Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

 

Cette page a été complétée le 7 novembre 2014

 

 

1- Ce qui est, malheureusement ou heureusement, intangible

a) le Bien et le Mal

 

« Ar Gann – Daou sort spered a zo oc’h en emgann : spered an denvalijen dre an dizurz ha spered an sklerijen dre an urz. Al leoriou koz a hanv c’hoaz an daou spered-ze, an Droug hag an Vad, an Ael hag an Diaoul. “Peorien ha pinvidigien a vo bepred”  a lavare Jezuz Krist gant gwirionez. Tud o ren ha tud renet a vezo ive eveljust . F.J.”

  « La bataille – Deux sortes d’attitudes d’esprit sont aux prises : l’esprit des ténèbres, qui se manifeste par le désordre, l’esprit de lumière, source d’ordre. Les livres anciens les appellent encore le Mal et le Bien, l’ange et le diable. « Il y aura toujours des pauvres et des riches, disait à juste raison  Jésus Christ. De même, il y aura des gouvernants et des gouvernés ».

Ar Bobl, n° 307, 12 novembre 1910

Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012

 

 

 A la la dichotomie Bien / Mal répondent les oppositions Ordre / Révolution, Riches / Pauvres, Décideurs / Exécutants...

 

 

« Gwen ! Ru a zinifi Tan, Gwad, Disurz, Kaillar : a-dreuz d’al liou Ru na weler mann a-bed ! Gwen a zinifi Heol, Sklerijen, Peoc’h, Sioulder [..] Banniel Breiz-Izel a oa gwen »- Job ar Mene

«Blanc !  Rouge signifie Feu, Sang, Guerre, Désordre, Fange : la couleur rouge rend aveugle. Blanc signifie Soleil, Lumière, Paix, Tranquillité […] La bannière de Basse-Bretagne était blanche  - Job ar Mene »

Ar Bobl, n° 220, 13 mars 1909

Traduction: Jean Yves Michel, novembre 2012

 

 Job ar Méné est un des nombreux pseudonymes utilisés par  François Jaffrennou

 

   Le rouge : couleur du bonnet phrygien ou couleur adoptée par les paysans bretons révoltés contre Louis XIV et, pour faire bonne mesure, contre les nobles "abusifs" ?

Le "blanc": couleur du roi, des Chouans, ceux-ci peu nombreux dans le Poher..

La guerre politique entre Républicains et adversaires de la Gueuse, quelles que soient les nuances des uns ou des autres, est encore présente dans les esprits des électeurs du Poher


b)  la dispute érigée en institution

 

« Da Botred Plonevez-ar-Faou, son gant Aotrou Ar C’hoquil, konsailler arondisamant                      

 Brema pevar bloaz varnugent

 E Plonevez oa diskrougn-dent

 Etre potred an drapo gwenn

 Ha mignoned ar maër Gueguen

 Ar re genta ‘n em zastumet

 En dro d’an aotrou koz Kerret

 N’oa c’hoant da roï lam, mar kredet,

 Ama, d’ar Republikaned.

 Ar re-man, potred vad bepred

 Nerzus, dispont ha kounaret

 A lakaz Kerret da derc’hel

 D’an daoulamm-ru, hep dale pell.

 Ar paourkez den oa pistiget

 Blonset e gein, e zorn falstret ;

 Na neuz ket bet c’hoant goudeze

 Da klask moueziou ba’  Ploneve.

 Ar Republik zo eur vam vad               

 Ar gwella zo dirag lagad                     

 Pa zispign he oll gwenneien                 

 Evit ezomou ar c’houerien

 Diwalomp ive da heulia

 Ar pennou-bervet peurvia

 Père war lec’h an drapo ru

 Lakfe an tan er vro  dustu » 

Aux gars de Plonévez-du-Faou, une chanson écrite par Mr Coquil, conseiller d'arrondissement

Il y a maintenant 24 ans, il y eut à Plonévez une belle bagarre  entre les « Blancs » et les partisans du maire Gueguen.

 

Les premiers, rassemblés autour du vieux Kerret voulaient, je le crois fermement,  jeter à terre les Républicains.

Ces derniers, forts, sans peur et rendus furieux, renversèrent Kerret sans perdre de temps.

Le pauvre était courbatu, son dos meurtri, ses mains écrasées. Il n’avait pas envie, après ce traitement, de chercher des voix à Plonévez. 

La République est une bonne mère, la meilleure qu’on puisse voir quand elle dépense tous ses sous pour nous, paysans.

