Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

                                                                                        Page complétée en avril et mai 2017

 

Cette page comporte des entrefilets concernant les communes de Rostrenen, Mûr-de-Bretagne, Carnoët, Plouguernével (2),Plounévez-Quintin, Plusquellec, Le Moustoir, Trébrivan, Plévin, Carhaix, Kergloff, Scrignac (3), Plonévez-du-Faou, Lanvénégen

La mort conséquence de la bêtise

"La bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l'infini" (Ernest Renan, Dialogues et fragments philosophiques)

a) L'alcool

Rostrenen

 

Rostrenn  - Darvoud marvel

Fransou Kere, 42 bloaz, pehini a oa meo, a fellaz d'ezan pignat ebarz train Rostren daoust da aliou e gamaraded. Koueza a reaz war e benn war al linen hent-houarn. Adsavet raktal, hema a varvaz eune neubeud goude.

Rostrenen - Accident mortel

François Quéré, 42 ans, qui était ivre, voulut monter dans le train de Rostrenen, en dépit des conseil de ses camarades. Il tomba la tête la première sur la ligne de chemnin de fer. Relevé aussitôt, il mourut peu après.

 Ar Bobl, n° 181, 13 juin 1908
Traduction: Jean Yves Michel, septembre 2012

 

Mûr-de-Bretagne

 

Mur -  Bugel lac'het gant gwin ardant

 Herri ar Briz, paotr saout bihan, deuz Kerhalek, e-pad e oa an tud o kozeal en penn an nec'h an ti, a ieaz d'ar penn d'an traon hag a lonkaz eun hanter litrad odivi a oa  eno. Mond a reaz neuze er porz hag a koueaz eno maro-mik

Mûr - Un enfant tué par l'eau-de-vie

Henri Le Bris, jeune gardien de vaches, de Kerhalek, pendant que les adultes de la maison conversaient dans le haut bout de celle-ci, pénétra dans le bas bout et but un demi-litre d'alcool de pommes qui se trouvait là. Il sortit alors de la maison mais tomba mort dans la cour.

 Ar Bobl, n° 119, 5 janvier 1907
 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2013

 

 

Carnoët...

 

Karnoët - Ar gwin-ardant milliget

An deiou diveza eun neubeud paotred deuz ar vilajen a oa labourat er park var kont X., merour. Gante oa eur voutailad loko, rag, evel ma larent, an amzer a oa ien, ha hennez a zo tom ! Pa oa hanter-evet ar voutaill, a tiek a lavaraz d'e vab chouec'h vla, an oa eno o c'hoari, mond da gas ar peurrest d'ar ger. Mond a reaz ar mab bihan. Pa oa erru en ti, e lavaraz d'e vam: "Mam, 'ro kig din ! - Pera, ma mab ? - Me zo meo ".

  Hag en gwirione, meo oa ar bugel, rag evet en doa tout ar gwin ardant a oa er voutaill. Laket e oa e paour kez bihan en e wele, hag an tro noz e varvaz. Imposubl eo konta glac'har an tad hag ar vam dirag maro ken trist eur mab karet.

 Mez ive, piou a zo en faot, pe ar bugel, pe ar re a lonke lako dirag-an ?

Carnoët - l'eau-de-vie maudite..

Ces jours derniers quelques hommes du village travaillaient dans un champ pour le compte de X., métayer. Ils avaient un bouteille de "fort" car, comme ils l'affirment, il faisait froid et l'alcool réchauffe. Lorsque la bouteille fut à moitié vide, le cultivateur demanda à son fils de 6 ans, qui jouait là, de l'apporter à la maison. Le jeune enfant y alla. Quand il arriva à la maison, il dit a sa mère: "Maman, donne-moi de la viande - Pourquoi donc ? - Je suis ivre".

