Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

Elections municipales

   Jusqu'en 1904, les notables carhaisiens présentaient une liste unique de candidats et la seule incertitude concernait le nombre de suffrages obtenu par chaque impétrant.

  Ci-dessous, un bulletin des élections de 1900, entièrement barré, donc émanant soit d'un royaliste, soit d'un socialiste

 

[JPG] Cx EM 1900.JPG

 

  Le Sous-Préfet de Châteaulin suppute la composition politique de la future municipalité qui porte au poste de maire le marchands de grains Anthoine..

 

CATEGORIES

SOCIO-PROFESSIONNELLES

RADICAUX

REPUBLICAINS

DE GAUCHE

PROGRESSISTES
COMMERCANTS 8   1

ENTREPRENEURS

ARTISANS

4 3 1

PROFESSIONS

LIBERALES

    2

PROPRIETAIRES

RENTIERS

1 1  
  13 4 4

 

En 1904, à nouveau, liste unique. Aussi, le très catholique "Courrier du Finistère" demande-t-il aux électeurs carhaisiens de droite de rayer les noms des candidats blocards (combistes) et même d'ajouter cinq noms de non-candidats aux neuf noms de candidats libéraux.

 Voici les résultats de l'élection:


                   Candidats de gauche                Candidats de droite
  Le Clec'h Pierre, marbrier, 513 voix
  Anthoine Eugène, maire sortant, marchand de  grains, 497 voix  
  Guéguen Auguste, entrepreneur en maçonnerie, 468 voix
Le Troadec Louis, pâtissier, 459 voix  
Henriet Pierre-Louis, cadre cheminot, 432 voix  
Lemoine Joseph, pharmacien, 422 voix
 
   Montfort François-Louis, entrepreneur, 411 voix
 Mélou Théophile, entrepreneur en peinture, 407 voix
 
 De Jaegher Samuel, médecin, 401 voix
 
   Le Janne Eugène, pharmacien, 395 voix
  Conan François, marchand de bois, 382 voix
 Penn Théodore, boulanger, 377 voix
 
   De Léseleuc Augustin, receveur des rentes, 375 voix
 Duval Louis, chapelier, 373 voix
 
  Royer Charles, mécanicien-forgeron, 361 voix
  LANCIEN Ferdinand , médecin, 352 voix
 Bescond Jean-Marie, loueur de voitures, 350 voix
 
 Gourlaouen Louis, tanneur, 340 voix
 
  Marchais Henri, médecin, 328 voix 
   Le Roux Yves, entrepreneur en peinture, 319 voix
 Saussay Baptiste, boulanger, 272 voix, élu au 2e tour
 


 La tactique préconisée par le Courrier du Finistère s'avère efficace  puisqu'une ville ancrée à gauche n'accorde qu'une moyenne de 393 suffrages aux candidats combistes alors que les candidats libéraux recueillent en moyenne 390 voix. Cela étant, le maire  est de gauche (Anthoine obtient 12 voix et Marchais 9 voix) ainsi que les deux adjoints.

Exemple de vote (juin 1905) lors d'une question épineuse: la demande des Religieuses enseignantes Ursulines de Carhaix de prolonger leur présence et leur activité jusqu'au terme prévu par la loi

     7 conseillers absents (dont quelques-uns à dessein)   (en jaune)

   1 conseiller hésitant ("Quand il manquera une girouette sur le clocher de Carhaix, on saura où s'adresser"- le Courrier du Finistère, juin 1905))  (en bleu)

   8 conseillers entendent donner satisfaction aux Religieuses  (en vert)

   5 conseillers s'opposent à cette demande  (en rouge)

 

PLONEVEZ-DU-FAOU, 1904: les "manoeuvres" de la gauche...

[PNG] Le Page Le Bihan Plf A 09 04 1904.PNG[PNG] Le Page Le Bihan Plf B 09 04 1904[PNG] Le Page Le Bihan Plf C 09 04 1904

                                                                                 Le Courrier du Finistère, 9 avril 1904

RESULTATS D’ELECTIONS MUNICIPALES :

Carhaix - Elections municipales complémentaires des 27 octobre et 4 novembre 1906

      Liste radicale et socialiste, soutenue par la Ligue des Droits de l’Homme

           Mélou, négociant, élu

           Caroff, chef de chantier, battu

           Bouguennec, employé, battu

           Rouillard, tailleur, battu

 

    Liste républicaine, soutenue par 12 membres du conseil municipal

          Quilliou, charcutier, élu

          L’Hostis, commerçant, élu

          Baniel, entrepreneur, élu

          Le Vincent, sellier, élu

          Pinson, peintre, battu

Ar Bobl, n° 111,  10 novembre 1906

    De toute évidence, une scission au sein du conseil a engendré cinq démissions et des élections complémentaires. Pour la première fois, des candidats "prolétariens" se présentent sous l'égide de la Ligue des Droits de l'Homme, née lors de l'Affaire Dreyfus. Mais les notables ont leurs clients-électeurs bien en mains..

