Ar Bobl (1904 - 1914)

Le journal de Taldir Jaffrennou: "le Peuple"

[PNG] ArBobl_logo_100

Identifiez-vous pour accès privé

Déconnexion.

 

09/08/2017

Cette page a été complétée le 2 décembre 2014


La misère matérielle

 

  En 1910, Ar Bobl décrit avec une certaine défiance un sous-prolétariat rural, celui des mendiants..

 

Ar beorien

Hor bro Breiz e deus bet ato ar vrud da rei digemer mad d'ar beorien. Gwechall ar re-ma a oa tud doujet, ar relijion a lavaret e oant memprou da Jezuz-Krist evel an dud pinvidik, ha bez e oant e gwirionez. Ar beorien gwechall a vije digemeret e-tal an tan evid ar veilladen, hag ar re anezo a ouie kontadennou, a vije mall o gwelet o tond, rak koz ha iaouank neuze a vije diduet gant ar klaskerien bara.

 En hon amzer ne ma mui an traou egiz-ze, ha kalonou ar beorien a zeblant beza troët muioc'h war an tu fall eged war an tu mad. Dre-ze, arabad eo kenneubeud beza souezet, o welet e vije eun tammik ieneet an dud a ro e kenver an dud a glask. Hirio,  ar paour a zo digemeret gant difians, nemet anavezet e ve, ha c'hoaz ! Roet e ve d'ezan eur pred dister ha war ar plouz er c'hraou pe er c'hardi e tleo tremen an noz. N'euz mui menek da lavaret d'ezan dond da domma da gonta eun histor bennag, [...] ha pa vez debret o c'hoan gand tud an ti, e kaser d'ar paour he skudellat souben, er memez amzer gant boued ar c'hi.

  Mar e ma an traou en doare-ze en hor bro, n'eo ket an dud a ro eo a zo da damall, mez peurvuia ar c'hlaskerien, hag int hi hebken eo a ve peurvuia kiriek deuz an digemer fall a vo great d'ezo en tiez. An dud a zo deut da ziflout euz ar c'hlaskerien abalamour ma z'int bet meur a wech tizet ganto. Gwelet a reomp c'hlaskerien bara o vond da c'houlen loja da eun ti, goude beza bet pad an deiz en hostaleri o tispign kement gwennek a oa roet d'ezho en aluzen. Nag a bed o deuz santed c'houez ar boësson brein gant ar beorien a deue da c'houlen tremen an noz en o c'hichen ! Eur rum klaskerien all a zo c'hoaz hag a zo danjerusoc'h eged ar re-ze ha me a fell d'in aman diskuill ar beorien-ze hag a laka an tan en tiez pe en berniou plouz. Er c'hazetennou e vez menek gwech ha gwech deuz an darvoudou skrijuz-ze, c'hoarvezet dre venjans eur paour bennag [...]

  Micher ar c'hlasker bara zo eaz evid doare rak kalz a dud  a ra anezhi. Lod  a zo  ha war digarez ma n'ho deuz nemet eur vreac'h pe eun c'har vad, war zigarez ma-z-int pe luch pe krom, a en' em ro d'ar feneantiz. Deuz ar mintin e kemeront an train evid mond da eur foar, ha digouezat e tachen ar marc'had, al luch a deuia da veza dall, ar paour n'en deus nemed eur vreac'h vad a ziskouezo d'an holl e vac'hagn. An dud vad o devezo truez outo, ha meur a wennek  a gouezo a-benn an noz en o godellou. Ar beorien-ma  a vije perhennou e berr-amzer, ma karjent, mez allaz ! Re frank e ve peurliesa toull o gouzouk.