Gardons-nous de suivre la plupart des têtes chaudes, parce que, derrière le drapeau rouge, ils mettraient immédiatement le feu dans le pays »

Ar Bobl, n°443, 14 juin 1913

Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012

 

 Le conseiller d’arrondissement et conseiller municipal châteauneuvien Le Coquil, républicain modéré mais ferme , écrit une chanson destinée à célébrer l’arrivée du chemin de fer et l’installation de la  première ligne téléphonique dans son canton.

 

   Entre les Blancs, soupçonnés de vouloir rétablir l’Ancien Régime, ce qui sous-entend la dîme, les droits « féodaux », et les Rouges, qui veulent abolir la propriété privée par la terreur, il existe une République modérée et généreuse (subventions pour les routes, la construction d’écoles primaires, l’organisation de comices agricoles, distribution de « rubans », c’est-à-dire de décorations).

 

Au total, trois camps politiques. Mais il arrive que l'un d'entre eux se fracture et que deux candidats s'en réclamant se déchirent... C'est là un cas de figure appelé à être reproduit moultes fois...



c) L’incapacité de la politique à résoudre les problèmes


«   Ar bloaz koz hag ar bloaz nevez  -

       « Ar bloaz 1904 a zo komanset gant ar politik ; sethu votadek miz maë barz ar parreziou […] Diou arme renket mad, gant o c’hefou, gant o zerjanted, gant o zoudarded simpl. Deuz eun tu zo bonedou ru gantê. Ar re-ma eo ar Vretoned gwerzet da Gombik koz, potred o eiz real bemde, ar  re a lavar n’eus ken Doue na Diaoul, Mad na Fall, Mest na Mevel hag ar ra bec’h da zismantr ha da zidamfoëltri an ti…  ; mez deuz an tu all ema ar re zo bonedou gwen gantê. Ar re-ma a zalc’h mad ive […] n’a deuz beb sort zo anezho bourc’hizien ha perchennou-douar, noblanz ha beleien, labourerien-douar gouest ha micherourien fur.

 Taoliou zo deuz an daou tu […] Echu ar Gann, an traou n’eont na matoc’h na falloc’h. Vel en amzer tremenet, Memez tra, memez tra !  F. Jaffrennou, »

« L’année 1904 a commencé par la politique ; c’est ainsi que l’on a voté en mai pour les municipales. Deux armées bien rangées, avec leurs chefs, leurs sergents, leurs simples soldats. D’un côté, les bonnets rouges ; ceux-là sont les Bretons vendus au Petit Père Combes, les gens à deux francs par jour, qui affirment qu’il n’y a ni Dieu ni Diable, ni Bien ni Mal, ni patron ni employé et ne rêvent que de dévaster la maison. Mais de l’autre côté, les bonnets blancs qui tiennent pour vrai qu’on trouve toutes sortes de gens parmi les bourgeois et les propriétaires terriens, les nobles et les prêtres, les laboureurs capables et les ouvriers sages. Les coups pleuvent des deux côtés, mais après le combat, les choses ne vont ni mieux ni plus mal. Comme jadis, rien de changé »
Ar Bobl, n° 15, 31 décembre 1904 
Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2012

 

  Taldir fustige la gauche, taxée d’anticléricalisme, d’athéisme, d’amoralité et de libertinage, d’anarchisme (« Ni Dieu ni maître !) : « commençons donc par détruire cette société inepte, et ensuite on verra par quoi la remplacer ». Taldir estime que dans le camp adverse, si tous ne sont pas irréprochables, la plupart sont raisonnables, actifs et compétents.

     Jaffrennou conclut sur une note pessimiste : la politique divise, la politique échoue à résoudre les problèmes

 

    Ce constat n'empêche Taldir de se réjouir de l'intangible division des gauches

 

 An aoun

An deiz kenta a viz Maë a zo tremenet, n'eus ket bet  kalz a drouz, al labourerien hag ar micherourien a beb micher a zo en em gountantet da zilaou prezegennou eneb ar vourc'hizien ha da iouc'hal eneb Clémenceau, Briand ha Viviani.

  Clémenceau hen doa great paka gant ar polis an deiz araok, antri benn braz deuz Ti labour ar vicherourien, "Confédération Générale du Travail": Bousquet, Lévy, Delalé. Neubeud deiziou araok, Yvetot, an dispac'her braz, a oa bet laket ive en disheol. Kurius ha fentus eo evelato gwelet Clémenceau ha dreist holl Briand ha Viviani o chench ker buhan tu d'ho c'hrampoezen.

