Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

Les lois militaires....

 

Ar zervich-brezel a ra koulz a zrouk da Vreiz. Nag a hini, pehini a goll ebarz ar c'hazerniou e galon da labourat ! Eno e tisker bea lipous, bea lezirek; eno e tisker techou fall ar Fransijen !"

Erwan Berthou

Le service militaire fait tant de mal à la Bretagne. Tout un chacun perd dans les casernes le courage au travail. Là on apprend à devenir gourmand et fainéant. Là, on apprend les vices des Français...
Ar Bobl, n° 11, 3 décembre 1904 Traduction: Jean Yves MICHEL, octobre 2014

 

   Avant la loi de 1905, les conscrits tirent au sort

 

Keraez - Tennadek ar billet

   Diriaou eo bet gret dennadek ar 188 billet en Keraez. Eiz konskrit ha nao-ugent a oa ar bla-ma er c'hanton. An numero uhella a zo et da Blonevezel, an numero izella da Speyet. Goude an dennadek, ar c'honskried a deuz gret eun danz war plasen ar maëri. Pourmenat o deuz ive dre gear eur pez drapo braz a bevar metr uhelder prenet gant daou-ugent lur. An hini neuz bet an numero 1, ar vaz vel ma larer, a vo an drapo d'an goude ar c'honsaill. N'a vo ket ken joaüs ar gonskried 'benn miz here evel ec'h int brema, marvat !

Carhaix - Le tirage des billets

  Jeudi, le tirage de 188 billets a été exécuté à Carhaix. Les conscrits du canton étaient au nombre de 188. Le numéro le plus élevé a échu à un Plonévézélien, le plus petit à un Spézétois. Après le tirage, les conscrits ont dansé sur la place de la mairie. Ils ont promené un grand drapeau de 4 mètres de hauteur, qu'ils ont payé 40 francs. Celui qui a obtenu le numéro 1, le bâton comme on dit, aura le drapeau après le tirage. Les conscrits ne seront certainement pas aussi joyeux qu'aujourd'hui en juillet !

 Ar Bobl, n° 17, 14 janvier 1905
 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2013

 

La loi de deux ans

 

Al lezen daou vloaz

Sethu votadeg gant ar Senat al lezenn hag a engal ar c'hargou a zoudard memez tra var gein an holl.

En gwirionez, al lezenn neve a zo eul lezenn red ha just, eur gerzaden var araok. Gant al lezenn tri bloaz ha eur bloaz, e vije gret a brepoz kaër diou lodene barz an arme; el loden kenta, an Dispanseed, an dud iaouank a famill, eaz d'ezo da vond da ziski er skolajou-uhel, ar mestrou-skol hag ar gloer kaset d'ar skoliou normal pe d'ar c'hloerdier. Ar medisined, advokaded ha me oar, tud o doa arc'hant peurvuia da 'n em voueta er gantinen, tud hag a feurme eur gampr en kear.

 Ha c'hoaz ne vijent ket kaset nemed d'ar c'hazern an tosta d'o bro, d'ezo da c'hallout mond bep sul da bourmen d'ar gear ! Er baotred eur bloaz, e oa ive, gwir eo, bugale hena seiz a vugale, bugale intanvezed ha soutenou a famill evid ar re-ze a-vad a vo kaled penoz o zud o devo eur som arc'hant digand ar barrez hag ar gouarnamant evid dic'haoui anezo eun tammig bennag deuz kimiad ho bugale.

  Mez ar peur rest deuz ar soudarded eur bloaz, pere a ve kaset da beloton an dispanseed a ra dek miz zervich (gwir eo e ve greatc'est  d'ezo poanial evid o c'hont), mez n'euz forz, goude ze e teuont da veza ofiserien rezerv, ha kalz anezo a dremenn o eiz deveziou varnugent en eur feneantiz anat.

  Fouge enno gant euz c'hoz galonz ha gant eur zabrenn a ra dring-dring var o lec'h dre ma kerzout. Mond a reont da greski niver an ofiserienn-paper, a welomp, e-barz ar ruiou pa ve ien, paket en paltokiou kroc'hen teo, doublet gant blea tom evid ar paour keaz soudarded doueou arc'hantet deuz an noz, pa'z eont d'ar saloniou da bitaouat gant ar merc'hejou.