Et l'enfant était véritablement saoûl d'avoir bu  le reste entier d'eau-de-vie. On l'alita, mais à la nuit il mourut. Impossible de donner la mesure du chagrin éprouvé par le père et la mère frappé par le décès de leur fils aimé.

Mais aussi, à qui la faute, à l'enfant ou à ceux qui se mettent à boire devant lui ?

Ar Bobl, n° 173, 18 avril 1908 Traduction: Jean Yves Michel, juin 2014

 

Plounévez-Quintin

 

Plonevez-Kintin - Ar gwin-ardant flerius

 Eur maro ouspenn, dleet d'ar gwin-ardant louz ha maro eur plac'h zo gwasoc'h.

  Pélagie X.... a zo bet kavet an de all, he c'horf en eur foz dour gant Mattilin Lorinquer, gwiader, pehini oa da vond da Sant-Nikolas. Pelagie a oa roulerez.

Plounévez-Quintin - L'infecte eau-de-vie

Une mort de plus, dûe à cette saleté d'eau-de-vie et la mort d'une femme est pire.

L'autre jour, le corps de Pélagie X... a été trouvé dans un fossé plein d'eau  par Mathurin Lorinquer, tailleur, qui se rendait à Saint-Nicolas-du-Pélem. Pélagie était tombée dans la débauche.

Ar Bobl, n°260, 18 décembre 1909 Traduction: Jean Yves Michel, juin 2014

 

 

Scrignac.

 

Huelgoat - Eun den friket gant an train

Diriaou da noz, an train a dremen en gar Huelgoat da 10 heur noz, erru eun tam en tu-all d'ar stasion, en deuz frikat eun den deuz Skrignak, e hano Rolland ar C'hoz, intaon, 45 bloaz. Kavet eo bet e gorf antronoz vintin friket ha distummet holl. Rolland ar C'hoz a dlee beza meo, rag na greder kete vefe eat d'en eun daol dindan an train

Huelgoat - Un individu écrasé par un train

Jeudi soir, le train qui passe en gare d'Huelgoat à 22 heures, a, à peine sorti de la station, écrasé un individu de Scrignac, nommé Rolland Le Coz, veuf, âgé de 45 ans. Son corps, écrasé et entièrement déchiqueté, a été retrouvé au petit matin. Rolland Le Coz devait être saoûl, sinon il ne serait pas allé tout d'un coup se jeter sous le train.

 Ar Bobl, n° 115, 8 décembre 1906
 Traduction: Jean Yves Michel, juin 2014

 

Carhaix, 1905


"Maro dre win-ardant - Dilun da noz, Pierre Rivoal, labourer-douar, a ieaz da gousket hag hen mêo dall.
 Ar meurz vintin, he vreg a velaz e oa marvet he gwas e-pad an noz, greuet gant an evach.
Pemp bugel bihan e lez var e lerc'h !" 
Mort d'avoir abusé de l'eau-de-vie - Lundi soir, Pierre Rivoal, cultivateur, alla se coucher ivre mort. Le mardi au matin, sa femme s'aperçut qu'il était décédé pendant la nuit, étouffé et souillé par ses vomissures. Il laisse cinq enfants en bas âge !"
Ar Bobl, n° 19, 28 janvier 1905 Traduction: Jean Yves Michel, avril 2014

 

Plonévez-du-Faou: misère et "boisson" font trop souvent bon ménage


Plonevez-ar-Faou - Paourkeaz den

Dimerc'her ha diriaou e oa eun eured braz en Kerhoaden, Plonevez, eured Yves Seven ha Marianna an Hours, intanvez Pelloté. Eur paour keaz klasker boued, oajet a dri-ugent vlâ, a oa deut ive da glask e dam friko, vel ma ve ar c'hiz en Breiz Izel, hag evel just pa gavaz d'eva, e reaz eur c'hovad. Ar paour-ma a zonje d'eon e oa deut da veza prinz evid eur pennadik.