   Hirio ar vinistred-ze a fell dezho an urz. Koulskoude neubeud amzer a zo, Briand ha Vivia ni a brezege e pep lec'h ar freuz hag an dispac'h; Clemenceau e-unan en em glemme abalamour ma veze kaset soudarded evit lakat renj d'ar grevisted; hag an deiz kenta a viz Maë, e lakea var zao e Pariz ar polis hag an arme eneb ar grevisted. Kaout a rea d'ezan marteze en dije bet leac'h da skei var an dispac'herien, d'en em ziskouez evel den a urz, ha da gaout droat goude da anaoudegez vad d'ar vourc'hizien teo ha lard, pere a flerie en ho lerou. En em dromplet eo Clemenceau ! Neuz ket bet a drouz, mez n'eus ket da gredi abalamour da ze en defe lazet an dispac'h [...] An dour sioul eo an douna. Kevredigezh vraz micherourien Franz n'he deus great a drouz ar weac'h-ma rag en em santout  a ra krenv awalc'h, gouzout a ra n'he deus ket ezom d'ober dispac'h ebarz ar ruiou evit noazout d'ar vourc'hizien, awalc'h vo d'ezo en em lakat e grev. An 1200 labourer var an Tan luc'h e Pariz o deuz diskouezet sklear peseurt galloud o deuz; n'o deuz ket ezom d'ober freuz, awalc'h eo bet d'ezo chom heb labourat evit beuza Pariz en denvalijen e-pad eun deiz hag euz nozvezh ha miret dre-ze deuz ar c'hazetennou, an hostaliriou, an teatrou, ar c'hafeou ha meur a dra all, ali dont en dro ha d'ober o gounidegez. Pa en en em gavo an deiz-se, ha ne ket ker pell marteze ha ma kreder, Clemenceau hag e glik a c'hello skigna e ruiou Pariz o zoudarded ken var droad ha var loan, lakat a c'hella ma kar  ar c'hanoliou da   ruill a dreuz ruiou Pariz en eur greda sponta ar bobl.. Ze ne rei netra a eneb an dud-ze hag o devo  miret euz ar trainiou dont en dro, lac'het ar goulou, etc.. en eur ger distrujet peb kemverz en eur chomet heb labourat.

  Na fuzulier ha na laker ket er prizon tud na reont netra nemet chom da chana.

Ho kentelliou, Clemenceau, Briand, Viviani, n'int ket kouezet e skouarn tud bouzar, ne reont hirio nemed klask seveni ar pez ho peuz prezeget d'ezo. Deuz petra eta en em glemit-hu ? Lavaret o peuz d'ar bobl oa roue ha mestr; maget ho peuz dre ho komzou an holl ioulou deuz e galon hag e spered, lakeat ho peuz da lugerni dirag e zaoulagad ar binvidigez hag ar blijaderiou, ha brema pa fell d'ezan kaout ha gousto pe e gousto ar pez ho peuz prometat, c'houi a respont en eur lakat anezan er prizoun.

   Gwir eo d'ar mare ma prezegec'h d'ar bobl, ma poulzec'h anezan evel eur c'hi var ar ar vourc'hizien, n'oac'h ket ministred. Aboue m'o peuz gellet paka eur gador a vinistr ha la lakat ho kountel e plad an aman, c'houi peuz dustu troet kein d'ho mignoned koz. Aoun ho peuz, kredapl braz, ne vec'h diskaret d'ho tro, red eo d'eoc'h tremen dioc'h ar vourc'hizien radikaled a zo er Gambr hag a gren dirag an dispac'h o deuz dichadennet o-hunan. Echu eo an amzer ma c'hellet kountanti ar dispac'herien en eur deuter d'ezan eur belek, eur manac'h pe eur seurez. Ho kazetennou a glask c'hoaz dihuna bep an amzer ar gasoni eneb ar zaeou du, mez na zelaouer mui kement-se.

  Dre ar ruiou  a vicherourien a dremen brema en eur iouc'hal : "D'an traon ar vourc'hizien, d'an traon Clémenceau, Briand, Viviani"; tromplet meur a weac'h gant ho komzou flour, ne fell mui d'ezo e rafec'h goab outo. Viviani a lac'h, emezan, en eun taol, ar stered en oabl. Labourerien et micherourien an Elektrisite e Pariz evit bale var e roudou o lak ar gear en denvalijen.