  Gant al lezen daou vloaz, an holl a vo engal dindan ar vanniel tri-liou da c'hortoz ar mare binniget ma na vo ket ezom armeou ken niverus a bouez kemend ar c'harg anezo, n'eo ket hepken var Franz, mez ive var meur ar vro all. Esperomp e teuio eun de, hag a vo heuillet ali an Aotrou Tréveneuc, senatour Treger, pehini a bropoze ober eul lezenn eur bloaz.

  Pa skigno an diskadurez e-touez an dud, eur bloaz a vezo awaec'h da ober eur soudard mad. Ar soudard n'eus ket ezom da vez ken disket var ar brezel evel e ofiser. Ha neuze... deski en em lac'ha, ze ve great buhan !

Lagad-luch

L'oeil qui louche

La loi de deux ans

Le Sénat  a donc voté la loi qui répartit la charge du service militaire de manière égale sur tous.

 En vérité, le nouvelle loi est nécessaire et juste, elle marque un progrès. La loi de 3 ou 1 an proposait de couper l'armée en deux parties; dans la première, les dispensés, les jeunes gens de bonne famille, à qui il était aisé de s'inscrire dans les universités, les instituteurs des écoles normales et les séminaristes. Les médecins, les avocats et que sais-je, des individus ayant pour la plupart suffisamment d'argent pour dépriser la cantine et louer une chambre en ville.  Et encore seront-ils encasernés au plus près de leur domicile, afin de pouvoir se promener en ville.

     Les jeunes gens soumis à la loi d'un an étaient, c'était la vérité, des enfants de veuve comptant sept enfants, des enfants soutiens de famille, qui cependant recevaient une somme d'argent de la commune et et du gouvernement afin de dédommager un peu la famille du départ de l'incorporé. Mais le reste des soldats assujettis à la loi d'un an, comme ils sont envoyés au peloton des dispensés, font 10 mois de service ( il est vrai que çà leur est vraiment pénible), ensuite ils deviendront sans problème officiers de réserve et bon nombre passeront leurs 28 jours dans une fainéantise caractérisée.

   Quelle vanité tireront-ils d'un vieux galon et d'un sabre qu'ils traîneront bruyamment où qu'ils aillent. Il augmenteront le nombre des officiers gratte-papiers, et nous les verrons, par les rues, par temps de froidure, emmitoufflés dans des pardessus doublés, ces pauvres soldats aux poches bien pleines, se dirigeant droits sur les salons où l'on tripote les poupées.

Grâce à la loi de deux ans, tous seront appelés sous les plis du trapeau tricolore en attendant le temps béni où le besoin d'armées aussi nombreuses aura décru et la charge ne pèsera plus sur la seule France mais sur d'autres nations. Espérons qu viendra un jour, et nous applaudissons ici le voeu du sénateur trégorrois Tréveneuc, qui propose une loi d'un an.

    Pendant que je diffuse cette leçon parmi les lecteurs, il me semble qu'un an est plus que suffisant pour faire un bon soldat. Un soldat n'a pas besoin d'être aussi entraîné au combat qu'un officier. Et alors... Apprendre à tuer, cela se fait en un clin d'oeil !

 Ar Bobl, n° 25, 11 mars 1905  Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2014

 

 

Paris – « Al lezen daou vloaz »

Ar Bobl, n° 27, 25 mars 1905 

     Les modalités du service militaire ("le régiment", "ar rujumant", en breton), notamment sa durée, ont beaucoup changé en moins de cinquante ans. Le Second Empire imposait un service de sept ans. La loi de trois ans de 1889 prévoyait de nombreuses dispenses, notamment pour les instituteurs.

    La Loi de deux ans de service militaire remplaçant la  « loi de trois ans »  est  votée par la Chambre des Députés le 17 mars 1905 par 504 voix contre 34. Elle est perçue avec enthousiasme par la paysannerie et maints contribuables, mais déçoit les officiers et même certains diplomates qui craignent que l’Allemagne ne profite de cet affaiblissement militaire français pour entreprendre une guerre préventive…

   Mais cette loi prévoit que le service actif est obligatoire pour tous et est suivi par 11 années de réserve (de 23 à 33 ans, un homme est incorporé en cas de guerre) puis 6 années de territoriale (de 34 à 40 ans, l'homme est incorporé, en cas de conflit, dans une armée de seconde ligne, qui, théoriquement, "ne va pas au casse-pipe".

