Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

FRICTIONS...

 

Lendemain burlesque d'élections législatives à Carnoët (avril 1910)

 

Tud divezad

   Tud divezad a gaver dre-holl mez gant mare ar votadegou eo e weler ar gwella beteg pelec'h e c'hall mond follente eur rum-zo. [...]

  Ar maout a zo eat marvad gant parrez Karnoët. De varlec'h ar votadeg, pa oa hanvet Turmel (1), ar maër, ar mestr-skol hag var o lec'h eur bern konsorted a rea seblant eun interamant gant an depute koz: en dro d'an arched e oa pevar lakepot o tougen beb a andouillen egiz sierjen ha pa oa bet stlapet an archerien en kreiz eur poul-dour hao, e oa kanet ar servich-braz! N'eus ket a voien da dud da goueza en eur bajen izelloc'h evid hounez.

Des gens affreux

On trouve des gens éhontés partout mais c'est pendant les élections que l'on voit le mieux jusqu'où peut aller la folie d'un grand nombre d'individus.

   Le comble s'est produit indubitablement à Carnoët. Le lendemain du jour de l'élection de Turmel, le maire, l'instituteur suivis d'une troupe d'individus de leur acabit singèrent un enterrement, celui du député sortant battu : autour du cercueuil, quatre chenapans portaient une andouille en guise de cierge et après qu'ils eurent jeté le cercueil dans une mare d'eau, un service pour les défunts fut chanté ! Il est impossible de tomber plus bas que ces individus-là.

 Ar Bobl, n° 280, 7 mai 1910
 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2014

 

Turmel, radical-socialiste, fils d'un sabotier de Lanrivain, maire de Loudéac, bretonnant, est le nouveau député de la 2e circonscription de Guingamp. Il a battu le député sortant Ollivier, républicain de droite.


Lendemain d'élections municipales à Carnoët

Karnoët - An tri gandidat

En Karnoët e oa promettet ar plas adjoent-maêr da dri. Evel ne oa ket posubl lakaat nemed unan, daou a zo c'houezet o fri var ar gled. Disul d'abardaë an tri gandidat en em gavaz asamblez en eun hostaleri deuz ar bourk, ha chaô ha daô ! Kann 'tre Job ha Ian !!"

Carnoët - les trois candidats

A Carnoët, la place d'adjoint au maire avait été promise à trois candidats. Comme elle ne pouvait être attribuée qu'à un seul , les deux autres se sont trouvés le bec dans l'eau. Dimanche après-midi les trois candidats se sont trouvés ensemble dans une auberge du bourg : grabuge et damnation    ! Bagarre opposant Joseph à Jean"

Ar Bobl, n° 178, 23 mai 1908 Traduction: Jean Yves MICHEL,  janvier 2014

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


f) Incidents

- A Carhaix

 

Diston ar votadek

Dimeurz 13 euz ar miz-ma e teue dirag lez-varn Koreksional Kastellin eun affer zavet gant an Aotrone Nikolas ha Morvan, deuz Karaez, eneb d’an Aotrou Baniel, entreprenour. An daou den-ma a damalle Baniel da vond roet taoliou d’ê da noz votadek ar c’honsailler jeneral.

  Ar wirionez oa penoz Baniel n’en doa gret med’n em difenn ha harz an dud-ma hag eun neubeud mignoned d’ê da valeüruzi an Aotrou G. pehini a oa bet tolet gantê dindan o zreid.

  An Tribunal an neuz gwelet mad penoz ne oa bet rezon a-bed da bursuit an Ao. Baniel, hag en neuz diharpet Morvan deuz e c’houlenn. Nikolas a zo bet ive deus e c’hodel. Baniel en neuz bet pemp liur varnugent amand gant al lezen Berenger

Résonnance du scrutin

Mardi 13 de ce mois a été évoquée devant le tribunal correctionnel de Châteaulin une affaire opposant Messieurs Nicolas et Morvan , de Carhaix, à M. Baniel, entrepreneur. Ces deux hommes accusent Baniel de les avoir frappés le soir de l’élection cantonale.

A la vérité, Baniel n’avait fait que se défendre et les empêcher, ainsi que quelques-un de leurs amis, de piétiner le malheureux M. G. .