Briand a brezege d'ar zoudarded brema zeuz daou pe tri bloaz, tenna var o chefou ma koumander d'ezo tenna var an dispac'herien; Briand a zo ministr hirio, hag Yvetot ha Bousquet, pere n'o deuz great nemet prezeg ar memez tra, a zo er prizon. Ho ! Henvelidigez, petra deuez da veza ?. Lod a zo en enoriou hag ar c'hargou uhel, ha lod all er prizoun. Dioc'h ma hader ec'h eoster, Clémenceau, Briand ha Viviani, losket ho peuz an avel da ziroll, hirio ho peuz aoun na vec'h skubet gantan.

Jaurès, an deiziou-ma, a zisklerie en eur artikl deuz ar gazeten e oa mezus gwelet, Briand ha Viviani oc'h ober ar pez a reont: re bell emezan int chomet evit o enor e kompagnunez Clémenceau.

   Gustave Hervé "eur Breton ginnidik deuz Brest, bet mestr-sjol var an istor e skolach" Lesneven", an dispac'her braz hag a zo gant Jaurès e penn ar sosialisted, a skrive neuz ket pell eun artikl hag a gomanse dre ar geriou-ma: "Dan traon ar Republik"; da lavaret eo d'an traon ar vourc'hizien-ze en eme vag divar goust ar bobl en eur goab outan. An holl draou-ma a zigas da sonj d'in deuz ar pez a dremene brema zeuz 114 vloaz er Gonvansion.

  D'ar mare-ze ive ar Girondined a gave d'ezo oant ar vistri muia karet gant ar bobl, ar gambr a oa a du ganto evel ma hirio gant Clémenceau. Vergniaud, Barbaroux, Pétion a dale evel gouiziegez Clemenceau hag e vignoned.

Neubeud amzer goude, Marat, Maillard hag e vanden lakipoted a zaole d'an traon hag o chase d'ar c'hillotin.

 Varc'hoaz ive marteze, ar revolusionerien skuiz o c'hedal keit all ar promesaou great d'ezo, a zaillo var ar Gambr hag a skubo an dromplerien-ze.

  Petra bennag en em gavo an amzer da zont, amzer marteze tostosc'h eget na greder, dalc'homp sonj atao, omp Bretoned, ha gwezomp ober hor chenchamanchou heb sikour an glabouserien hag an estren

Pagan

 La peur

Le premier mai dernier fut très calme, les travailleurs et ouvriers de tous métiers s'étant contenté d'écouter des discours hostiles à la bourgeoisie et de huer les noms de Clémenceau, Briand et Viviani.

   La police de Clémenceau s'était déjà emparée la veille des trois meneurs de la CGT: Bousquet, Lévy, Delalé. Quelques jours auparavant, Yvetot, le révolutionnaire acharné, avait été mis lui aussi à l'ombre. C'est curieux et comique de constater que Clémenceau et surtout Briand et Viviani ont si vite retourné leurs vestes.

   Aujourd'hui, ces ministres sont partisans de l'ordre. Pourtant, il y a peu, Briand et Viviani prêchaient partout destructions et révolution; Clémenceau lui-même se plaignait de l'utilisation de soldats contre les grévistes. Et le premier mai, il  a lancé la police et l'armée contre les grévistes. Il a saisi l'occasion de réprimer les révolutionnaires afin d'apparaître comme un homme d'ordre qui s'est acquis la reconnaissance des bourgeois gros et gras pris de coliques odorantes. Clémenceau se trompe ! Il n'y a pas eu de remue-ménage bruyant, mais il ne faut pas croire que cela signifie la mort de l'esprit révolutionnaire [...] L'eau silencieuse est la plus profonde. Les grands syndicats ouvriers français n'ont pas appelé à manifester cette fois, car, lorsqu'ils se sentent assez forts, ils savent qu'ils n'ont pas besoin de déclencher la révolution par les rues pour nuire à la bourgeoisie, il leur suffira d'inciter à la grève.. Les 1200 ouvriers électriciens de la Ville de Paris ont démontré clairement de quel pouvoir ils disposaient. Il n'est point besoin de détruire, il leur suffit de cesser le travail pour plonger Paris dans l'obscurité un jour et une nuit durant et empêcher ainsi les journaux, les hôtels, les théâtres, les cafés et bien d'autres de fonctionner et de gagner de l'argent. Quand viendra ce jour-là, et je crois que nous n'en sommes peut-être pas très éloignés, Clémenceau et sa clique pourront remplir les rues de Paris de soldats d'infanterie et de cavalerie, enjoindre aux canonniers de parcourir ces artères, croyant ainsi effrayer le peuple. Cela sera inefficace et empêchera les trains de circuler, les reverbères d'éclairer les rues, dans une ville détruite où aucune boutique ne pourra ouvrir.