Diriaou d'abardaë e ieaz, hag hen mêo mat, tresek Loqueffret. Mez koueza reaz e foz an hent-braz, hag eno ec'h bet kavet maro. Interet eo bet disadorn. Den na oar piou a oa na doch a belec'h oa deut.

Plonévez-du-Faou - Pauvre femme

Mercredi et jeudi, à Kerhoaden en Plonévez, c'étaient les noces de Yves Seven et Marianna L'Hours, veuve Pelloté. Une pauvre mendiante, de 60 ans, s'en vint demander un peu de ragoût, comme c'est la coutume en Basse Bretagne et, bien sûr, quand l'occasion se présenta, elle s'emplit de boisson. La pauvresse pensa pendant un petit moment qu'elle était devenue une princesse.

Jeudi après-midi, elle s'en alla, bien saoûle, vers Loqueffret. Mais elle chuta dans le fossé de la grand- route et elle y fut trouvée morte. Elle a été enterrée samedi. Personne ne connaît son identité ni d'où elle venait.

Ar Bobl, n° 7, 5 novembre 1904  Traduction: Jean Yves Michel, juin 2014

 

 

 b) L'inattention:

Lanvénégen, 1905

 

Lannvinijen - Eur plac'hik losket beo

Mari-Anna Ar C'hor, greg Barber, a zo terhel tavarn e Touldren etal Lannvinijen. En de all, vel ma oe kalz a dud en ti, hi a reaz hi merc'hik oajet a 5 miz d'he merc'h all oajet a 5 plâ. Honez azeaz var an oaled. Dre valeur eun den meo a harpaz diouthi hag a ziskaraz ar c'hrouadurig a bemp miz en tan. Daouasta ma oa bet bet tennet er mez doc'htu, losket oa kement, ma de maro eun heur divazetoc'h e kreiz er soufrans vrasan

Lanvénégen - Une fillette brûlée vive

Marie-Anne Le Corre, épouse Barbier, tient une taverne à Touldren près de Lanvénégen. L'autre jour, comme l'estaminet était rempli de monde, elle confia son bébé de 5 mois à son autre fille de cinq ans. Celle-ci s'assit dans l'âtre. Par malheur, un homme ivre s'appuya contre elle et précipita la petite créature de cinq mois dans le feu. Bien qu'elle en retirée aussitôt, elle était si brûlée qu'elle mourut une heure plus tard dans les plus grandes souffrances

Ar Bobl, 6 juin 1905 Traduction: Jean Yves MICHEL, avril 2017


Plusquellec, 1909:

 

Pluskellek - Bugel dantet

Mab an Ozaïk, deuz ar Guellek, oajet a 10 vla, a zo bet dantet gant eul lon-kezek a nevez-zo, hag an despet d'ar soagn, eo marvet divar ar gouli-ze.

Plusquellec - Enfant mordu

   Le fils de Lozahic, du Guellec, âgé de 10 ans, a été récemment mordu par un cheval  et, en dépit des soins prodigués, il est décédé de cette blessure.

Ar Bobl, n° 235, 26 juin 1909 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2013

 


Scrignac

 

Skrignak - Mouget gant eur c'has

N'eus ket pell, Anna-Mari Marrec, greg Mignon, pemp pla varnugent, deuz Kersauz, Skrignak, he doa laket e merc'hik eiz miz en e c'havel. An de warlec'h ar gwaz a zavaz hag a welaz ar c'has kousket war bruc'hed e verc'h, ha homa eno hep bue. Maro oa ar plac'hik vihan, mouget gant ar c'haz

Scrignac - Etouffé par un chat

Il y a peu, Anne-Marie Marrec, épouse Mignon, 25 ans, de Kersauz en Scrignac, avait mis sa petite fille de 8 mois dans son berceau. Le lendemain, le mari vit le chat endormi sur la poitrine de sa fille sans vie. La petite fille avait été étouffée par le chat.