 

Toul !!!

   Ar "bleu" a oa digaset d'ar gar gant e dud: bea oa e vam, e dad, e c'hoar vihan ha Ian ar mevel, pehini a douche. Ar c'harr a oa dister, ar marc'h a oa koz, mez ar gerent a oa paour ive... eur veredi a seiz-ugent skoed n'o doa ken. N'o doa mab nemed unan ha galvet e oa da vond da zoudard, evid daou vloaz d'ar penn all da Vro-C'hall... da Doul. Erru eo ar vanden er gar Pent-ar-Hent. Just an amzer da eva eur lipad en hostaleri Loeiz Souchen, evid rei kalon d'ar potr iaouank ha da gemer ar billed kart-plas hag e ma an train dirag ar gar. Kenavo ! Eur pok hag ebarz, heb trei e benn, aoun  gouela dirag ar re-goz.

  Kemer a ra ar bleu e blas kichen eur prenestr: c'huitell ! Hag e kuit ! Ar vam a zo kouezet var eur bank, Ian mevel a dro e gein evid koach e anken; an tad a hij e zorn rag hen zo eur soudard koz, hag a neuz gret seiz vloaz, nê ket daou.. "Chanz vad d'id, pôtr !". Eur pleg hag an train zo kuzet er pellder. Pe 'ma e-hunan, ar bleu a gouez en eur dristidigez vraz. Bremaïk, e chome dizeblant, evid diskuez e oa eur gwas; brema o ouel evel eur bugel - Perag kas anezan da Doul, keit all deuz ar gear, pa oa ar rujumant linen en Kemper, hag unan en Gwengamp !

   Ha Fanch vihan ar Gervennou a dro bep sort sonjou en e spered. Penoz e rei duse gant  an neubeudik gallek a oar ? En gar Gwengamp, Fanch Vihan a zo diskennet deuz karrigel Kerne, ha pignet en train braz, en eur speren hag e oa eun toullad tud iaouank all ennhi. Diwar o min, konskried ive, bleuien eveltan, Bretoned eveltan, deuz koste Lannhuon, hag a gane brezonek a bouez o fenn. Fanch vihan a aze sioulik en eur c'horn. Ar re all a zalc'h da gana beteg Sant Briek, mez eno en eun taol, setu hi deut trist ha tenval. Ar wech-ma e welont int partiet da vad deuz Breiz-Izel ! Fin d'ar brezonek. Gallek tro var dro. Ar c'hoëffou zo chenchet. Eur peoc'h marvel a gemer lec'h ar joaïsted trouzus, hag e-keid ma red an train heb dihan, gant eur dourni ifern, ar bleuien iaouank a gomans sonjal d'o bro o deuz dilezet, d'o zud, d'ar vestrez koant gant e zellou skler, d'ar gwele kloz, d'an oaled ledan, d'ar c'hi Fanlok, d'an douarou prest da reseo an ed, d'ar betarabez dare va deza tennet. Ha ia, kaled eo partial evid daou vlâ.

 - Deuz pelec'h oud, eme eun Tregeriad da Franch

- Deuz Ploumene, emezan

- Me zo deuz Lannhuon - Da belec'h e vez kaset ?

- Da Doul

- Me da Bariz

- Me da Verdun, eme un all

- Perag paz lezel ac'hanomp en hon bro ? a zonjat holl enni o-hunan. Hini na gomprene ar rezon evid pehini a vijent kaset keid all.

An noz a goueze, hag an train a ruille bepred. Fanch a chomaz morgousket. Hunvreal a rea

- Perag, emezan, ec'h an me da zoudard ? Evid klevet eun deuss epad daou vloa ? Da zerviji Franz ? Petra eo Franz ? Bro ar gallek. Mez me na glevan nemed brezonek en bro-ma. Neuze  na dle ket an diou-ze beza ar memez bro, kaër zo laret. Ha koulskoude, pemp Breton omp ama, ha tri ahanomp a ia da Verdun ha da Doul, var an harzou, bord an Alamagn.

