Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

  3) Ce qui serait tolérable...

 

Une véritable République ...

 

Gouel ar Republik

Sethu erru c'hoaz gouel ar Republik. En brezonek, ni a zalc'h da ober gouel ar Republik diouthi, en gallek, hint a ra gouel ar Vro diouthi.

 Me zonj eo gwelloc'h an mod kenta da gozeal. Rag mar deo gwir ar gouel-ma de-ha-bla an deiz ma oa distrujet ar Bastill, toull tenval ha du hag a dalvee d'ar rouane da sklapa o frizonierien, neuze gouel ar Republik an hini eo, ha nan gouel an holl Franz, pegwir etouez ar Fransizien a zo eun dredern ha n'int ket republikaned.

Mad, ni a zo a du gant ar Republik, petra bennag na gomprenomp ket anezhi evel ar goaskerien a c'houarn brema, mez kaër zo lavaret eur wirione eo homa: ar Bastill a zo bet dismantret, mez Bastillou all ken danjirus ha ken spontus, a zo bet savet abaoue c'hoaz, ha meur a hini a zo bet kaset d'ar prizon gant ar Republik ha ne oant ket koupaploc'h marteze hag ar re a vije bet zerret gant ar Roue.

Fête de la République

Voici de nouveau la Fête nationale. En breton, nous tenons à dire "Fête de la République", en français, on tient pour "Fête nationale". Je pense que la première appellation est la meilleure. Car s'il est vrai que cette fête marque le jour anniversaire de la destruction de la Bastille, un trou sombre qui servait aux rois d'oubliettes, pour autant cette fête est celle de la République et non celle de tous les Français, car, parmi eux, il ya bien un tiers qui n'accepte pas la République.

Eh bien, nous sommes partisans de la République, c'est pourquoi nous ne comprenons pas les oppresseurs qui nous gouvernent actuellement et la vérité est celle-ci: la Bastille fut démantelée, mais depuis, d'autres bastilles aussi dangereuses et épouvantables ont été érigées et la République a emprisonné bien des gens qui n'étaient sans doute pas plus coupables que ceux que les rois mirent en geôle.

Ar Bobl, n° 95, 14 juillet 1906 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012

 

 


« Gwen ! Ru a zinifi Tan, Gwad, Disurz, Kaillar : a-dreuz d’al liou Ru na weler mann a-bed ! Gwen a zinifi Heol, Sklerijen, Peoc’h, Sioulder [..] Banniel Breiz-Izel a oa gwen »- Job ar Mene

«Blanc !  Rouge signifie Feu, Sang, Guerre, Désordre, Fange : la couleur rouge rend aveugle. Blanc signifie Soleil, Lumière, Paix, Tranquillité […] La bannière de Basse-Bretagne était blanche  - Job ar Mene »
Ar Bobl, n° 220, 13 mars 1909 Traduction: Jean Yves Michel, novembre 2012

 

Job ar Mene est un des nombreux pseudonymes utilisés par François Jaffrennou

 

« Kanaouenn ar Republikaned gwenn »

    « Bevet al labourerien gwirion         

      Ar re a enor o c’hontre                       

      Ar vicherourien eon o c’halon               

     Hag a zoûj lezennou Doue                    

     Bevet ar frankiz                                             

     Ar peoc’h, ar justiz                                        

     Ha touomp bepred difenn       

     Ar gwir Republik wenn »

François Jaffrennou

« Chanson des républicains blancs :

Vivent les véritables travailleurs  Ceux qui font honneur au pays 

Les ouvriers qui ont du cœur Et se plient aux lois de Dieu  Vive la liberté, la paix, la justice ! 

Et continuons éternellement à défendre La véritable République, la blanche ! » »

Supplément au dernier numéro de l’année 1908

 

    « Nous sommes républicains parce que c’est la seule forme de gouvernement qui puisse lier les Celtes de Bretagne à ceux de France  - F.J. »

Ar Bobl, n° 315, 7 janvier 1911

 

     « Quant à être « royaliste » parce que « régionaliste », cela s’appelle un contresens […] L’Histoire de la Bretagne n’a été qu’une longue et terrible guerre contre la Royauté et les Grands. La République ne sait pas ce qu’elle nous doit ! »

Ar Bobl, n° 333, 13 mai 1911

 

   Républicain de raison, même si bien des lecteurs et abonnés d’ar Bobl sont des « monarchistes de regret », Taldir se situe sur l’éventail politique français très à droite : Vive l’armée ! Vive la religion ! Vive l’école libre ! Non à l’impôt sur le revenu, à la journée de huit heures (de travail), au divorce, au droit de grève, à l'instruction secondaire gratuite…

    Il est vrai que les "actionnaires" du journal, qui ont sauvé financièrement ce dernier en 1907-1908, sont issus majoritairement des couches les plus aisées et les plus conservatrices de la société bretonne: nobles, bourgeois gros propriétaires terriens, armateurs, notaires, prêtres...






Dernière modification le 10/11/2014

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1