Ar Bobl, n° 33, 6 mai 1905 Traduction: Jean Yves Michel, juin 2014

 

Le Moustoir...


Ar Vouster - Beuzet

Eur mab 18 miz da Bier Nicolas, labourer-douar en Kerleon en Vouster, a oa koueet dre walchanz en punz ar vilajenn. Eur plac'h iaouank, deut da vit dour eur pennadig goudeze, a welaz korvik maro ar bugel. Gelven a reaz sikour, hag ar bugel a oa chechet 'meaz ar punz, mez kaër oa ober, imposubl e oa bet addigas anean d'ar vue

Le Moustoir - Noyade

Un fils, âgé de 18 mois,  de Pierre Nicolas, cultivateur à Kerléon au Moustoir tomba, par malchance, dans le puits du hameau. Une jeune fille, venue peu après puiser de l'eau, aperçut le corps sans vie de l'enfant. Elle réclama du secours et l'enfant fut sorti du puits, mais on eut beau faire, il fut impossible de le ramener à la vie.

 Ar Bobl, n° 48, 19 août 1905
 Traduction: Jean Yves Michel, juin 2014

 

Kergloff:   le décès tragique d'un nourrisson,  1904


Kergloff – Eur bugel debret gant eur porc’hell.

 Cornec hag e vreg a oa deut da varc’had Keraez disadorn. An nor a oa lezet digor, hag eur pemoc’h a entreaz en ti, a ziskaraz ar c’havel a-lech ma oa eur bugelik seiz miz, hag a zebra e zorn deou. Ar bugel paour a varvaz an de varlec’h.
   

Kergloff – Un enfant dévoré par un pourceau

  Samedi, Cornec et son épouse s’étaient rendus au marché de Carhaix. La porte était restée ouverte, et un cochon entra dans la maison, renversa le berceau où se trouvait un bébé de sept mois et lui dévora une main. L’infortuné enfant mourut le lendemain.
Ar Bobl, n° 10, 26 novembre 1904 Traduction: Jean Yves Michel, mai 2014

 

Trébrivan - Une fillette brûlée au troisième degré...

 

Trabrian - Devet gant an tan

Skrivet rer d'emp:

Eur plac'h vihan deuz Ladien, Trabrian, eur verc'h da Ber Bellegou, oajet a 4 blâ, a zo bet devet dimerc'her 1 a viz meurz. He mam e oa klask an aluzen, he zad a zevejate en ti an Den- An tan a zo bet kroget en he dillad, dre ma oa re dost d'an oaled

Trébrivan - Brûlée vive

On nous écrit:

Une petite fille de Ladien en Trébrivan, une fille de Pierre Bellegou, âgée de 4 ans, a été victime du feu mercredi 1er mars.  Sa mère cherchait l'aumône, son père travaillait en journée chez L'Homme. Le feu a pris dans ses vêtements parce qu'elle se tenait trop près du foyer

Ar Bobl, n° 24, 4 mars 1905 Traduction: Jean Yves Michel, juin 2014

 

 

c) La gourmandise, à Scrignac: la mort par étouffement le premier de l'an 1906



Skrignak – Mouget gant eur grampouenn.

 Jan-Mari ar C’hous, o chom e Kermark, a zo bet mouget da ze kenta ‘r bla en eur zibri eur grampouenn. Fransou-Mari Ar Jeun, kiger, a dapaz krog ennan hag a eseaz dibrenna e zillad d’ean ha kas anean meaz an ti, mez Ar C’hous a varvaz eur pennadik goude.
Scrignac - Etouffé par une crêpe

Jean-Marie Le Cousse, habitant Kermarc, a été étouffé  le premier de l’an en mangeant une crêpe. François-Marie Le Jeune, boucher, le saisit et tenta de défaire ses vêtements puis le sortit de la maison, mais Le Cousse mourut peu après.
Ar Bobl, n° 68, 6 janvier 1906 Traduction: Jean Yves Michel, mai 2014



d) Coups mortels

 

Plévin: un meurtre non élucidé...