  Ne achufen ket mar displekfen aman pesort giz a zo da c'houlen an aluzen, pesort finesaou o deuz ar re a glask. Lavaromp hebken  a zo hirio kalz muioc'h a glaskerien  eged  a dud a ezomek e gwirionez, lavaromp ive n'eo ket ar re o deuz ar muia ezom eo a zo  o klask. Seblantout a ree e vije bihanneet an niver euz ar glaskerien gant al lezen a ro bara d'an dud koz ha mac'hagnet, mez kredi a ran eo ar c'hontrol a zo c'hoarvezet.

  Biskoaz n'eus bet gwelet muioc'h a dud a redek an hentchou eget brema, biskoaz n'eo bet ar beorien divergontoc'h eget hirio. Ma na roit ket eun tam bara d'ar paour, he-ma  a ielo deuz toul an nor en eur c'hrosmolat a bep seurt langach diwar o pouez ha brao e vefec'h ma na glevit ket a bep seurt malloziou.  [...]

  Hervez va zonj peb paour a dlefe kaout eur paper evid diskouez ez o dign a druez. Ma z'eo mac'hagnet, ar medisin a dle sina ne c'hell an den-ze ober netra nemed klask. Maër ar barrez a dle neuze aotrei an den"ze a glask e voued pe en e barrez hebken pe er c'hanton.  [...]

   Setu aze danvez eul lezen da botred ar pemp mil skoed ha kredi a ran e vije gwelloc'h d'ezho staga ganthi gant kement a hast evel o deuz diskouezet da farda an hini a harluaz an dud vad er meaz euz hor bro.

  Loeiz ar Floc'h (Stourmer)

Les pauvres

 Notre pays breton fut toujours  renommé pour le bon accueil réservé aux pauvres. Jadis, ceux-ci étaient respectés, la religion prêchant qu'ils étaient, en vérité, aux yeux de Jésus-Christ, les égaux des riches. Autrefois les pauvres étaient accueillis au coin du feu pour les veillées, et ceux qui savaient des contes étaient priés de venir au plus vite, car ainsi ces chercheurs de pain divertissaient vieux et jeunes.

   Aujourd'hui, les choses ont changé, le coeur des pauvres semble avoir évolué davantage vers le mauvais côté que vers le bon. A cause de cela, on ne peut pas s'étonner que les gens soient un peu plus froids à l'égard des mendiants. Aujourd'hui, le pauvre est accueilli avec méfiance, sauf s'il est connu, et encore ! On leur donne un méchant repas et ils passeront la nuit sur la paille de l'étable ou dans la remise des charrettes. Il n'est plus question de les prier de venir se chauffer en racontant une histoire quelconque, et quand ils ont soupé avec les gens de la maison, on leur donne une écuellée de soupe en même temps qu'on nourrit le chien.

 Ainsi a évolué la situation en Bretagne, les responsables ne sont pas ceux qui donnent mais la plupart des mendiants et ceux-là seulement sont responsables du mauvais accueil qui leur est réservé dans les maisons. Les gens cherchent à éviter les mendiants parce que, plus d'une fois, ces derniers les ont abusés. On a vu des mendiants demander l'hospitalité après avoir passé toute la journée à l'auberge à dépenser des sous donnés en guise d'aumône. Aucun, lorsqu'il vient demander l'hospitalité, ne doit empester  l'alcool ! Il y une autre sorte de mendiants plus dangereux et je veux ici dénoncer ces mendiants-là qui mettent le feu aux maisons ou aux tas de paille. Les journaux se font maintes et maintes fois l'écho des événements tragiques dûs à la vengeance d'un pauvre quelconque.

 Pratiquer le métier de mendiant n'est pas difficile, puisque beaucoup s'y adonnent. Les uns prétextent qu'ils n'ont qu'un bras ou qu'une jambe utilisable, qu'ils sont bigles ou tordus pour justifier leur fainéantise. Le matin ils prendront le train pour se rendre à la foire et, parvenus sur la place du marché, le bigle se fait aveugle, celui qui n'a qu'un bras expose toutes ses infirmités. Les gens charitables éprouvent de la pitié à leur égard et plus d'un sou tombe dans les poches jusqu'à la nuit. Ces pauvres-là auraient aimé devenir rapidement propriétaires, mais hélas ! l'entonnoir dans leur cou est la plupart du temps trop large.