    Le maire Anthoine ayant perdu la tête, Lancien fils, médecin, conseiller municipal et général depuis 1904, est élu maire. (Il sera réélu en 1908, 1912, 1919, 1925, 1929, 1935)

                                    


Les élections de 1908: La paille et la poutre…

 

      De la longue liste toujours renouvelée de cas d’alliances électorales « contre-nature » ayant fourni matière ou prétexte à autant d’anathèmes réciproques, on ne retiendra que l’exemple carhaisien des élections municipales de 1908.

      D’abord, l’éventail politique décrit par ar Bobl :  

 

« La Mairie est actuellement aux mains du parti bourgeois, composé de blocards dévoués au Maire. Ces Messieurs se prétendent radicaux, mais les vrais radicaux refusent de les admettre et le Cercle de la Ligue des Droits de l’Homme dispose de voix tout au moins aussi nombreuses que le parti Lancien. Le Parti libéral est (aussi) nettement constitué. Vient ensuite le Parti des intérêts ouvriers, le plus fort de tous, mais sans représentants actuels à l’Assemblée municipale » .

Ar Bobl, n° 172,  11 avril 1908

 

      Les socialistes ont des électeurs (les cheminots), mais sont orphelins : leur fait cruellement défaut un chef de file d’envergure dont la rectitude doctrinale soit au-dessus de tout soupçon. La droite catholique, timorée, n’ose pas aller à la bataille  drapeau déployé . Conduite par le médecin républicain Marchais,  elle craint, à l’avance, d’être en butte à un anticléricalisme « primaire » : 

« M. Marchais se plaint que dans son quartier les chiens eux-mêmes le bercent le soir aux cris de « A bas la calotte ! » » 

Lettre d'Eugène Anthoine à Ar Bobl

Ar Bobl, n° 42, 8 juillet 1905

      Les régionalistes ont un chef naturel, Jaffrennou, mais guère de troupes urbaines.

      Socialistes, catholiques et régionalistes doivent a priori choisir entre trois solutions. Primo, l’abstention dédaigneuse, l’exil intérieur , attitude qui n’est pas sans péril : outre que l’on se condamne à laisser les adversaires faire, sans opposition aucune, leurs preuves, on doit accepter de ne plus avoir prise sur la gestion des affaires communales  et, partant, on doit s’attendre à une déperdition d’électeurs, surtout parmi les plus tièdes ou les plus avides, qui sont d’ailleurs souvent les mêmes. Secundo, la politique du pire : voter pour l’adversaire réputé le plus nocif, non par masochisme, mais par calcul ; il s’agit de discréditer les solutions les plus extrémistes, qui ne sauraient évidemment manquer  d’échouer, le socialisme honni par les conservateurs, le cléricalisme vomi par les « collectivistes ». Tertio, l’alliance naturelle : coalition des ouvriers socialistes et des « couches nouvelle »  radicales-socialistes, front commun des notables libéraux et  des bourgeois radicaux, en bref  les « rouges » contre les « blancs » : on se retrouverait ainsi en terrain connu.

    Trop simple pour des Carhaisiens que le funambulisme politique n’a jamais effrayés depuis 1789.

       Trois esculapes, un journaliste, un propriétaire font  et défont la pâte électorale. Les radicaux-socialistes, emmenés par le médecin protestant de Jaegher, membre de la Ligue des Droits de l’Homme et qui souscrit au journal le « Breton socialiste » en 1900, s’allient aux républicains de fraîche date catholiques dont les deux têtes pensantes sont le médecin Marchais et le notable de Léseleuc ; cette liste comprend donc onze radicaux-socialistes, un socialiste, neuf catholiques. Lancien, privé de ses électorats originels, celui de la droite et celui des radicaux , appelle à l’aide les socialistes ; ceux-ci délèguent quelques cheminots, ouvriers et cadres. Au total, une bataille à fronts renversés. Et les régionalistes ? Taldir est écartelé entre sa haine à l’égard des « rad-soc » locaux  qui ont soutenu la candidature Nicol aux élections législatives de 1906 et son soutien à l’une de leurs revendications, le scrutin proportionnel ; d’autre part, il déteste le maire. Tant et si bien qu’il apporte son appui à la liste de « représentation proportionnelle » (R.P.) de Jaegher-Marchais-de Léseleuc. Il y trouve d’ailleurs un profit, car affiches, professions de foi, bulletins de vote sont imprimés par ses soins (Imprimerie du peuple, Carhaix).