Le tribunal ne voit aucune raison de poursuivre M. Baniel et déboute Morvan de sa plainte. Nicolas aussi est de sa poche. A Baniel est infligée une amende de 25 F en vertue de la loi Berenger »

Ar Bobl, 24 septembre 1904, n° 1 Traduction: Jean Yves Michel, février 2014

 

A Duault (Côtes d'Armor):


Duot – Eur gann er maëri.

Disul diveza konsaill Duot a oa bodet er maëri evid session miz-du. Sevel a reaz bec’h etre an Aotrou Follezou, moderet hag an Aotrou Falc’her, maër, radikal-ru, ha mont a rejont d’en eur gann. Ar mestr-skol a zichaloupaz da zikour ar maër, ha benn ar fin, e oa eur billadek jeneral.

 Traou ar barroz, ar re-ze a vo pleet diouté eur wech-all.

Duault – Conflit à la mairie

  Dimanche dernier le conseil municipal de Duault était réuni pour la session de novembre. Il s’éleva un différend entre M. Follézou, modéré, et M. Falc’her, maire, radical rouge, qui dégénéra en combat. L’instituteur se dépêcha de porter secours au maire et, au bout du compte, une bagarre générale éclata.

   Les affaires de la commune, quant à elles, seront traitées une autre fois…

Ar Bobl, n° 10, 2 décembre 1904 Traduction: Jean Yves Michel, février 2014

 

 

A Duault encore, en janvier 1905...

 

Duot- Troiou fall ar Ruien - Skriva rer d'emp:

Barz en parroz Duot, ar Re-Ru n'ouzont ken penoz ober evit en em renti kazus mui-ouz-mui d'an holl dud. Evit diskuez pehini eo ment o skiant, setu ama darn deuz ar farserez louz int en em lakeet da c'hoari d'ar Re Voderet.

 Ar re anê a oar delc'hen ar bluen o deuz 'n em reunisset n'euz ket pell, ha sed ama petra 'deus gret: skrivet o deus en hano tud deuz ar gosteen all da varc'hadourien vraz ac'hann hag alese, evid goulenn marc'hadourezou da brena. Komprenn a ret ar viloni !

Ar re a zo bet skrivet evelse evitê, a resevo var o hano bep sort traou ha n'o deuz ket memeuz goulennet, hag a vo red d'ê paëa kazi zur, pe e vo prosezou hir.

  Sed ama tri ekzempl, ha n'eo ket gevier e kontomp:

1- Ar Follezou, konsailler, a zo digaset kelou d'ean e zo bet kaset d'ean deuz Tier braz euz a Bariz, euz a Vourdel hag euz a Venamson, bagoniadou marc'ha-dourez evid 1700 lur ! Biskoaz n'eus goullet anê, (mez e vab a zo en Kallak e ti ar freien goz).

2 - Ian Guinamant, konsailler, an neuz bet resevet an delou divea eur bakaden vraz leun a arc'hantiri, hep bea goulennet sort (Henma e man e vab er memez skol).

3- Eul labourer-douar all, e man e vab penher, pehini zo mac'hagnet, er skol gant ar re bet frerien, an neuz bet kelou digant eur marc'hadour, kezek-houarn a vezo digaset eur bisiklett d'e vab an abreta vo gallet !

N'all ket an nen komprenn e c'hallfe tud ha n'int ket skoet, c'hoari troiou kam e giz-ze d'o nesa. Mez deuz a beurz ar Ruien, distroet diwar an hent mad hag eat da heul adversourien ar vro-ma, e c'haller breman bea en gortoz deuz kement loustoni zo tout. Mez p'o devo gret o gwalc'h da oapaat ha da drettouri o c'henvroiz, na vo ket red d'ê bea re souezet mar beint tolet goude er blottou, evel koz votou didalve.

    X.


Duault - Les mauvais tours des Rouges - On nous écrit:

Les Rouges de la commune de Duault ne savent qu'inventer pour se rendre de plus en plus haïssables. Afin d'évaluer leur savoir-faire, voici quelques exemples des méchantes farces qu'ils ont infligées aux modérés.

 Ceux d'entre eux qui savaient tenir une plume se réunissaient il y a peu et voici ce qu'ils faisaient: ils écrivaient à des marchands en gros d'ici et de là pour s'enquérir du catalogue des produits mis en vente. Vous comprenez où résidait la vilenie. Les victimes recevaient à leur nom toutes sortes de produits qu'ils n'avaient pas commandés, mais qu'ils devaient payer, sauf à intenter de longues procédures.

 Voici trois exemples, qui n'épuisent pas le compte...