 

Plevin - Torfed Kerlouet

Ar Bobl, disadorn a gelaoue e oa bet eur gann etre Tremeur An Deuff hag eun toullad tud all, hag a oa gwall bleset an Deuff. Allaz, ne oa eno nemed eun hanter euz ar wirione, rag an Deuff a varvaz.

D'ar sul 25 a viz ebrel, Tremeur An Deuff, labourer-douar en Kerlouet, tost da vourk Plevin, a oa deut da Geraez. Al lun vintin, eur fakteur a gavaz anezan astennet en foz ar hent-braz. Ar paour kez den a oa bronnduet holl hag eun vrec'h d'ean torret. Galvet e oa an Doktor Marchais, pehini a redaz da Gerlouet. An Deuff ne oa ket maro tre mez kollet e oa e anaoudegez gantan ha n'hallaz lavar gir. D'ar iaou da greizte e varvaz.

  Ar polis ha barnerien Gwengamp a ziskennaz var ar plas dirgwener. An Deufff a zo bet skoet gant sovajerez: e gorf e oa nemed gouliou. Ar varnerien a gasaz an ankêt en dro da c'houzout asamblez gant piou a oa bet Tremeur An Deuff. Darn a lavar eo bet ataket deuz noz. Beteg-henn, kalz zo bet interojet, mez arestasion a-bed c'hoaz. An Deuff,  a bretanter, a oa mevier hag emganner. Intanf e oa, var o lec'h e chom tri bugelik.

 

Plévin -Le crime de Kerlouet.

Samedi, le Peuple a eu vent d'une bagarre entre Trémeur Le Deuff et une troupe d'individus, et de la blessure survenue à Le Deuff. Hélas, ce n'était là qu'une moitié de la vérité: Le Deuff mourut.

Le dimanche 25 avril, Trémeur Le Deuff, cultivateur à Kerlouet, près du bourg de Plévin, se rendit à Carhaix. Lundi matin,un facteur le trouva allongé dans le fossé de la grand route. Le pauvre homme était tuméfié et avait un bras cassé.  On appela le docteur Marchais qui  se dépêcha d'accourir à Kerlouet. Le Deuff n'était pas mort mais n'avait plus sa connaissance et n'avait pu dire un mot. Le jeudi vers midi, il trépassa.

La police et le juge d'instruction de Guingamp vinrent sur place vendredi. Le Deuf avait été frappé avec sauvagerie; son corps n'était que plaies. Le juge lança une enquête afin d'identifier ceux qu'avait rencontrés Le Deuff. Certains disent qu'il fut attaqué la nuit. Jusqu'à maintenant, beaucoup ont été intrrogés, mais, pour encore, aucune arrestation n'a été effectuée. On prétend que Le Deuf était un ivrogne et un bagarreur. Il était veuf et laisse après lui trois jeunes enfants.

Ar Bobl, n° 228, 8 mai 1909 Traduction: Jean Yves Michel, mai 2014


 

 

Plouguernével....


Plouguernevel - Kann marvel

Dilun diveza, daou botr-mat anaveet reiz en Plouguernevel evid bout chikanerien, potred an Even, emgannerien "pur sang", a oa tommet d'ê, ha c'hoant o devoa da gomandi tout ar bourk. Int a gomansaz dre hostaleri tal ar gar, ha goude e kendel-c'hont dre re-all, en eur grozel an dud, en eur skei var an noriou, kontel en dorn.

An dud, spontet dirakê, hag evid harz anê d'ober eur maleur, a zeuaz d'esat dousaat d'ê; prestik e oa en dro d'ê hanter-kant bennag. François Even a oar deut a-benn anean da genta; mez ar iaouanka, Leon Even, mevel en Kerbrezoz, Ploneve-Kintin, a stourme hag a oa sklapet var e benn kichen mur ar vered. Eur gouli a reaz en e ividik hag a roaz ar maro d'ean var an tol.