      La liste Lancien prend l’offensive et ne manque pas de tirer parti de la faiblesse  de la liste de « R.P. » : sa composition…

 

                       « La liste de Représentation proportionnelle est singulièrement composée. Que de nuances nous voyons représentées. Quelle ABERRATION a pu pousser ces gens à sceller une pareille alliance de CHOUANS et de MOUCHARDS.

                         C’est la REPRESENTATION  PAILLEUSE !

  Dans quel but ?  Ils nous l’ont fait voir dans cette feuille de chou locale dont ils ont stipendié le directeur qui n’a pour excuse que sa simplicité d’esprit.

  Nous ne voulons pas de ces gens qui poussent le mépris de l’électeur jusqu’à vouloir lui imposer des candidats sous le fallacieux prétexte de RAGOUT précipité.

  Votons pour la liste des VRAIS REPUBLICAINS, la liste LANCIEN » [4]

Affiche électorale, 3 mai 1908, archives départementales du Finistère, 3 M 465

 

         La liste adverse réplique :

                              « Habitants de Carhaix,

   Les Radicaux-socialistes ont le devoir de vous expliquer leur attitude.

   La municipalité sortante lasse et décourage le peuple.

   Elle fait de la politique de personnes.

   Elle ne fait pas de l’administration sage et prudente.

   Les Radicaux-socialistes veulent changer cela.

   Ils veulent que vous soyez les maîtres.

   Ils ne veulent plus que vous soyez des esclaves, des serviteurs ou des obligés.

    Si vous êtes avec nous, votez pour la liste entière de R.P., liste d’émencipation (sic) municipale.

      […] Si vous croyez que la Municipalité sortante puisse soutenir mieux que nous vos intérêts, nous rentrerions dans le rang, sans regrets parce que sans ambitions.

 

                                          ELECTEURS !

   Ne croyez pas à cette prétendue alliance avec la Droite.

   Il n’y a pas d’alliance avec elle.

   Il n’y a qu’une coalition d’hommes sincères et de bonne volonté qui veulent la prospérité de la Ville contre un intrigant qui vous trompe.

 

                                           REPUBLICAINS !

Nous vous demandons de voter librement, de ne pas vous laisser influencer par les menaces, par l’argent et par la boisson.

              Vive la République démocratique et sociale !

     Le Président du Cercle radical, Dr de Jaegher »  [5] .  

 Affiche électorale, mai 1908, archives départementales du Finistère, 3 M 465

    Et cependant, ce dernier est pris en flagrant délit de compromission avec la « réaction » : « Carhaix – Société des courses hippiques. M. le marquis de Kergariou fut élu Président. Au premier rang, plusieurs membres du Cercle (radical-socialiste) et notamment son Président, M. de Jaegher, qui applaudissaient et approuvaient ostensiblement les paroles du jeune marquis »  

Rapport du Commissaire spécial au Sous-Préfet de Châteaulin, archives départemenatales du Finistère, 13 février 1908, 3 M 465.

 

Lancien est qualifié de dictateur par François Jaffrennou ; les régionalistes bretons font  campagne durement:

     « Avec la liste Lancien, nous ne serions pas administrés, nous serions gouvernés... Aucun ouvrier, aucun journalier, aucun homme du peuple ne peut logiquement voter pour la liste Lancien » 

Ar Bobl, n° 174, 25 avril 1908

 

Les affiches électorales de la liste « R.P. » ayant été lacérées, le rédacteur d’ar Bobl fait apposer des placards virulents sur les murs de la ville : 

« Tous les honnêtes gens, à quelque parti qu’ils appartiennent, tous ceux qui estiment que Carhaix, pour son honneur, ne doit pas devenir, après le triomphe de tel ou tel, un repaire de « sauvages », protesteront avec moi contre cet acte de banditisme. Carhaisiens, choisissez vos amis ! ».

« Partout nous trouvons M. Lancien élu de la Droite. Partout aussi, ses actes politiques sont de gauche ! Voter pour M. Lancien, c’est assurer la victoire du château sur la chaumière, de César sur Jacques Bonhomme !» .