    Perag ar gwasa loden d'emp-ni ? Pesort interest hon beuz-ni o tifenn kontre tud hag a zo d'emp estranjour ha Saozon pe Spagnoled ?

  Mar deo gwir eo gret eun arme da vrezeli me gav din e mije bet muioc'h a gourach evid brezelli var ma douar ma-hun, hini ma zud koz. Mez an arme n'eo ken gret evid brezelli, var a glevan. Da ziwall madou ar franmasoned, da denna var ar micherourien a ra grèv, ha da chaseal leanzed er meaz. Ze zo kaoz e kaser ahanomp pella ma c'hella deuz ar gear.." Bea soudard a zo eun dra vrao, chom heb bea a vije ken brao all". Ha hunvreou a iea hag a zeue dre benn Fanch vihan, heb na ouie pe mond a du gant eur re pe gant eur re all. Pariz a oa tremenat pell-zo. Erfin, setu termen ar veaj: Toul !

  Brevet, hanter varo, Fanch a dap e valijen hag a ziskenn var gaë ar gar

- Par ici, les Bleus ! "eme mouez rok eur serjant

Fanch a dosteaz, fur, evid mond da heuil

- Tiens, le sale Breton", a lavaraz eur c'horporal, vas-tu te grouiller pour marcher au pas ! Espère un peu, mal dégrossi, et veille à n'pas me reluquer de travers, ped zoum !"

Fanch a oa et da zoudard gant kourach, kontant da zeviji honestamant, hag ar giriou kenta a gleve, ar paourkez, en eur erruout en "arme Franz" a oa giriou a zimeganz evitan hag a gasoni evid e vro. E zillad Kerne a oa gantan c'hoaz.

  Ha Fanch vihan ar Gervennou a dorchaz eun neubeud daërou gant kein e zorn.  En e ene a zeu disrouk e oa kouezet an haden genta a eneb soudardërez

Toul !!!

Le "bleu" était accompagné de sa famille à la gare: sa mère, son père, sa petite soeur et Jean le commis qui conduisait. La voiture n'était pas bien belle, le cheval était bien vieux, mais les parents aussi étaient pauvres... Il n'avaient qu'une métairie de 120 écus. Ils n'avaient qu'un seul fils et celui-ci était appelé à devenir soldat pendant deux ans à l'autre extrémité de la France...à Toul. Arrivés à la gare de pent-an Hent, ils eurent juste le temps de boire un coup à l'auberge de Louis Souchen pour donner du courage au jeune homme et de prendre un billet quart de place et le train s'arrêtait en gare. Au revoir ! Une embrassade et le jeune homme monte dans le wagon, sans tourner la tête, de peur de pleurer devant les parents.

 Le bleu prit une place près de la fenêtre; la locomotive siffla et s'ébranla. La mère s'est écroulée sur un banc, Jean le domestique tourne le dos afin de cacher son chagrin; le père bat des mains car il fut soldat jadis et il fit sept ans, et pas deux..." Bonne chance à toi, jeune homme !". Un tournant et le train disparaît dans le lointain. Désormais seul, le bleu sombre dans une morne tristesse. Tantôt, il joue l'indifférence pour bien montrer qu'il est un homme, tantôt il pleure comme un enfant. Pourquoi l'envoyer à Toul, au contraire de ceux de la ville, alors qu'il existe un régiment de ligne à Quimper et un autre à Guingamp ?

 Et le jeune François du Gervennou tourne toutes sortes de pensées dans sa tête. Comment fera-t-il là-bas avec le petit peu de français qu'il connaït ? En gare de Guingamp, il descend des antiques wagons cornouaillais et il  monte dans le grand train, dans un compartiment où se trouvait un groupe de jeunes gens. A leur mine, c'étaient aussi des conscrits, des bleus comme lui, des Bretons comme lui, venus des parages de Lannion, chantant en breton à tue-tête. Le jeune François s'assied sans bruit dans un coin. Les autres continuent de chanter jusqu'à Saint-Brieuc, mais là, d'un coup, les voilà tristes et sombres. Cette fois, ils se rendent compte qu'ils ont quitté pour de bon la Basse-Bretagne !