1 Le Follézou, conseiller municipal, a eu de leurs nouvelles, car ils lui ont fait envoyer de grandes maisons de Paris, Bordeaux et Besançon, des wagons de marchandises pour 1700 F. Il ne les a jamais commandées, mais son fils est scolarisé à Callac chez les Frères.

2 - Jean Guinamant, conseiller municipal, dernier "averti", a reçu un gros paquet d'argenterie, non commandée (Le fils de celui-ci est dans la même école)

3 - Un autre cultivateur, dont le fils unique, infirme, fut l'élève d'anciens Frères, a été averti par un marchand que ce dernier recevra, par le train, une bicyclette: il en sera bien avancé !

 Personne ne comprend que des individus qui n'ont pas été malmenés, jouent des tours aussi pendables à leur prochain. Mais de la part des Rouges, détournés du chemin du Bien, et à la remorque des adversaires de ce pays, on doit s'attendre à toutes sortes de mauvaisetés. Cependant, quand ils auront eu leur content de moquerie et suffisamment trahi leurs compatriotes, ils ne devront pas s'étonner d'être jetés au rebut, comme de vieilles chaussures sans valeur.

Ar Bobl, n° 19, 28 janvier 1905 Traduction: Jean Yves Michel, février 2014

 

A Plusquellec, en 1904. Un maire rouge, par haine d'un paysan qui réussit grâce à son travail et son esprit d'entreprise, par anticléricalisme, frappe l'agriculteur et le recteur d'un impôt communal. Mais le prêtre, soutenu par ce paysan, exerce de savantes représailles...

 

Pluskellek – Eur labourer-douar lakeet en patanter abalamour e neveuz benviou evit labourat e zouar

Bean e neveuz eur Brabant, eun haderez, eun droc’herez-ed, eur mekanik-dorna, etc… An den-ze ha neveuz daouzek a vugale, ar gossan, eur plac’h naontek vla, a dro douar gand at Brabant, a had gand an haderez, a droc’h an ed gand an droc’herez. O welet penaoz an dud-ze a veve aezet gand o foan evel merer, a zo bet sonjêt lakaat anezê, en eur batanten a dregont lur ar bloaz, ebarz miz Even diveza pa oa gret ar listen.

Ebarz en miz Gwengolo an neveuz paët divar e vekanik dorna, ne sonje ket e oa nemet-an ebarz an holl departamant, a gemet a baeë diwar mekanik-dorna, hag e neveuz skrivet evit goulen eun diskarg ; kaset e neveuz e guitans da heuil e houlen, mez na neus ket bet respont ebed.

 An Aotrou Person a zo lemmet ive e baë digantan, ha ze a rent trubuill ha dienez ebarz ar barroz e mesk ar bevien. Dilun diveza a zo bet duman pemzek penn menach o c’houlen an aluzen ; interroji a rean an eil goude egile, petra oa kaoz, pevar bloaz zo, na deue den ebed ebarz ar barroz da glask an aluzen : »Ho emezo, difennet oe d’imp lavaret piou a zikourê ac’hanomp ». Unan a lavare : »Me, emezan, e mije dek lur bara ar zun ». Unan a lavare en divije ugent lur bara, hag holl e lavarent memeuz tra, pep hini a nije herve e ezom. Erfin unan dimeuz anê a lavaraz : »Gwell e vije ganimp e vije lemmet e baë digant Maër Coat Leo : henez ne ro man d’eomp, hag egile a roe ». Deus respont an divezan ec’h oa deut da gomprenn penaoz an dud-ze e voa zoutennet gand ar veleien, a oa pemzek tiegezad tud, marteze ouspen, laket er vizer, mesk pere a zo tregont den koz ha da neubeutan pemzek ha tri-ugent a vugale, da veva breman divoar an aluzen.

 E-barz an hent-braz e ve breman avanset eur rummad dimeus an dud, eur loden all n’eo ket ; ze a ra da intent a zo diou lezen

Eul labourer-douar ganet ha o chom e Pluskellek


 

Un agriculteur frappé de patente à  cause de ses nouveaux instruments aratoires.

Il s’est pourvu d’un Brabant, d’un semoir, d’une moissonneuse, d’une batteuse, etc…Cet homme est père de douze enfants, dont l’aînée, âgée de 19 ans, retourne la terre avec le Brabant, sème avec le semoir, moissonne avec la moissonneuse. De voir ces métayers à l’aise grâce à leur peine, on les inscrivit pour trente francs annuels de patente lorsqu’en juin dernier on dressa la liste (des contributions communales).