Ar Bobl, n° 174, 25 avril 1908

 

Lancien obtient la condamnation de Jaffrennou devant le Tribunal de Châteaulin 

[JPG] Condamanation Taldir.JPG

  Minute du Tribunal correctionnel de Châteaulin, 28 juillet 1908, Archives départementales du Finistère, 10 U 7/75

Lanciien prouve qu’il a la rancune tenace et le bras long : « M. le Docteur Lancien a l’intention de demander le déplacement de M. B., commis des contributions indirectes à Carhaix. Note jointe : « Comme preuve que des fonctionnaires ont marché contre M. Lancien et en faveur de la réaction, c’est que M. B. a donné 2 F de sa main avec des bulletins de la liste de Représentation proportionnelle dans un débit et aussi à un facteur pour la propagande – signé : M. L. B., Receveur des Contributions indirectes de Carhaix » »   . Un fonctionnaire dénoncé par son supérieur : quelle belle mais effrayante continuité entre les périodes d’effervescence, 1789-1799, 1895-1910 ; on n’atteint tout de même pas les sommets –ou les « abîmes » ? - des « années noires » (1940-44)…

        La liste du maire sortant l’emporte haut la main par 455 suffrages contre 410:  tous ses membres sont élus. Les socialistes, qui avaient honni Lancien en 1904, le portent désormais au pinacle .  Vox populi, vox Dei. Au total, un radical-socialiste, spécialiste du grand écart, combattu par les siens et par ses anciens électeurs, est hissé sur le pavois grâce à ses anciens adversaires de centre-droit comme de l’extrême-gauche.

 

Carhaix - « La victoire de la liste Lancien aux municipales de 1908 est dûe  en grande partie à des distributions abondantes d’eau-de-vie... Là-dessus, quelques articles de journaux qui n’ont été qu’à moitié compris des électeurs illettrés qui sont la majorité....

      Quinze énergumènes chantant l’Internationale ont, au cours de la nuit suivant les élections, brisé des vitres chez MM. de Jaegher, Solu, frappé M. Marchais, brisé les volets et la porte d’ar Bobl »  

Ar Bobl, n° 176,     9 mai 1908


   Il  arrive, comme à Poullaouen, que les socialistes tirent à boulets rouges sur les paysans propriétaires radicaux, anticléricaux mais socialement conservateurs :

                           «  Electeurs, voulez-vous débarrasser votre commune de ces parasites nuisibles qui vous sucent le sang depuis bien des années ?  

Voulez-vous détruire ces êtres inutiles qui gèrent si mal vos affaires ?

Voulez-vous que l’arbitraire et la tyrannie disparaissent de l’administration municipale ?

Désirez-vous que l’égalité et la liberté les remplacent ?

Allons ! Cultivateurs, domestiques, ouvriers et gens de tous métiers !

Anéantissez à jamais cette classe progressiste si néfaste au Gouvernement.  Clouez au pilori ces traîtres, ces lâches qui vous trahissent !

Vous accomplirez tous ces devoirs en votant pour la nouvelle liste ! En avant, camarades !

Les candidats : Chopin, Yves Ropars, Louis Sibiril, Jean Marie Ropars, Joseph Bellec » [1].

      Cette liste, qui compte dans ses rangs un instituteur protestant, recueille de 118 à 177 suffrages, contre une moyenne de 600 à la liste radicale emmenée par le maire sortant,


[1]    Affiche électorale des « Républicains de Gauche », Poullaouen, 1908, Archives départementales du Finistère, 3 M 676

 

Elections municipales de 1908 - suite

Berrien - maire: Guyomarc'h; conseillers: Grall, Guillou, Grall P., Madec, David J., Rivoal, Coant, Grall P., Kériel, Roy, Bris, Guéguen, Guyomarc'h L., David H., Cadiou, tous blocards

Scrignac - liste de gauche: Le Foll-Barbier, 14 élus - Liste Guynament, maire sortant, libéral, 2 élus - maire: Le Foll, rad-soc; adjoints: Barbier et Huet, libéraux

Bolazec- maire: Ropars, radical; adjoint: Keromen, libéral

Carhaix - maire: Lancien, radical; adjoints: Guéguen et Penn, radicaux

Cléden-Poher: Liste du Laz entièrement élue

Spézet - maire: Olivet, libéral; adjoints: Breniel, rad-soc; Rivoal, radical

Motreff - maire: Bourriquen, libéral; adjoint: Rolland, libéral

Plouguer - maire: Cougard F., libéral; adjoint, Tanguy Guillaume, libéral

Saint-Hernin - maire: Ropars F., radical, maire sortant; adjoint: Lohéac, libéral; liste Gourdin, progessiste (droite) battue