Fini le breton ! Du français partout. Les coiffes féminines sont différentes. Un silence de mort chasse la joie bruyante et pendant que le train poursuit sa marche dans un tintamarre d'enfer, les jeunes bleus commencent à songer à leur pays qu'ils ont quité, à leurs familles, à leur amie aux yeux clairs, au lit-clos, au large âtre, au chien Fanlok, aux champs prêts à être ensemencés, aux betteraves bonnes à arracher. Ah oui, il est dur de partir pour deux ans.

- D'où es-tu, demande un Trégorrois à François

- De Ploumene, dit-il

- Je suis de Lannion - Où t'envoie-t-on ?

- A Toul

- Moi à Paris

- Moi à Verdun, dit un autre

- Pourquoi ne pas laisser chacun de nous dans son pays, songe chacun. Pas un ne comprend la raison d'un si grand éloignement.

   La nuit tombre, et le train roule toujours. François s'assoupit et rêve.

- Pourquoi, dit-il, dois-je être soldat ? Pour entendre un deux pendant deux ans ? Pour servir la France ? Qu'est la France ? Le pays du français. Mais, dans mon pays, je n'entends parler que le breton. On a beau dire, il ne peut s'agir du même Etat. Et cependant, nous sommes ici cinq Bretons et trois vont à Verdun ou Toul, sur la frontière franco-allemande.

  Pourquoi sommes nous désavantagés ? Quel intérêt avons-nous de défendre des régions et des gens qui nous sont aussi étrangères que les Anglais ou les Espagnols ?

    Si une armée est faite pour la guerre, je trouve que j'aurais plus de courage de me battre sur ma terre, celle de mes aïeux. Mais, à ce que j'ai entendu, une armée est faire pour autre chose que la guerre. Pour défendre les biens amassés par les francs-maçons, pour tirer sur les ouvriers en grève, pour expulser de France les soeurs. Voilà pourquoi on nous envoie le plus loin possible de chez nous. Etre soldat, c'est une belle chose, ne pas l'être, c'est aussi bien". Et les rêveries d'agiter le cerveau de François sans qu'il sache quel parti prendre. On avait traversé Paris depuis longtemps. Enfin, la fin du voyage: Toul !

   Brisé, à moitié mort de fatigue, François attrapa ses valises et descendit sur le quai de la gare

- Par ici, les Bleus, aboya la voix rauque d'un sergent

François approcha silencieusement pour prendre la file

- Tiens, le sale Breton, dit un caporal, etc...

François était venu avec courage accomplir honnêtement  son service militaire et les premiers mots que le pauvre  entendit, à son entrée dans l'armée française étaitent des insultes pour lui et des mots de haine pour son pays natal. Il portait encore ses habits de paysan cornouaillais. François essuya du dos de la main quelques larmes. Dans son esprit jusque-là indemne , étaient tombées quelques graines d'antimilitarisme.

Ar Bobl, n° 160, 19 octobre 1907 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2013

 

 

« Pour nous, Régionalistes, nous sommes Bretons et Gaulois ; devant Alésia et aux Champs catalauniques, Armoricains et Gaulois luttaient contre les Romains de César et les Huns d’Attila  - F.J ».

Ar Bobl, n° 335, 27 mai 1911

 

   L’attachement à la Bretagne (la « petite patrie ») ne saurait occulter l’attachement à la France (la « grande patrie »), qu’il faudra, le cas échéant, défendre contre l’envahisseur.

 

 

La loi de trois ans..

 

Al lezen tri bloaz

 Aboue m'he deuz kresket Alamagn niver he soudarded ha kaset anê da 750 000 war an troad a beoc'h, Bro C'hall a deuz kreski ive he arme zouar. Ministr ar brezel ha kalz a zeputeed a c'houlenn ma vo votet eun dispign nevez a 500 milion  evid an arme.

 Lod all na gomzont euz netra ken, nemed digas war e giz ar servich tri bloaz heb ekzamsion a-bed: tri bloaz evid an holl. Dre eno, e vo kresket an arme a 100 000 soudard en amzer a beoc'h. Eun avel a follentez eo honnez, red eo amzao ar wirionez. Ober d'an dud iaouank ober tri bloaz kazern, goude beza bet digazet ar servich da zaou vloaz, hag a c'hallfe koustout ker d'ar Republik !