 Darn a lavar e koueaz var e benn var e gontel digor. Var dro 6 heur deuz an inder a oa neuze. Jandarmed Rostrenn a erruaz kreiz an noz hag a gistionnaz François Even [...] Daoust ha n'em gaout a rei an enklask da c'hout piou zo kaoz deus maro Even ? N'eo ket assur. An teodou a zo minellet en bourk Plouguernevel, hag e laret gwir, an holl dud asamblez, evid en eme difenn, eo a zo reponsabl deuz an tol maleüruz a zo erruet.

François Even a zo bet leusket en liberte. Leon Even a zo bet interet dimerc'her da 4 heur

Plouguernevel - Bagarre mortelle

Lundi dernier, deux costauds bien connus à Plouguernevel pour être des chicaniers, les Even, ayant la bagarre dans le sang, s'échauffèrent au point de vouloir tout régenter dans le bourg. Ils commencèrent par l'auberge proche de la gare puis passèrent en revue toutes les autres, en grondant les gens et, couteau en main, frappèrent les portes.

 Les gens, apeurés, afin d'éviter un malheur, essayèrent de les amadouer: ils furent bientôt une cinquantaine. François Even, le premier, vint à résipiscence; mais le plus jeune, Léon Even, domestique de ferme à Kerbrezoz en Plounévez-Quintin, se battit et fut jeté à terre, tête en avant, près du mur du cimetière. Une blessure à la tempe le fit immédiatement passer de vie à trépas. Certains prétendent que sa tête est tombée sur son couteau ouvert. Cela se passait vers 6 heures de l'après midi. Les gendarmes de Rostrenen arrivèrent au milieu de la nuit et questionnèrent Francois Even [...] Malgré tout, y aura-t-il une enquête pour identifier le responsable de la mort de Even ? Ce n'est pas sûr. Les langues sont muettes au bourg de Plouguernével, et, pour dire vrai, tous les participants, pour les défendre, sont responsables du coup malheureux. François Even a été laissé en liberté. Leon Even a été enterré mercredi à 16 heures

 Ar Bobl, n° 132, 6 avril 1907
 Traduction: Jean Yves Michel, juin 2014

 

Plouguernevel - Maro Leon Even

E-pad an ankêt a zo bet gret e-pad tri devez goude maro Leon Even, eur plac'h hostaleri deuz an ti Kenver gant pehini e oa bet ar gann e devoa lavaret d'ar barner e doa gwelet Prosper Bourse ha Léon Even krog ouz krog. An doktor Corson, deuz e du, a lavare penoz Even ne oa ket maro dre ar gouil a oa en e ivedik, mez e oa var e gouk merk daouarn hag o doa mouget anêan. Lez-varn Gwengamp e deuz neuze gret eur mandat digas eneb d'ar Bourse pehini zo bet serret en prizon Gwengamp. An dud a zalc'h da lavaret koulskoude penoz Leon Even a zo bet penn-kaoz e-hunan deuz e varo.

Plouguernével - la mort de Léon Even

Au cours de l'enquête de trois jours qui a suivi la mort de Léon Even, une servante de l'auberge Guenver proche du lieu de la bagarre, a dit au juge avoir vu aux prises Prosper Bourse et Léon Even. Le docteur Corson, de son côté, affirme que Even n'est pas mort de sa blessure à la tempe mais que  son cou portait la marque de mains qui l'ont étranglé. Le juge d'instruction de Guingamp a lancé un mandat d'amener contre Bourse qui a été jeté en prison à Guingamp. Cependant, les gens ici continuent d'affirmer que Léon Even lui-même est la principale cause de son décès

 Ar Bobl, n° 133, 13 avril 1907
 






Dernière modification le 16/05/2017

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1