Plounévézel - maire: Mével Yves, libéral; adjoint: Cotty, libéral

 

[JPG] Youenn Mével 2

          Youenn Mével (1879-1955), maire libéral de Plounévézel


Poullaouen - Liste Bellec entièrement élue - maire: Bellec, radical; adjoints: Hourmand et Le Guen, radicaux

Cléden-Poher - maire: Du Laz, libéral; adjoint: Héliou, libéral

Huelgoat - liste Fégean entièrement élue - maire: Fégean, rad-soc; adjoint: Guenver, radical

Plonévez-du-Faou - Liste unique élue - maire: Le Bihan, radical; adjoints: Diraison et Derrien, radicaux

Châteauneuf-du-Faou - maire: Dubuisson, radical; adjoints: Le Coquil, médecin, radical et Bernard, radical"

Callac: 21 républicains, 1 libéral élus

Carnoët: 11 radicaux et 5 libéraux; maire sortant Couillec, blocard, réélu

Duault: liste blocarde Le Falher: 8 élus; Liste libérale Diouron: 4 élus

Maël-Carhaix: 11 radicaux et 10 libéraux

Treffrin: Manc'h, adjoint, bat Calvez, maire sortant

Locarn: liste de Quelen: 14 élus; liste du maire blocard sortant Neuder: 2 élus

Glomel: liste Cazin d'Honinctun, maire sortant, entièrement élue

Saint-Nicolas-du-Pélem: liste De Boisboissel entièrement élue

 

Le Faouët: liste blocarde entièrement élue

Gourin: Liste de Lescouët: 545; liste républicaine Postollec: 515

Ar Bobl, n° 178, 23 mai 1908

[PNG] carte maires 1908 selon taldir reduite

 

Huelgoat  - Premier et second tours des élections municipales  du 18 et 25 décembre 1910

  Liste de concentration républicaine 
Liste républicaine

Charles Ritz, m aître carrier 223, voix  

Person, charron,218


Blanchard , cultivateur          200
Bergot, notaire                 230

 Bégat, cultivateur,             210 voix 
Guerlesquin, retraité,        225
Guerch, débitant                178


Louandre, boucher,           199 (élu 2e t :216)

 Menez, cultivateur         201 (élu 2e t :204)


Le Moal, commerçant       188 (élu 2e t :197) 


J.M. Penven, cultivateur   190  


Richou, menuisier              189 

  
Le Bris, entrepreneur  193 (élu 2e t :193)


Berthelem, cultivateur       173


Quelen, cultivateur             209    


Guichen, débitant      194 (élu 2e t : 195)


  Guenver, commerçant, 229 voix 

Jaffrennou, commerçant 196

(élu 2e t: :191),       
  Berthelem, cultivateur            172  

Guillou, cultivateur        179  

(élu 2e tour : 191) Dinahet, maître carrier            189


Picard, ébéniste                        178


Person, cultivateur,                  175


Guichen, forgeron                   185 

Le Gallo, meunier         186


Cadiou, cultivateur             184


Le Bras, boulanger                 167


Coat, cultivateur                  164


Jaffrennou, commerçant  183 (élu 2e t : 188)


Postollec, cultivateur                186


Allain, commerçant                   176 

Rivier, forgeron                        165

                  

    Bergot est élu maire, Ritz adjoint

Ar Bobl, n° 314, 31 décembre 1910

 

Cette élection complémentaire a été provoquée par la démission du maire Fégean, en conflit avec une institutrice. La liste qu'il patronne sans y participer, est battue. Un notaire et un maître carrier, de droite, prennent les rênes...


Plouguer – Elections municipales à la suite de la dissolution du Conseil élu en 1908

     « La liste hostile au maire sortant Cougard, conduite par Postollec, fils d’un ancien maire de la commune, est élue entièrement. Jean Marie Postollec, agriculteur à Kerven, est élu maire. Son parent, Pierre Postollec, devient secrétaire de mairie »

Ar Bobl, n° 276, 9 avril 1910


 Elections municipales de 1912 – les vainqueurs :

Châteauneuf : Liste Dubuisson (radical )- Le Gall (droite catholique) sans opposition

Carhaix : liste Lancien : tous élus sauf deux -  le socialiste Postollec  élu – l’opposant catholique de Léseleuc élu