 Ar studerien, ha kement-re o deuz ezom da dremenn ekzaminou o devo kalz da goll. War diouskoaz paour ha pinvidik a pouezo eur samm pounner.  Ha kement-se evid arruout da betra ? Da veza ken krenv hag an Alamagn. Eun hunvre eo hag a vezo imposubl da zigas da benn rag kaër he deuz Frans beza kalonek petra dalve d'ezi klask dond ken braz hag hec'h amezeg galloudus ? Lec'h na  n'euz nemed 39 milion a eneou na vo biken moien nemed gant en em revina da gaout ken niverus arme evel lec'h ma zo 60 milion. Ze zo skler da gompren. Koulz a ve  d'eur glesker esa en em c'houeza evel eur c'hole. Emzavoc'h a ve gwellaat ha startaat ar pez a zo. Voti al lezen a ve distrei ugent vloaz a drenv.

La loi de trois ans

 Depuis que l'Allemagne a accru le nombre de ses soldats jusqu'à 750 000 fantassins en temps de paix, la France a aussi grossi son armée de terre. Le Ministre de la Guerre et beaucoup de députés demandent que soit voté un crédit militaire supplémentaire de 500 millions.

 D'autres ne parlent de rien d'autre que d'instaurer le service militaire de trois ans sans exemption aucune: trois ans pour tous. Ainsi, les effectifs de l'armée s'étofferaient de 100 000 unités par an en temps de paix. S'il faut avouer la vérité, un vent de folie souffle. Qu'un soldat, après deux ans de service, reste encore un an à la caserne, cela coûterait cher à la République ! Les étudiants et tous ceux qui doivent passer des examens perdront gros. Sur les épaules des pauvres et des riches pèsera un lourd fardeau. Et dans quel dessein ? Celui d'être aussi fort que l'Allemagne. Un rêve impossible à atteindre et la France a beau être courageuse, à quoi lui servirait d'être aussi forte que sa puissante voisine ? . Là où ne vivent que 39 millions d'âmes, il n'y aura jamais moyen, sauf en se ruinant, d'égaler en nombre l'armée d'un pays de 60 millions d'habitants. Ceci est aisé à comprendre. Autant que la grenouille qui essaie de devenir aussi grosse qu'un boeuf.

 Il est plus avantageux d'améliorer et de consolider ce qui existe. Adopter la loi de trois ans provoquerait un retour de vingt  ans en arrière.

Ar Bobl, n° 428, 1er mars 1913 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2013

 

La course  aux effectifs mobilisables

 

 Kresk an armeou

An Alamanted pinvidik ha paou a zo kontant mad da paëa 7 liur ha 10 gwennek taillou dre bep 1000 liur danve evid skoazella o arme. Houma a vo kresket hep dale hag evid-se a gouarnamant a vo red d'ezan kaout eur miliard. Ar sosialisted zoken, pere zo niverus er vro-ze, a zo a du gant gant al lezenn a fell d'ezhi kroui c'houec'h rujumant war varc'h, a neuz kreki niver ar soudarded train an akuipach; adsevel lec'hiou krenv koste ar sao-heol Pruss.

  An Otrich, d'he zro, a fell d'ezi ive kreski an niver euz he soudarded. E-lec'h ober ze, a ve gwelloc'h d'ar gouarnamanchou bihanaat ar sammou pounner a bouez war diouskoaz ar bobl, ha pleal gant lezennou gwelleoc'h pere zo kement ezon anezho

 La croissance numérique des armées

 Les Allemands, pauvres comme riches, sont satisfaits de payer un impôt de 3 francs et demi par 1000 francs de fortune afin de renforcer leur armée. Celle-ci grossira sans tarder et pour cela le gouvernement allemand a besoin d'un milliard. Les socialistes, pourtant si nombreux, dans ce pays, soutiennent cette loi qui créera six régiments de cavalerie, accroîtra le nombre des soldats du train des équipages, permettra d'ériger des places-fortes sur la frontière orientale de la Prusse.