 Je ne pourrais achever sans expliquer ici les méthodes pour demander l'aumône, les finesses dont font preuve les mendiants. Disons seulement qu'aujourd'hui les mendiants sont plus nombreux que les gens réellement dans le besoin, disons aussi que ces derniers ne mendient pas. Apparemment, le nombre de mendiants diminue en raison de la loi qui accorde des secours aux vieux et aux infirmes, mais je crois que la cause de cette baisse est le contrôle exercé sur l'attribution de cette aide. Jamais on ne vit davantage qu'aujourd'hui d'individus courir les routes, jamais les mendiants ne furent plus effrontés que maintenant. Si vous ne leur donnez pas un bout de pain, le mendiant s'en vient sur le seuil et grommelle dans bien des langues au sujet de votre peu d'importance et bien beau encore si vous n'entendez pas toutes sortes de malédictions .

 Selon moi, chaque pauvre devrait avoir un papier prouvant qu'il est digne de pitié. S'il est infirme, le médecin devra certifier que cet individu ne peut faire autre chose que mendier son pain. Le maire de la commune devra aussi lui donner l'autorisation de mendier sa nourriture dans la commune seulement ou dans le canton.

  Voilà la matière d'une loi pour les "Kinzmille" et je crois qu'ils feraient mieux de s'y atteler avec la même  hâte qu'ils avaient montrée pour fabriquer la loi qui chasse les gens honnêtes de leur pays.

Louis Le Floc'h (le lutteur)

 Ar Bobl, n° 269, 19 février 1910
 Traduction: Jean Yves Michel, octobre 2014

 

 

 En 1911, Taldir observe avec compassion le sort des cantonniers...

 

 Dienez ar Gantonierien.

  E oan o pourmen var an hent a gas deuz Ker.... da Lann.... etre Plou... ha Tre... pa gaviz ar c'hantonier Zidor o torri mein berr ma c'halle.

- Ien eo, emon-me

- Ia, Fanch, komans a ra an amzer chenc'h

- Krog oc'h da derri mein da galedi adarre ho funiennou.

- Ia, brema ma  ar c'houlz da lakaat mein war an hentchou.

- Mez, Zidor, gweled a ran e laket mein, a blasou aman, a blasou aze; perag na daolet ket eun tam pri pe eun tam douar var ar c'horre evid stag anê ha harz anê da huillal duma-duhont ?

- Ze, Fanch, na zepant ket ouzimp. Ni, kantonierien, a renk ober evel ma lavar an ajant-voyer, pehini a sent d'e dro euz ar c'honduktor-chause, lavaret a rer d'emp lakaat mein, mez na lavarer d'emp ober chom en toullou.

- Ma, Zidor, eun dra gaër eo administrasion Franz, memez tra !

- Eun dra gaër, Fanch, mez ive eun dra grevus evid ar gantonerien. C'houi a skriv ebarz ar journaliou, c'houi  a dleche lavaret ze. N'eus ket dindan administrasion Franz eur rummad amploïdi ken maleürus ha rumm ar Gantonerien.

- N'oun ket. Gwelomp'ta, pegemend a c'honeet-hu beb miz ?

- Seiz lur ha daou-ugent en dride klast- Pemp lur ha hanter-kant an eil klast - Ha pemp lur ha tri-ugent er c'henta klast. Gant ar somm a 47 lur e renkan-me, euz an dride klast, maga, loja ha sustenti ma famill, mar goueschec'h, Fanch, pegen diez eo skloum an daou benn ?

Ar c'hantonier a lavaraz ar giriou ma gant an daërou en e zaoulagad. Me c'houlennaz digantan , mar boa dimezet ha tad da zaou bugel, penoz e ree evid en eme denn.