 En septembre, il a certainement payé sa moissonneuse, dont il ne pensait pas qu’elle était la seule du département. Il a demandé un allègement de patente accompagné de la quittance du paiement, mais n’a reçu aucune réponse.

  Il fut enjoint aussi à M. le Recteur de payer et cela provoqua trouble et dénuement parmi les pauvres de la paroisse. Lundi dernier, une quinzaine de mendiants s’en vinrent ici demander l’aumône.. On les interrogea, l’un après l’autre, à propos de la  raison de leur venue, puisque, depuis quatre ans, personne n’était venu mendier dans la commune. »Vous savez, il nous est défendu de dire qui nous aide ». L’un dit : « Moi, j’aurais 10 livres de pain par semaine ». Un autre affirma qu’il aurait 20 livres de pain, et tous dirent la même chose, chacun recevant selon ses besoins. A la fin, l’un d’eux dit : « Ce serait mieux pour nous si on incitait le maire de Coat Leo à faire l’aumône. Celui-là ne nous donne rien, mais il donne à d’autres ». De la réponse de ce dernier, on comprit que ces individus étaient soutenus par les prêtres, quinze  familles entières, peut-être davantage, dans la misère, une foule de trente vieillards et quelques soixante-quinze enfants vivant aujourd’hui d’aumônes.

Sur la grand-route s’avance maintenant une troupe de gens, mais une autre partie n’y est pas ; celle-là comprend qu’il y a deux lois.

Un laboureur né et demeurant à Plusquellec

  Ar Bobl, n° 13, 17 décembre 1904
Traduction: Jean Yves Michel, février 2014

 

 Le maire de l'époque habite le hameau de Coat Lean.

 

Incident du même type à Calanhel..

 

Kalanhel – Kendalc’h an histor –

Disul goude an oferen bred oa ket re zonn o fenn gant ar re ru, potred ar Gallek en Iliz. Sonjet a devoa o dije lazet an oan, ha divoadet heb e klemche ; tromplet int bet. Ha breman ‘zo bech an treze, evel bugale dizent o deve manket ; an eil a damall d’egile al laëronsi graet ganthê o lemmel e baë digant ar person. Holl o deus lod en taol divalo-ze, ha den na c’houl en anzao

Potr e Wialen

Suite de l’histoire – Dimanche après la messe basse, les rouges, partisans de la seule langue française à l'église, n’avaient pas la tête d’aplomb. Ils pensaient qu’ils auraient tué et saigné l’agneau sans cris. Ils se sont trompés. Ils sont maintenant dans l’embarras comme des enfants sans dents en manque de nourriture ;  l’un accuse les autres d’avoir ourdi le vol consistant à priver le recteur de son traitement.     Tous  ont commis ce mauvais coup, mais aucun n’en fera l’aveu.

Le bastonneur

Ar Bobl, n° 20, 4 février 1905 Traduction: Jean Yves Michel, février 2014

 

 

 Menace de guerre civile à Carnoët, juillet 1905

 

Karnoët - Gouel ar Republik

Da noz gouel ar Republik, an Aotrou Couillec, maër Karnoët, an neus tapet diou skouarnad digant eun bennag chomet hep bea anveet.

Drek eun ti barz ar bourk, a zo bet kavet, var al leur, eun dousen treujennou koachet eno gant eun neubeud tud divar ar meaz, arru skuiz gant astrafou ar c'hlik ha desidet deuz rei baz d'ê eun nozvez bennag. Ankêt zo digor

Carnoët - Fête nationale

Le soir de la Fête nationale, M. Couillec, maire de Carnoët, a reçu deux gifles d'un individu qui n'a pas été identifié.

Derrière une maison du bourg, ont été trouvées, sur le sol, une douzaine de triques cachées par quelques gens de la campagne,  que les simagrées de la clique ont écoeurés, et décidés à lui donner du bâton une nuit quelconque. Une enquête est ouverte

Ar Bobl, n° 45, 29 juillet 1905 Traduction: Jean Yves Michel, février 2014

 

  Le maire est la tête pensante de la "clique" (les Rouges de Carnoët). Le contexte est décisif: Briand s'apprête à faire voter la loi de Séparation des Eglises et de l'Etat par la Chambre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






Dernière modification le 29/01/2015

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1