L'Autriche, à son tour, veut renforcer ses effectifs militaires. Au lieu de cela, les gouvernement seraient bien inspirés de diminuer le fardeau des armements qui écrase les peuples et de plaider pour de meilleures lois, celles dont nous avons besoin.

Ar Bobl, n° 429, 8 mars 1913 Traduction: Jean Yves MICHEL, octobre 2013

 

""Les trois ans ou les milices

Il faut donc que la France soit prête à déclarer la guerre à l'Allemagne. Une guerre d'envahissement, qu'elle traque jusque dans son antre la bête féroce d'Outre-Rhin et, si le sort lui est favorable, qu'elle l'oblige à capituler. Ce n'est qu'après une guerre victorieuse de la France, une guerre de risque-tout et de sacrifice librement consenti de 100 000 vies humaines que les nations pourront enfin désarmer après l'écrasement définitif de l'Empire allemand. Ce serait la seule utilité que pourrait avoir la loi de trois ans" - Jaffrennou

Ar Bobl, n° 440, 24 mai 1913

 

  Taldir  rejette la solution jaurésienne des milices : la défense du territoire assurée, non par une armée professionnelle, mais par une armée de miliciens, de citoyens-soldats soumis de 20 à 60 ans à un entraînement de quelques jours par mois.

 Selon ar Bobl, jusque-là pacifiste, la solution est une guerre préventive courte et victorieuse, peu coûteuse en pertes humaines...

 

La CGT s'élève contre "les trois ans":

 

Eneb an tri bloaz

    Kenvreuriez veur al labour a zalc'h da ober brud dre Franz eneb d'al lezen tri bloaz servich. Disul diveza e oa bodadennou ha prezegennou ganthi en Bourdel, Marseill, Lyon, Rozon. En Rozon a zo bet chao warlec'h ar brezegen. Eun toullad hoperien a zo bet dastumet er violonz da drement an noz

Contre les trois ans

 La Confédération Générale du Travail continue à protester un peu partout en France contre le service militaire de trois ans. Dimanche dernier, la CGT avait organisé des manifestations à Bordeaux, Marseille, Lyon, Rennes. A Rennes, il y eut du grabuge à l'issue du discours. Un groupe de braillards fut conduit au violon pour la nuit.

Ar Bobl, n° 442, 7 juin 1913 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2013

 

"Le Sénat a voté la loi de trois ans et l'allocation de 1,25 F par jour au lieu de 0,75 précédemment, aux familles nécessiteuses ayant un fils sous les drapeaux"

Ar Bobl, n° 451, 9 août 1913

 

Un déserteur: Collorec, 1906

Kollorek - Eun dizerter dirag ar c'honsaill a vrezel

Fransou-Mari Riou, 30 vla, soudard reservist, klast 96, en doa c'hoaz eiz devez varnugent d'ober. Kaset e oa kelou d'ean da Gollorek da genta, ha da Naoned goude, lec'h ma oa partiet. Ne vije kavet neblec'h a-bed. Arretet eo bet e Lokronan-Leon, en miz-du, ha kondaonet da eur miz prizon

Collorec: un déserteur déféré devant le conseil de guerre

François-Marie Riou, 30 ans, soldat réserviste, classe 96, devait encore 28 jours. On lui adressa une convocation à Collorec d'abord, puis à Nantes où il s'était rendu. On ne le trouva dans aucun de ces lieux. Il fut arrêté à Saint-Renan en décembre et condamné à un mois de prison.

Ar Bobl, n° 115, 8 décembre 1906 Traduction: Jean Yves Michel, mai 2014

 

 L'hebdomadaire de droite catholique "L'Echo du Finistère", publié entre 1906 et 1912 à Morlaix, livre

a) dans son numéro 252, daté du 1er octobre 1910, un état alarmant de l'armée française:

[PNG] l'armée en difficultés A n°252 01 10 1910.PNG

[PNG] l'armée en difficultés B n°252 01 10 1910.PNG

[PNG] l'armée en difficultés C n°252 01 10 1910.PNG

 

 b) Le résultat d'un concours de tir à l'arme de guerre (fusil Lebel) qui s'est tenu à Poullaouen en 1909  (n° 176, 17 avril 1909)

 

[PNG] concours tir Poullaouen n° 176 17 04 1909.PNG







Dernière modification le 21/03/2016

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1