  Ne fusillez ni n'emprisonnez les gens qui ne font rien d'autre que de cesser de travailler.

  Vos leçons, Clémenceau, Briand, Viviani, ne sont pas tombées  dans les oreilles de sourds, qui, aujourd'hui, ne cherchent qu'à accomplir ce que vous prêchiez autrefois. De quoi vous plaignez-vous ? Vous avez affirmé au peuple qu'il était le roi, le maître. Vous avez suscité, par vos paroles, un mouvement de protestation venu des coeurs et des cerveaux. Vous avez fait miroiter devant les yeux du peuple la richesse et les plaisirs et maintenant qu'il veut coûte que coûte ce que vous lui avez promis, vous lui répondez en le jetant en geôle. Il est vrai que lorsque vous catéchisiez le peuple et le poussiez à mordre les bourgeois, vous n'étiez pas encore ministres.

Depuis que vous avez réussi à vous procurer des maroquins et trouvé une place pour votre couteau sur l'"assiette au beurre", vous avez tourné le dos à vos amis de longue date. Vous avez vraisemblablement peur d'être écartés à votre tour, vous les bourgeois radicaux de la Chambre des députés et vous tremblez à l'idée d'une révolution dont vous avez semé l'idée.  Le temps où vous pouviez donner satisfaction aux révolutionnaires en leur jetant en pâture un prêtre, un moine, une religieuse, est terminé. Vos journaux cherchent encore à tout moment à réveiller la haine des habits noirs, mais ils ne sont plus entendus. Par les rues, les ouvriers défilent aujourd'hui en criant: "A bas les bourgeois, à bas Clémenceau, Briand, Viviani"; ils ne veulent pas que vous vous moquiez d'eux une fois encore par vos propos trompeurs. Viviani prétendait effacer les étoiles du ciel. Les salariés de l'électricité de Paris, marchant sur ses traces, ont plongé la ville dans l'obscurité. Briand enjoignait aux soldats il y a deux ou trois ans de tirer sur leurs officiers s'ils leur ordonnaient de tirer sur les révolutionnaires. Briand est ministre aujourd'hui et Yvetot et Bousquet, qui n'ont fait que prêcher la même chose, sont en prison. L'égalité, où est-elle dans tout cela ? Les uns ont droit aux honneurs et aux hautes fonctions et les autres sont en geôle. Bien que vous ayez fait carrière, Clémenceau, Briand et Viviani, vous avez laissé le vent se déchaîner et aujourd'hui vous avez peur qu'il ne vous balaie. Ces jours-ci, Jaurès explique, dans un article de journal, que le comportement honteux de Briand et Viviani vient de ceci: ils sont, dit-il, restés, trop longtemps pour leur honneur, en compagnie de Clémenceau. Gustave Hervé, "un Breton originaire de Brest, ancien professeur d'histoire au colège de Lesneven", un révolutionnaire convaincu, un des dirigeants, avec Jaurès, des socialistes, écrit il a peu un article qui commence par ces mots: "A bas la République !". Ce qui revient à dire "à bas ces bourgeois-là" qui se moquent d'un peuple qui  a payé leur ascension. Toutes ces réflexions me conduisent à songer qu'il y a cent quatorze ans, la Convention gouvernait la France. A cette époque aussi, Les Girondins  prétendaient être les dirigeants les plus populaires et l'Assemblée les soutenait comme aujourd'hui la Chambre des députés soutient Clémenceau. Vergniaud, Barbaroux, Pétion régnaient, comme aujourd'hui Clémenceau et sa coterie. L'instant d'après, Marat, Maillard et leur bande de vauriens les renversèrent et les guillotinèrent. Demain aussi peut-être, les révolutionnaires, lassés d'attendre la réalisation de toutes les promesses à eux faites, feront irruption à la Chambre et balaieront ces hypocrites.

Que se passera-t-il, à l'avenir, dans une époque peut-être plus proche que d'aucuns le croient? Restons Bretons et appliquons-nous à mener à bien nos réformes, sans bavardage et hors la présence d'étrangers.

Pagan

 Ar Bobl, n° 137, 11 mai 1907
 Traduction: Jean Yves Michel, novembre 2014

 


 








Dernière modification le 06/01/2015

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1