française s'enracina sans que nul ne pût s'y opposer.

   Cependant, Guillaume n'en eut cure et remplit ses obligations comme d'habitude. Un dimanche quelconque, à neuf heures, un comédien vint planter sa scène de théâtre et ses toiles sur la place du bourg de Plouhernin, juste devant le porche de l'église. Les comédiens, aux vêtemenst de toutes couleurs, firent entendre leurs trompettes et leurs tambours autour du théâtre français. Les paroissiens s'assemblèrent par bandes. Sur la place, des filles à moitié nues aguichaient de  leurs gestes dévergondés les jeunes gens, qui s'approchèrent et entrèrent en nombre dans la baraque.

   Guillaume, quand il passa à cet endroit pour se rendre à la tour afin d'y sonner les cloches pour la messe matinale, vit une foule de gens autour du théâtre, mais il n'eut aucune réaction et monta au clocher. Malgré ses soixante-dix ans, il monta jusqu'à la chambre des cloches et sonna dix heures. Bimbalaon !

Quand il eut fini, il descendit à la sacristie pour y revêtir ses habits  dorés. D'habitude, lorsqu'il sortait de la sacristie, l'église était bourrée de monde.

   O surprise, que se passe-t-il ? Une vieille femme par ci par là, seulement. Pas un homme ! Guillaume abandonna canne et épée et se précipita dans le clocher pour y sonner pour la deuxième fois . Il descendit. Le recteur, au lieu de commencer la messe, attendit que les fidèles entrent. Une douzaine de vieilles personnes vinrent. On poireauta un quart d'heure. Guillaume perdit patience. Pour la troisième fois, il jeta canne et épée et se lança à l'assaut des 95 marches qui mènent à la chambre des cloches. Pour la troisième fois, il sonna les cloches en mettant toute la force de son corps au point d'ébanler le clocher.

   Cinq ou six personnes entrèrent et, devant une église à moitié vide, le recteur dut chanter la messe. Quand elle fut terminée, on s'étonna que l'Angélus n'ait pas été sonné. Un homme grimpa au clocher, et découvrit Guillaume, étendu de tout son long sur le dos, bien mort, tenant toujours la corde de sa cloche !

  Notre pays de Bretagne est semblable à la paroisse de Plouhernin. Le passé est oublié; on préfère les fanfarons et les mouchards qui, du haut de leurs scènes de théâtre hypocrites, trompent les Bretons en leur assenant du mauvais français. La grande voix des cloches ne les satisfait plus; ils préfèrent le bruits perçant des pétards, ils préfèrent les mensonges colorés de leurs ennemis aux vérités et aux conseils de leurs amis.

Taldir

Ar Bobl, n° 68, 6 janvier 1906 Traduction: Jean Yves Michel, mars 2015






Dernière modification le 24/03/2015

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1