Plouguer : liste républicaine Postollec (maire sortant) réélue – Liste libérale Cougard battue

Plounévézel : liste Mével, maire sortant, élue – Liste Ropars (ancien maire, radical), battue

Motreff : liste Bourriquen (maire sortant, radical) élue ; liste Henry (droite) battue

Saint-Hernin : liste de gauche Ropars (maire sortant, radical) élue (288 voix); liste Lohéac (137 voix) battue

Cléden-Poher : Liste Comte du Laz à l’unanimité des 391 votants

Poullaouen : liste unique Bellec (maire sortant, radical) sans opposition

Huelgoat : liste Bergot (maire sortant, républicain) réélue sans opposition. Le Rumeur, nouveau maire

Collorec : liste Corbel (maire sortant, droite catholique) réélue sans opposition

Plonévez-du-Faou : liste Diraison (maire sortant, radical très modéré) réélue (1905 voix) ; liste de droite battue (948 voix)

Spézet : liste Olivet (maire sortant, républicain) réélue par 93 voix d’avnce contre la liste radicale

Scrignac : Liste radicale-socialiste réélue ; le « dernier élu » possède 323 voix d’avance

Carnoët : liste radicale Couillec réélue

 

Carhaix :

Liste Lancien : 13 sortants tous élus sauf un (Auffret) et 8 nouveaux, tous élus sauf un (Dubeau). 17 élus au premier tour, 2 au deuxième tour

Liste socialiste : 15 candidats, tous battus sauf la tête de liste :  Postollec, élu au deuxième tour

Un candidat isolé, le catholique de Léseleuc, est élu

 

Plounévézel – Liste radicale Ropars, entièrement battue : J. Ropars, ancien maire ; Henri Guenver, conseiller sortant, Joseph Hély, conseiller sortant , Joseph Boulanger, F. Postollec, Joseph Le Jeune, François Le Floc’h, conseiller sortant, Louis Quillérou, François Gélin, Pierre Le Norgant, Laurent Hervé

Bolazec : Ropars, maire depuis 1871   Liste Ropars :  115 – 138 voix ;  Liste Dinahet : 68 – 92 voix..

Ar Bobl, mai 1912

"Carhaix - 12 radicaux, 4 Républicains de gauche, 3 progressistes, 1 royaliste (de Léseleuc) et Postollec Pierre, réactionnaire à Plouguer dont il est secrétaire de mairie et socialiste à Carhaix, propriétaire"

Rapport du Sous-Préfet de Châteaulin au Préfet du Finistère, archives départementales, 2 Z 19




[PNG] carte maires 1912

 

ELECTIONS  MUNICIPALES  DE  1912 

COULEUR POLITIQUE DES CONSEILLERS ELUS

 

 

SFIO

Rép.

Social.

Radsoc

Rad.

Rép.de

Gauche

Divers droite

MAIRE

Carhaix

1

 

 

12

4

4

Radical

Cléden-P.

 

 

 

 

 

16

Royaliste

Kergloff

 

 

 

5

2

5

Républic.

Motreff

 

 

 

 

 

12

Catholiq.

Plouguer

1

 

 

 

 

11

Catholiq.

Plounévézel

 

 

 

 

12

 

Républic.

Poullaouen

 

 

 

2

21

 

Radical

St-Hernin

 

 

 

 

10

6

Républic.

Spézet

 

 

 

2

21

 

Républic.

Chäteauneuf

 

 

 

2

11

10

Radical

Collorec

 

 

 

 

 

16

Catholiq.

Landeleau

 

 

 

 

10

6

Républic.

Plonévez

 

 

2

12

7

2

Radical

Berrien

 

 

 

16

 

 

Radical

Bolazec

 

 

 

 

12

 

Républic.

Botmeur

 

 

 

12

 

 

Radical

La Feuillée

 

 

10

 

2

 

Radsoc

Huelgoat

1

1

 

3

1

10

Radical

Locmaria

 

 

 

 

7

5

Républic.

Plouyé

 

 

1

2

12

1

Républic.

Scrignac

 

 

 

23

 

 

Radical

Brennilis

 

 

 

2

6

4

Républic.

Loqueffret

 

 

 

1

7

4

Républic.

 

 

 

 

 

 

 

 

Poher

3

1

13

94

135

112

358

 

Conseillers de gauche : 246 ; de droite : 112

Maires hostiles à la République : 4

Maires républicains modérés :    10

Maires « avancés » :                9

 








Dernière modification le 22/02/2016

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1