- Hanta, eme Zidor, prena ran eur pemoc'h lard, respect d'eoch, beb goanv. Kousta ra d'in 200 lur. Salla 'ran anezan, ha hed bloaz a reomp gantan. Dek vloaz zo abaoue on deut deuz ar servich, na meuz ket a vevin. Fouetet ran 200 lur ar bloaz en bara, 50 lur e pazëan ma loch; 50 lur genneud eun koat korden. Sell aze 500 lur impliet mad. Chom a ra ganin pevar lur ha tri-ugent da brena dillad ha tammou traou all. Prometi a riz d'ezan lakaat ze var ar Bobl.

- Promesaon awalc'h a rer d'eomp, a echuaz Zidor. N'omp ket o klask an abondanz. Mez 'velkent,  eur gwas dimezet ha tad ar famill a renk gonid e 80 lur ar miz. Ar re o deus trawalc'h dija a ve kresket d'ê. Ar re vunut n'ouzont ket ober brud, den na zourzi outê.

Fanch

La misère des cantonniers

Me promenant sur la route de Ker.. à Lann... entre Plou... et Tre.., je rencontrai le cantonnier Isidore cassant des pierres , les faisant aussi petites que possible.

- Il fait froid, dis-je

- Oui, François, le temps a commencé à changer

- Tu t'es mis sérieusement à casser des pierres afin de durcir encore tes liures.

- Eh oui, maintenant autant que je répande des pierres sur les routes.

- Mais, Isidore, je te vois mettre des pierres ici et là; pourquoi ne pas jeter par-dessus un peu de boue ou de terre pour lier le tout et l'empêcher de se répandre un peu partout ?

- Cà, François, ne dépend pas de nous. Nous, cantonniers, faisons comme nous l'indique l'agent-voyer, qui reçoit ses ordres du conducteur des travaux routiers, on nous dit de répandre des pierres dans les trous, mais on ne nous dit pas de faire en sorte qu'elles y restent.

- Eh bien , Isidore, quelle belle chose que l'adminstration française, quand même !

- Une belle chose, François, mais une chose accablante pour les cantonniers. Vous écrivez dans les journaux, vous devez le dire. Dans l'administration française, il n'y pas plus malheureux que les cantonniers.

- Je ne suis pas au courant. Voyons, combien gagnes-tu par mois ?

- 47 francs en troisième classe. 55 en seconde classe et 65 en première classe. Avec une somme de 47 francs, correspondant à mon rang, la troisième classe, nourrir, loger, soutenir matériellement ma famille, si vous le savez, François, comment puis-je aisément  joindre les deux bouts ?

Le cantonnier prononça ces mots les larmes aux yeux. Je lui demandai, puisqu'il était marié et père de deux enfants, comment il faisait pour s'en tirer.

- D'abord, dit Isidore, j'achète chaque hiver un cochon gras, sauf votre respect. Il coûte 200 francs. Je le sale et il me dure toute l'année. Depuis dix années que je suis au service de l'Etat, je n'ai pas mangé de viande maigre. Je dépense 200 francs en pain, je paie 50 francs de loyer; 50 pour un corde de bois. Voilà 500 francs bien employés. Il me reste 64 francs pour acheter des habits et quelques autres choses. Promettez-moi d'écrire tout cela dans Ar Bobl. Vous nous avez suffisamment promis. Nous ne recherchons pas l'abondance. Mais, tout de même, un mari père de famille doit gagner 80 francs par mois.  Ceux qui ont suffisamment, on les augmente. Les humbles qui ne savent pas bâtir leur propre renommée, personne ne s'en soucie".

François

 

Ar Bobl, n° 362, 2 décembre 1911  Traduction: Jean Yves Michel, novembre 2012






Dernière modification le 10/03/2016

Site motorisé par ZitePLUS 0.9.1